Bilan CES 2013 : Phablets, NFC, induction... le mobile en mutation

Folie des grandeurs et universalité : deux qualificatifs qui peuvent à eux seuls résumer la tendance du CES 2013 en matière de mobilité. Entre les smartphones qui se la jouent tablettes, les tablettes qui cherchent une nouvelle identité et les accessoires mobiles qui mangent à tous les râteliers, les fabricants du monde entier ont joué la carte de la diversité, quitte à laisser entendre qu'ils ne savaient plus trop sur quel pied danser.

Début janvier au CES de Las Vegas, la course aux grands écrans ne concernait pas uniquement les écrans 4K : les smartphones étaient également de la partie. Et si, finalement, assez peu de nouveaux terminaux mobiles de ce type ont été présentés sur le salon, leur présence a néanmoins été particulièrement remarquée, notamment en raison de leurs tailles d'écrans... et de leur définition. Généralement, ceci explique cela.

Grand smartphone ou petite tablette ?

En ligne de mire : l'Ascend Mate de Huawei, qui ne passe pas inaperçu avec sa diagonale de 6,1 pouces. Si vous trouvez que le Galaxy S III est déjà fort massif avec son écran AMOLED de 4,8 pouces, le dernier-né de l'entreprise chinoise va vous donner des sueurs froides, à moins que vous ne possédiez des doigts de pianistes - et encore ! Qualifié de « plus grand smarpthone du monde » par son constructeur, l'Ascend Mate ne justifie même pas son grand écran part une définition Full HD, puisqu'il s'arrête au 720p. Un parti pris étonnant mais qui reste cependant dans la mouvance "concours de taille" qui était particulièrement présente au CES...

Huawei Ascend Mate 2
A côté de l'Ascend Mate, le Galaxy S III parait ridicule...

Du côté des diagonales de smartphones, les concurrents de Huawei n'ont pas vraiment rivalisé avec l'Ascend Mate, et se sont justement concentrés sur le Full HD. Citons, à ce titre, le Chinois ZTE et son Grand S, 5 pouces tout de même et une définition de 1080p. Chez Sony, même constat avec les Xperia Z et ZL : écran 5 pouces et Full HD à l'honneur. Dans tous les cas, si la qualité est là en terme d'écran notamment, la prise en main est loin d'être évidente, et la frontière entre le smartphone et la tablette s'affine. Une chose est certaine : le temps où le Galaxy Note faisait figure d'OVNI dans le paysage mobile est révolu. 2013 semble bien engagée pour être l'année de l'avènement de la phablet, n'en déplaise aux mobinautes qui aiment manier leur téléphone d'une seule main. On peut s'attendre à un festival dans les prochains mois, notamment au MWC qui se tiendra à Barcelone en février.

Des tablettes en quête d'identité

Les smartphones ne sont pas les seuls à tenter de se démarquer : sur un marché de plus en plus concurrentiel, où les terminaux ont tendance à se ressembler, les tablettes cherchent elles aussi à affûter leurs arguments. Si elles n'ont pas été particulièrement nombreuses à être présentées au CES, elles ont néanmoins été remarquées.

Et si l'une des tendances de l'année, c'était la tablette dédiée au jeu ? En réalité, la démarche n'est pas nouvelle, et avait été initiée au CES 2012 par Razer avec son Projet Fiona. Ce ne fut donc pas vraiment une surprise de voir ce projet concrétisé au CES 2013 avec la tablette gaming Edge. Intel Core i5 à 1,7 Ghz, 4 Go de RAM DDR3, SSD de 64 Go... La Razer Edge inaugure clairement une nouvelle forme de tablette, alors que les nouvelles consoles de Sony et Microsoft pourraient être dévoilées cette année.

Razer Edge - 1

Même idée, mais forme différente : le projet Shield de NVIDIA est d'avantage présenté comme une console de jeu que comme une tablette. Pourtant, ce dispositif, qui intègre un écran de 5 pouces tactile, fonctionnel bel et bien sous Android et exploite la Tegra Zone du constructeur, tout en permettant de jouer en streaming à des jeux PC. Un mélange des genres vraiment particulier, à tel point qu'on pourrait presque parler d'hybride console-tablette... dont l'arrivée sur le marché est néanmoins, pour l'heure, totalement hypothétique.

