le mercredi 14 février 2018

Des mini-robots inspirés des cafards capables de s'enfuir ultra-rapidement

Alors que Boston Dynamics a mis au point un robot capable d'ouvrir les portes et qui vient s'ajouter au grand nombre de créations robotiques de l'entreprise américaine, une équipe de chercheurs de l'Université de Berkeley en Californie a créé un nouveau type de robots, inspiré des cafards. Il permet de résoudre un problème crucial : celui du déplacement dans l'espace à très grande vitesse.

Les robots en question ne sont pas en mesure de grimper aux murs, comme le font les petites bêtes que personne n'aimerait trouver dans sa cuisine. Du moins, pas pour l'instant.

La technique insolite des cafards pour fuir rapidement


Les cafards font partie des insectes les plus résistants du monde : ils sont connus pour être en mesure de survivre à une explosion nucléaire, mais également pour leurs capacités à travailler en groupe. Mais aucune de ces notions n'intéressait l'équipe de Kaushik Jayaram du département de biologie intégrative de l'Université de Berkeley : ce qui intéressait les chercheurs était la technique utilisée par les cafards pour fuir.

Ils ont remarqué un fait étrange : les cafards foncent dans les murs. Contrairement aux autres animaux qui ont tendance à freiner avant un obstacle, les cafards, lorsqu'ils fuient, foncent littéralement la tête la première contre le mur. La force de l'impact, associée à un squelette et un corps particuliers, permet au cafard de changer de direction en seulement 75 microsecondes : il se retrouve alors parallèle au mur et peut le grimper facilement. La technique est intéressante : le cafard ne prend pas de décision, il laisse la physique faire son travail.

paolo


Une application à la robotique pour éviter des décisions complexes ?


En se basant sur ce constat, les chercheurs se sont demandés s'ils ne pouvaient pas reproduire cette technique. Ils ont donc développé un mini-robot qui ne pèse que 16 grammes, mais qui est en mesure de reproduire cette technique particulière. Le robot a la particularité de n'avoir aucun capteur et de ne prendre aucune décision.

Car le problème est là : un robot, lorsqu'il est face à un obstacle, doit prendre une décision sur ce qu'il doit faire. Ça prend du temps : il faut calculer les paramètres et les données des capteurs et opter pour le meilleur scénario. Le robot imaginé par les chercheurs de Berkeley, dont les résultats sont été publiés le 14 février 2018 dans la revue Journal of The Royal Society Interface, ne prend aucune décision et gagne ainsi du temps.

Pour l'instant le robot réussit à se mettre à la verticale (comme on le voit sur ce gif), mais il lui manque encore la capacité de grimper aux murs.

Modifié le 14/02/2018 à 14h59
Commentaires