le mercredi 12 mars 2014

25 ans plus tard, T. Berners-Lee veut protéger le Web par une constitution

A l'occasion du 25e anniversaire du World Wide Web, Sir Tim Berners-Lee a formulé un nouvel appel et explique que la Toile a besoin d'une véritable Constitution internationale garantissant les droits des internautes.

Tim Berners-Lee
Crédit : Wikipedia
C'est en inventant le lien hypertext en mars 1989 que le chercheur britannique Sir Tim Berners-Lee dévoilait les prémices du Web, une initiative pour laquelle il fut anobli par la reine Élisabeth II en 2004. A ses débuts, le World Wide Web visait à relier les divers travaux des chercheurs au sein du CERN, l'organisation européenne pour la recherche nucléaire. 25 ans plus tard, l'homme estime que la Toile et ses utilisateurs sont fortement menacés. Il entend alors mettre en œuvre une véritable constitution.

L'homme explique que la Toile est menacée non seulement par certains gouvernements mais également par des sociétés jugées un peu trop influentes. Selon lui, l'Internet doit rester ouvert et neutre. « Nous avons besoin d'une constitution globale, d'une Déclaration des Droits », explique-t-il ainsi dans un entretien recueilli par The Guardian. L'idée est de créer un débat international via l'initiative The Web We Want avec si possible une liste de principes mis en place à travers le monde et soutenus par les institutions publiques et les gouvernements.

« Tant que nous n'aurons pas un Internet neutre sur lequel nous pouvons compter sans se soucier de se qui se passe en arrière-plan, nous ne pouvons avoir un gouvernement ouvert (et) une bonne démocratie », affirme ainsi M. Berners-Lee. Et d'ajouter : « Ce n'est pas naïf de penser que nous pouvons avoir cela, par contre c'est naïf de penser que l'on peut les obtenir sans rien faire ».

Parmi les menaces du Web qui viennent immédiatement à l'esprit, mentionnons les pratiques de la NSA et du FBI, tous deux accusés - documents à l'appui - d'avoir mis en place des programmes baptisés PRISM et UpStream visant à collecter massivement différents types de données extraites des serveurs des plus grandes sociétés Internet voire directement des câbles sous-marins. Sir Tim Berners-Lee avait également pointé la censure en Chine et encouragé la création de technologies standards.

Reste si avec son appel, le père du Web saura faire réagir les gouvernements et mettre en œuvre cette constitution. Quoi qu'il en soit cette vision est également partagée par la Commission Européenne et notamment chez Viviane Reding, commissaire à la justice, aux droits fondamentaux et à la citoyenneté.

Diaporama :
Le Web fête ses 25 ans : la rédaction de Clubic plonge dans ses souvenirs


Modifié le 12/03/2014 à 16h34
Commentaires