Et puis, bien sûr, puisqu'on parle des tablettes, évoquons un peu les modèles Windows 8 : car il y en avait tout de même quelques-unes dans les travées du CES. Des vraies, comme celle de Vizio, équipée d'un processeur AMD Z-60 et d'une dalle 1080p, optant pour une architecture x86 histoire d'échapper à Windows RT, grand absent du salon. Une tablette orientée "multimédia" à la date de sortie non-dévoilée, mais qui souligne que Windows 8 était bien présent à Las Vegas, mais pas forcément où on l'attendait.

Un constat qui s'est également vérifié avec la tablette 4K de 20 pouces présentée par Panasonic : elle aussi sous Windows 8, elle est néanmoins destinée à l'univers professionnel, notamment pour les graphistes ou les architectes. Un prototype qui appartient, pour l'heure, au domaine du possible, mais qui ne sera sans doute pas commercialisé en tant que tel.

Des accessoiristes entre deux feux

La multiplicité des formats d'écrans et d'usages de terminaux mobiles, couplée à l'incontestable popularité des tablettes et smartphones Android et/ou à l'arrivée de Lightning du côté d'Apple a visiblement demandé de grandes réflexions aux constructeurs d'accessoires destinés à ce marché : de fait, l'une des tendances constatés au CES se trouve être la multiplication de stations d'accueil et d'enceintes que l'on pourrait qualifier "d'universelles", non plus centrées sur un type précis de terminaux.

MobiRock IMM711

Si des marques, comme JBL pour ne citer qu'elle, ont mis l'accent sur des gammes de produits très "Apple-friendly" notamment via des docks Lightning, d'autres, comme Panasonic, iLuv, Altec - dont nous n'avons malheureusement pu approcher les produits - ou encore LG ont préféré se focaliser sur le Bluetooth.

Mais cette dimension universelle, qui sous-entend qu'en troquant le traditionnel dock connector avec un port USB classique et une connectique Bluetooth, n'importe quel terminal peut être utilisé sur n'importe quelle station, embarque tout de même des technologies aujourd'hui restreinte à un petit nombre de smartphones et tablettes : c'est principalement le cas du NFC, de plus en plus répandu sur les modèles présentés par les constructeurs, Altec et iLuv en tête. Chez ce dernier, le chargement par induction arrive même timidement, alors que cette possibilité est actuellement limitée à une poignée de terminaux, dont le Nexus 4. Sûr d'eux, les accessoiristes expliquent même que ces technologies « seront présentes sur le prochain iPhone », sous-entendant par la même occasion que prendre de l'avance sur ces points est une évidence.

Vers des évolutions des usages ?

Si les smartphones, les tablettes et les consoles portables continueront sans nul doute leur petit bonhomme de chemin durant l'année et même après, il est néanmoins évident que les usages vont évoluer, en particulier concernant les deux premières catégories : le smartphone, avec un écran plus grand et des usages de plus en plus multimédia, s'oriente vers un mélange entre mobile et tablette. La tablette, quant à elle, voir ses specs de plus en plus gonflées pour rivaliser avec les consoles de jeux portables, ou bien des dispositifs face auxquels les pros trouveront leur compte.

Et au final, comme on spécule souvent sur le prochain modèle d'iPhone en se tournant vers les coques des accessoiristes chinois, il est possible d'observer l'évolution des tendances en observant les pratiques des constructeurs de stations d'accueil et autres enceintes : car, finalement, les petits plus des terminaux mobiles ne sont véritablement utiles que combinés aux accessoires adéquats. On peut donc en déduire que le smartphone cuvée 2013 se rechargera sans fil, se connectera également sans fil, et lancera musiques et vidéos via un simple contact, sans même avoir à appuyer sur un bouton. Reste désormais à savoir si les constructeurs de terminaux mobiles confirmeront ses prédictions dans les mois à venir...
Commentaires
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )