Google : amende record pour abus de position dominante ?

La Commission européenne, et plus particulièrement sa Commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, pourraient infliger dès cet été 2017 à Google la plus grosse amende de l'histoire de l'UE. Une amende pour abus de position dominante, comme le Commissariat à la Concurrence a l'habitude d'en donner aux multinationales.

Microsoft dans les années 90 et 2000 ou encore Intel en 2009 (l'actuel montant record) ont déjà été condamnées. Google pourrait rejoindre la liste, selon le Financial Times.

Le comparateur de prix Google Shopping favorisé par rapport à ses concurrents ?


La position dominante de Google dans le domaine des moteurs de recherche n'est plus à prouver : le groupe capte plus de 80 % des recherches des internautes de l'Union européenne. Une situation assez problématique pour l'UE, mais qui n'est pas au centre de cette affaire. C'est le comparateur de prix de la firme de Mountain View, Google Shopping, qui est dans le collimateur de la Commission.

Tout a commencé en 2010 : plusieurs comparateurs de prix se sont plaints d'avoir été rétrogradés dans les résultats de recherche, alors que Google Shopping semblait être mis en avant par le géant. Mais ce n'est qu'en avril 2015 que la Commission européenne a effectivement communiqué des griefs à l'encontre de Google. L'enquête qui s'est ensuivi semble être proche d'une conclusion que certains attendent dès le mois de juillet 2017 ou, dans tous les cas, avant la fin de l'année.

Commission européenne


Vers une amende record de plus de 9 milliards de dollars pour Google ?


L'ancien record pour une amende pour abus de position dominante remonte à 2009, lorsque le constructeur de puces Intel avait été condamné à 1,06 milliard d'euros d'amende. Google risque d'exploser ce record : l'amende peut atteindre 10 % du chiffre d'affaires de l'entreprise accusée, ce qui, dans le cas de Google, représenterait une amende de 9 milliards de dollars.

Ce serait un coup dur pour le géant américain : il a toujours estimé que les accusations étaient erronées. Mais la tendance est aux sanctions contre les géants mondiaux, que ce soit pour leurs abus de position dominante ou pour leurs techniques d'optimisation fiscale.

Modifié le 19/06/2017 à 10h33
Commentaires