BLEND Web Mix : le fondateur d'OverBlog ouvre le bal

La ville de Lyon ouvre aujourd'hui la première édition du sommet BLEND Web Mix, dédié à l'univers du Web. Tous les acteurs de la Toile francophone se retrouvent à cet évènement organisé par La Cuisine du Web et l'Université de Lyon.

BLEND Web Mix


Favoriser les échanges entre les différents spécialistes du Web, tel est l'objectif du BLEND Web Mix, et pour illustrer cette idée, c'est Frédéric Montagnon, le fondateur d'OverBlog, qui revient sur son histoire et explique les différentes étapes de l'évolution de sa société.

Revendiquant désormais 35 millions d'utilisateurs, principalement en Europe, l'histoire d'Overblog découle d'un projet précédent visant à augmenter la vente de tables de mixage sur Internet, une affaire qui n'aurait pu être réalisée sans la compréhension des mécanismes de la Toile et en tirant parti des compétences spécifiques de différentes personnes.

M. Montagnon revient également sur le rapprochement avec Wikio et Ebuzzing. « Le mixage des équipes techniques avec d'autres spécialités nous a permis de faire 80 millions de dollars et d'ouvrir 14 bureaux dans le monde.  », affirme-t-il. C'est également grâce à ce mélange de compétences que la société a d'emblée pu faire marche arrière sur certains projets suite à la mise à jour du moteur de Google avec l'algorithme Panda.

BLEND Web Mix


Outre les aspects de compétences, le patron d'OverBlog revient également sur l'importance des différences culturelles tant sur le domaine des affaires que sur les aspects techniques. Il souligne par exemple les différence d'attitude professionnelle en Italie et en Allemagne. Basé à New York depuis le mois de mars, il observe un choc culturel encore plus important aux États-Unis. Si les startups n'hésitent pas à tester de nouveaux produits inachevés, les entrepreneurs français tendent à proposer un service complètement achevé avant de trouver un financement. « Il faut comprendre ce qui se passe sur le marché américain, connaitre ses spécificités et les raisons pour lesquelles les startups réussissent ou non ».

Toutefois il ne regrette pas d'avoir débuté dans l'Hexagone. D'une part, à compétences égales, les salaires des développeurs sont plus bas (environ 90 000 €/an contre 200 000 dollars outre-Atlantique) un facteur particulièrement important dû à un marché local bien moins compétitif. D'autre part les jeunes pousses bénéficient de plusieurs aides financière gouvernementales.

Mixer les compétences, les expériences et les cultures et savoir en tirer parti, tel est donc ce message d'entrée pour cette Cuisine du Web géante.


-
Modifié le 01/10/2013 à 13h39
Commentaires