Espace membre :
flechePublicité
  • CES 2013 : Gorilla Glass 3, du verre encore plus résistant


    Publié le 09 janvier 2013 par Romain Heuillard dans la catégorie CES 2014


    CES 2013 : Gorilla Glass 3, du verre encore plus résistant
    En direct de Las Vegas. Corning a profité du CES 2013 pour annoncer une nouvelle génération de son verre résistant, le « Gorilla Glass 3 with Native Damage Resistance ».

    Corning Gorilla Glass 3
    Une machine à torture pour dalles de verre

    Annoncé l'année dernière, le Gorilla Glass 2 apportait la même résistance que son prédécesseur mais avec une épaisseur inférieure de 20%. Cette année, la nouvelle génération promet quant à elle une résistance trois fois supérieure !

    Le Gorilla Glass 3 est toujours constitué de verre alkali-aluminosilicate renforcé à l'aide d'un procédé appelé échange d'ion. Ce verre est plongé dans du sel en fusion à 400°C, ce qui provoque le remplacement d'ions de sodium par de plus gros ions de potassium.

    En l'occurrence, la nouvelle génération du verre de Corning résiste à la casse jusqu'à une pression de 45 kg par centimètre carré et résiste mieux aux rayures. Et lorsqu'il y a des rayures, elles sont moins visibles et affaiblissent moins le reste du verre. Alors que le Gorilla Glass 2 résistait déjà plutôt bien à des coups de clés voire même de ciseaux en métal, le Gorilla Glass 3 devrait finalement résister aux grains de sable, un matériau encore plus dur, qui se glisse souvent dans les poches de sacs ou de pantalons, où l'on place nos terminaux mobiles.

    Le Gorilla Glass 3 est désormais à la disposition des fabricants, mais Corning n'est pas encore en mesure d'annoncer de partenariat. Notons néanmoins que de très nombreux fabricants font déjà appel au Gorilla Glass 2 et qu'ils ont de grande chance d'adopter son successeur pour leurs futurs produits.

    Corning Gorilla Glass 3

    Commentaires des lecteurs

    _
     
    le 09 Janv. 13 à 08h31
    Edition
      
    Belle avancée, en espérant que ces chiffres ne soient pas qu'une fiction...
     
    le 09 Janv. 13 à 09h04
    Edition
      
    Des verres incassables, sur des produits irréparables (car indémontables), un joli enfumage marketing.
    Edité le 09/01/2013 à 09:15
     
    le 09 Janv. 13 à 09h09
    Edition
      
    Ce n'est pas plutôt l'inverse pour les ions ? Les ions Potassium remplacés par les ions Sodium ? Bien que 400° semble bas comme température de fusion...
     
    le 09 Janv. 13 à 09h43
    Edition
      
    Catstom a écrit:
    Ce n'est pas plutôt l'inverse pour les ions ? Les ions Potassium remplacés par les ions Sodium ? Bien que 400° semble bas comme température de fusion...
    bien que n'étant pas un fin chimiste, je me posais la même question quant à l'échange des ions de potassium <-> ions de sodium...

    et idem pour la température de "fusion" puisque celle ci semble être d'environ 800° pour le chlorure de sodium (mais que 60/70° pour le potassium... enfin, il me semble, c'est loin tout ça...)

    bref...

    thierrybtz a écrit:
    Des verres incassables, sur des produits irréparables (car indémontables), un joli enfumage marketing.
    haaaaaaaaaaa, l'obsolescence programmée... ce que nos enfants et petits enfants nous reprocherons à jamais pour leur avoir pourri leur environnement...
     
    le 09 Janv. 13 à 09h52
    Edition
      
    thierrybtz a écrit:
    Des verres incassables, sur des produits irréparables (car indémontables), un joli enfumage marketing.
    Sur tous les smartphone que j'ai eu en main, les écrans était démontable, pas forcément simplement, mais démontable tout de même.
     
    le 09 Janv. 13 à 10h42
    Edition
      
    Ça doit être tellement stylé de faire de la R&D sur ce genre de produit
     
    le 09 Janv. 13 à 10h53
    Edition
      
    Une vidéo dans laquelle on vois les test de résistance, impressionnant surtout vers la fin:

    gizmodo.com...
    Edité le 09/01/2013 à 10:53
     
    le 09 Janv. 13 à 11h27
    Edition
      
    Du verre incassable sur un téléphone en plastique cheap 0_o
     
    le 09 Janv. 13 à 11h30
    Edition
      
    En effet, c'est pas très compatible... :-/
     
    le 09 Janv. 13 à 11h53
    Edition
      
    Obsolescence programmée : il est loin le temps des pubs où les fabricants vantaient la solidité de leurs produits.
     
    le 09 Janv. 13 à 11h58
    Edition
      
    chapogrelo a écrit:
    thierrybtz a écrit:
    Des verres incassables, sur des produits irréparables (car indémontables), un joli enfumage marketing.
    Sur tous les smartphone que j'ai eu en main, les écrans était démontable, pas forcément simplement, mais démontable tout de même.

    Il voulait dire un verre indépendant de l'écran LCD/LED comme sur 3GS depuis les vitres sont bien collés et très difficile à remplacer sans endommager l'écran.
    Edité le 09/01/2013 à 11:59
     
    le 09 Janv. 13 à 12h12
    Edition
      
    je pense pas que ce soit la température de fusion,
    mais plutôt un bain de "refroidissement"...

    un peu comme l'eau pour tremper l'acier des sabres


    dureté, OK,
    mais niveau résiliance, ça donne quoi ?


    ça ne fait tjrs rire, les films où les gens tapent sur un diamant pour voir si c'est un vrai :
    le diamant, c'est le truc le plus dur qui existe, donc, c'est forcément solide !
    o_O

    (ok, ce sont souvent des films ou séries US, mais c'est pas une excuse huhu)
     
    le 09 Janv. 13 à 12h27
    Edition
      
    thierrybtz a écrit:
    Des verres incassables, sur des produits irréparables (car indémontables), un joli enfumage marketing.

    Les verres des écrans sont réparable avec les modèles de gorillaglass, sauf si tu estime qu'acheter un nouveau smartphone et plus rentable que se prendre la tête 20mn pour changer le verre brisé

    Faut pas abusé à balancé de l'enfumage marketeux partout. tes juste un gros feignant
     
    le 09 Janv. 13 à 13h01
    Edition
      
    barjy a écrit:
    Catstom a écrit:
    Ce n'est pas plutôt l'inverse pour les ions ? Les ions Potassium remplacés par les ions Sodium ? Bien que 400° semble bas comme température de fusion...
    bien que n'étant pas un fin chimiste, je me posais la même question quant à l'échange des ions de potassium <-> ions de sodium...

    et idem pour la température de "fusion" puisque celle ci semble être d'environ 800° pour le chlorure de sodium (mais que 60/70° pour le potassium... enfin, il me semble, c'est loin tout ça...)

    surement car le but n'est pas de faire "fondre" le verre mais de faciliter ou plutot d'activer la diffusion des ions au sein du matériau. La diffusion en entrée des ions X d'une part et d'autre part la diffusion en sortie des ions Y avec un gradient de concentration adapté. Point de chimie là dedans à priori.
     
    le 09 Janv. 13 à 13h28
    Edition
      
    Ce que je voulais dire, c'est que si le consommateur ne peut changer la batterie (par exemple), cela ne sert à rien. Hormis de jeter un appareil en bon état. Un paradoxe très tendance me semble t-il.
     
    le 09 Janv. 13 à 16h35
    Edition
      
    Je demande à voir, car j'ai quand même vu pas mal de Galaxy S3 cassés, et un heureux propriétaire d'un Nexus 4 dont la vitre de l'écran s'est facilement rayée avec une clé dans sa sacoche, alors qu'il avait laissé le film de "protection" d'origine. Bien sûr, il ne l'a pas fait exprès maniaque comme il est, et il est dégoûté de cette rayure.
     
    le 09 Janv. 13 à 18h57
    Edition
      
    le procédé n'est pas du tout révollussionaire.. en faite, le principe est de plonger le verre dans un bain de nitrate de potassium pendant plusieurs heures l'échange d'ions ( remplacement des ions sodium par les ions potassium) se font en surface et non d'intéret que si la profondeur de traintement est au minimum égal a celle d'une probable fissure lors de l'utilisation. on parle de l'ordre de 100 micronmètres. il est donc possible de casser ou griffer un verre trempé chimiquement. il est tout a fait possible alors de couper ce verre trempé ( ce qui n'est pas le cas avec une trempe thermique) . le remplacement des ions à pour effet de refermer le réseau (phénomène très visible au microscope élecrtronique) empéchant ainsi des défauts de sufrace qui peuvent être a l'origine de casse, griffes et autres.. ( défaut de surface de l'ordre de la dizaine de microns )
     
    le 11 Janv. 13 à 13h38
    Edition
      
    Le Gorilla Glass 2 ca ma pris qu'un coin de trottoir pour l'exploser en m'echappant des mains sur mon Galaxy S3.
    Alors le verre incassable la bonne blague........
     
    le 11 Janv. 13 à 20h36
    Edition
      
    Le verre incassable, j'pense pas que ça existe... par contre le verre remplaçable, pour sûr que existe!
     
     
    Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte clubic.com ou Facebook Connect

BE GEEK ! Avec Clubic Logo

flechePublicité