Electronique : rouvrir les mines en France pour éviter la domination chinoise ?

Les matériaux de certains appareils électroniques sont produits à l'étranger dans de mauvaises conditions. Afin que cela cesse, la France pourrait rouvrir ses propres mines.

Il a d'abord fallu dénoncer. Les catastrophes humaines et écologiques liées à l'extraction de minerais ont fait l'objet de nombreux scandales ces dernières années, et l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) voudrait que ces productions soient mieux contrôlées. Elle préconise de cesser d'importer ces métaux de Chine et de relancer l'extraction minière sur le sol français.

Tous les nouveaux produits électroniques, du smartphone aux fusées de la NASA, nécessitent de plus en plus de « terres rares » (terme utilisé pour définir les métaux électromagnétiques) et de métaux critiques (en quantité insuffisante). Devant cette explosion de la demande, la Chine est quasiment seule à subvenir aux besoins mondiaux : elle est le premier producteur et exportateur mondial de 40 des matières minérales les plus importantes. « Le maillon faible est la capacité d'effectuer un bon degré de contrôle du côté chinois » dit Patrick Hetzel (LR), rapporteur de l'organisme.

D'après Amnesty International, ses normes écologiques et humaines ne sont pas les nôtres. Ainsi les pays riches joueraient un double-jeu gênant : « C'est le syndrome "not in my backyard" » lance Patrick Hetzel, « on souhaite profiter mais pas développer l'activité sur notre sol  ». Depuis quelques années, les sites d'extraction miniers en Chine et en Inde polluent les territoires environnants, quand ils ne sous-traitent pas à des sites africains.

cobalt
Sociétés ayant recours aux entreprises minières chinoises (Amnesty International et Afrewatch)


Pendant la table-ronde organisée à l'Assemblée nationale sur le sujet, le géologue Patrice Christmann s'insurge : « Comment est-ce qu'on encourage les entreprises qui respectent vraiment les normes... qu'est-ce qu'on fait ? Est-ce qu'on laisse le "produire n'importe quoi n'importe comment" entrer sur le marché ?  », « si nous ne le voulons pas, il nous faut une infrastructure européenne de qualité. »


Résurgence d'un monde perdu


Une première solution face à ce problème mondial serait d'imiter l'attitude américaine. La section 1502 de la loi Dodd-Frank demande aux entreprises cotées en Bourse de mettre en place une meilleure traçabilité concernant leur chaîne d'approvisionnement en métaux. Cette loi aurait contribué à quelques efforts législatifs en Chine, selon le ministère français des Affaires étrangères.

Dodd Frank
21 juillet 2010 : Barack Obama signe la loi « Dodd-Frank »


L'enjeu n'est pas qu'écologique : ces secteurs sont peut-être un levier économique en puissance, et l'extraction pourrait faire renaître de ses cendres les emplois miniers en France. On parle de fortes potentialités en tungstène, antimoine, lithium, étain, fluorine, et en or, sur tout le territoire.
Modifié le 21/03/2016 à 11h35
Commentaires