Etats-Unis : un test du système de défense antimissile réussi

Les Etats-Unis ont réussi à arrêter et détruire un missile balistique intercontinental. Ce succès laisse entendre que les Américains seraient capables de se défendre en cas d'agression nord-coréenne.

Les Etats-Unis arrêtent et détruisent un missile balistique intercontinental


Un missile intercepteur au sol lancé depuis la base aérienne Vandenberg au sud de la Californie, a percuté et détruit une cible lancée depuis les Iles Marshall, a annoncé la Missile Defence Agency (MDA) ce mardi 30 mai 2017. Il s'agit du premier test du système de défense antimissile américain contre un missile balistique intercontinental.

Ce test visait à montrer que les Etats-Unis sont capables de se défendre contre une attaque de missile en utilisant le système Ground-based Midcourse Defense (GMD). Il avait également pour objectif de tester un composant mis à jour du dispositif. Le GMD est un système de déploiement mondial de capteurs dans la mer et dans l'espace : ces capteurs peuvent détecter un lancement de missile hostile et suivre la trajectoire du missile en vol. L'information fournie par le GMD permet, en théorie, aux centres de contrôle situés aux Etats-Unis de guider un missile intercepteur afin qu'il percute l'arme de l'ennemi pendant qu'elle est toujours dans l'espace et l'anéantisse.

La Corée du Nord prépare ses missiles pour frapper les Etats-Unis


Un système de défense anti-missile perfectible


Mais dans le fonctionnement du GMD certaines failles demeurent. En effet, seuls 10 des 18 tests d'interception ont été couronnés de succès. Par ailleurs, d'après une information du LA Times, un test réalisé en janvier 2016 a été qualifié de succès alors qu'en réalité, l'intercepteur avait dévié de sa course à cause d'un dysfonctionnement de propulseur.

Même si la MDA affirme que le dernier test réalisé est réussi, ce succès est peut-être à relativiser, d'autant plus que l'agence est toujours en train d'analyser les résultats. Néanmoins, ce test a permis de montrer que les Etats-Unis sont capables de se protéger contre une attaque de missile balistique intercontinental à petit échelle, comme celle que la Corée du Nord pourrait être capable de lancer un jour. Mais ni la Corée du Nord, ni le système de défense anti-missile des Etats-Unis ne sont vraiment prêts. En effet, dans la mesure où plusieurs intercepteurs peuvent être nécessaires pour détruire une tête nucléaire ennemie, le GMD doit encore être testé dans une situation où plusieurs intercepteurs sont lancés en même temps. Mais une telle expérience n'est pas prévue avant la fin 2017, voire 2018.


Modifié le 31/05/2017 à 17h16
Commentaires