Haiku, comme un Android Auto pour votre vélo

Prenez trois jeunes inventeurs, donnez-leur une imprimante 3D et une connexion Internet, et ils vous reviendront avec Haiku, une sorte d’Apple CarPlay ou bien d’Android Auto, pour votre vélo.


Clubic Pro, partenaire du Prix Start-up Fnac, organisé avec Intel, vous propose de rencontrer Asphalt Lab, l'une des dix sociétés sélectionnées par l'enseigne, et qui bénéficiera de son programme d'accompagnement.

Et pourquoi pas un peu de technologie sur son vélo ? Ce moyen de locomotion est très prisé dans les villes, pourtant, il ne propose aucun moyen de navigation, alors que la plupart des voitures sont équipées d'un GPS de série... Grégoire Lanaud voulait que ça change. Ce diplômé d'école de commerce et « conseiller en stratégie opérationnelle » quitte son job pour se lancer dans un Fab Lab (l'Open Lab) et dans la culture « maker ».

Incité à entreprendre au cours de sa formation, il ressent le besoin d'innover autour du vélo. Un cadenas connecté répondrait à un vrai besoin des cyclistes, se dit-il dans un premier temps, avant de rétropédaler, et se pencher sur le guidage. Seulement, conrtrairement à une start-up Web, il s'agit ici de fabriquer un produit. La différence ? Le prix ! « Avant il fallait plusieurs millions d'euros pour un prototype », compare l'entrepreneur.

Arduino, impression 3D


Et maintenant ? Les temps ont changé. Pour se lancer, Asphalt Lab - le nom retenu pour la société - teste son concept sur Kickstarter. Sur 55 000 euros espérés, la start-up en récolte 10 000 de plus. Une sorte de plébiscite qui valide la pertinence du projet, permet d'amorcer la pompe et peut-être plus tard, d'aborder les investisseurs avec un argument supplémentaire. La société reçoit aussi le label French Tech, autre forme de reconnaissance.

Avec ça, on est encore loin du million pour un prototype. Ce n'est pas grave. Car aujourd'hui pour lancer un nouveau gadget électronique, on trouve tout. Le circuit imprimé ? Un micro-PC Arduino - le cousin du fameux Raspberry Pi. Plus tard, l'équipe fabriquera son propre circuit, mais pour un premier jet, cela aide bien. Et pour la carcasse, l'impression 3D. Mine de rien, c'est grâce à cela que des start-up sans le sou sortent des prototypes.


Haiku
Les différents prototypes ont été testés par une communauté de cyclistes - Crédit : Asphalt Lab.


Ces outils « nous ont offert une voie d'accès au monde industriel », estime Grégoire Lanaud. Dans son Fab Lab, entouré d'autres inventeurs, lui et son équipe multiplie les modèles 3D, les imprime, teste la réaction et l'usage, et recommence, jusqu'à trouver le bon format. Un luxe ! Finalement, Asphalt Lab retient un dock aimanté, qui permet de retirer ce « gros compteur » en un geste. D'ailleurs, la navigation à l'écran se fera aussi en un geste.

Contrôle gestuel


Pour éviter de bricoler sur des boutons en roulant, la start-up a l'idée d'intégrer un « gesture control », à la façon du Leap Motion. Début 2015 sort le premier prototype, et en fin d'année est défini le cahier des charges avec une mission impérieuse - et périlleuse - de contenir le prix de vente sous la barre des 100 euros, « soit le prix maximum de la plupart des accessoires de vélo ». Il ne faudrait pas qu'il coûte plus cher que la bicyclette...


Haiku
Haiku se connecte à votre smartphone en Bluetooth - Crédit : Asphalt Lab.


Restait à trouver un nom à ce nouveau joujou. Ce serait « Haiku ». « C'est un petit poème japonais de trois vers dont le but est de transmettre le plus d'information avec le minimum de texte », explique Grégoire Lanaud. En plus, cela correspond parfaitement à l'esprit du produit. Relié en Bluetooth au smartphone du cycliste, il affiche la navigation grâce à trois flèches uniquement : gauche, droite et tout droit - en se basant sur Google Maps.

Peut-être est-ce grâce à son consonance nipponne, mais ce Haiku reçoit des commandes du Japon, ainsi que d'autres pays étrangers. Ce qui occupe la start-up aujourd'hui est donc clairement l'industrialisation. Une levée de fonds est en cours de préparation. « Nous aurons besoin de plusieurs millions », annonce le jeune patron.
La start-up bénéficie depuis quelques temps de l'accompagnement de La Fnac, d'abord sous forme de webinars.

Modèle à la Sonos


Dans un second temps, l'enseigne de distribution pourrait lui offrir une visibilité décisive. « La distribution est une étape importante », estime Grégoire Lanaud, qui doit déjà composer avec une concurrence naissante - à l'image de SmartHalo, un produit très proche, misant sur le design et d'autres fonctions, comme l'éclairage et un cadenas. Asphalt Lab compte rétorquer avec d'autres options, et même une gamme de produits connectés.

Lorsqu'on l'interroge sur sa feuille de route, lucide, Grégoire Lanaud temporise et répond qu'il doit aborder chaque chose en son temps. Influencé par le mouvement américain du « lean start-up », il explique préférer un produit « simple et fonctionnel » qu'un produit arborant trop de fonctions, et peut-être moins bien conçu. Pour rendre son Haiku plus attractif, il envisage de le connecter à d'autres applications. « Un modèle à la Sonos ».




Gregoire Lanaud Haiku
Grégoire Lanaud
Fiche d'identité - Asphalt Lab
- Nom du produit : Haiku (site officiel)
- Date de création : début 2015
- Fondateurs : Grégoire Lanaud, Frédéric Martin, Matthieu Gérard
- Mise de départ : environ 70 000 euros
- Effectifs : 3 personnes
- Locaux : Robot Lab, incubateur robotique et objets connectés
- Modèle économique : marge sur la vente de produits (pour l'instant)
- Levée de fonds : lancement imminent
- Concurrents : Apple, Samsung, Garmin, Pebble, SmartHalo et d'autres


Sa devise (Joe Dassin) :

« Dans Paris à vélo, on dépasse les autos ! À vélo dans Paris, on dépasse les taxis ! »


Modifié le 23/05/2016 à 16h15
Commentaires