SFR se met à l'ultra bas débit avec Sigfox

Cloud et Internet des objets figurent dans les priorités d’Altice sur le marché des entreprises. Le groupe a notamment noué un partenariat avec le toulousain Sigfox et son réseau ultra bas débit.


Après deux ans de rachats, le groupe Altice s'est calmé, pour s'atteler à la consolidation de ses activités. Après avoir présenté sa stratégie grand public en novembre 2015, Michel Combes - le PDG de SFR - et les siens, ont levé le voile sur les activités entreprise. Au menu, rappel des forces en présence et annonce de partenariats.

Avec l'américain Suddenlink, le suisse Green.ch (datacenters), Portugal Telecom et bien entendu SFR Business Team, l'activité B2B d'Altice a pesé 3,6 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2016, pour 1,4 million de clients. Comme sur le grand public, le groupe mise d'un côté sur les réseaux de très haut débit, mais aussi les services.

Enfin l'accélération sur la 4G ?


En France, SFR vise 70 % des entreprises éligibles au très haut débit fixe en 2017, et 90 % à la 4G - il devra pour cela accélérer fortement ses déploiements en zone peu dense, ce que dénonçait l'Arcep il y a peu. Au Portugal, la filiale locale mène de premières expérimentations sur la 5G. Mais les contours sont flous, car aucune norme n'a encore été définie sur ce qui s'annonce comme la prochaine génération d'infrastructure Internet mobile. Aux États-Unis enfin, Altice espère équiper 60 % de ses clients au 1 Gb/s en réception en 2016, et 90 % en 2017.


Altice Michel Combes
Michel Combes, PDG de SFR - Crédit : Clubic.


Reposant sur le câble de Suddenlink, la technologie employée est comparable à celle de Numericable, à savoir de la fibre avec terminaison coaxiale. Comme à son habitude, Michel Combes a de lui-même tenté de désamorcer ce sujet en dénonçant les personnes « qui glosent sur ce qu'est la fibre ou ce qui ne l'est pas ». Gageons que SFR fournisse plus de précisions à ses clients entreprises sur les débits que ses réseaux (FTTH et FTTB) proposent.


Centre d'appel à la demande


Pour plancher sur les innovations au sein du groupe, Altice présentait en novembre 2015 ses Labs, des laboratoires répartis dans les pays où la société est implantée. Sur 6 000 employés par les activités B2B, un millier travaille sur la recherche et développement dans ces centres, dont l'un va ouvrir dans l'Hexagone.

Concernant son offre, Altice se repose sur ses 18 datacenters français, portugais et suisse, et... sur les outils développés pour ses besoins en interne. Le portefeuille propose par exemple un système de communications unifiées initialement créé pour les collaborateurs du groupe. Il en va de même pour son « centre d'appel à la demande », devant permettre aux PME de se doter d'un support téléphonique en fonction de ses besoins.

SFR propose un service d'hébergement cloud et hérite des actifs de Numergy, la coentreprise qu'il a rachetée l'année dernière. Le fameux « cloud souverain » avait « raison avant l'heure » prétend la direction de SFR, mais tout en indiquant que les clients réclamant un stockage local de leurs données « ont des besoins pas forcément très rationnels d'avoir un datacenter non pas à une journée de cheval mais plutôt à une heure de voiture ».


SFR se rapproche de Sigfox


Dernier axe stratégique pour Altice : l'Internet des objets. SFR était le seul grand opérateur après Orange et Bouygues Telecom a ne rien avoir encore annoncé en ce sens. Alors que les deux concurrents font confiance à la technologie LoRa - qui a une bonne pénétration dans les bâtiments et est bidirectionnelle -, Altice a noué un partenariat stratégique avec Sigfox, qui a déjà déployé son réseau ultra bas débit dans 14 pays (il en cible 60 d'ici 2018), et d'avoir un taux de couverture de 90 % de la population en France, en Espagne et au Portugal.

Concrètement, SFR distribuera de façon privilégiée les offres Sigfox, partagera des éléments d'infrastructure pour l'aider à étendre son réseau, et n'exclut pas de créer une coentreprise pour les déploiements à venir dans les autres pays. En parallèle, SFR s'attachera à développer sa technologie 4G LTE-M, en partenariat avec le telco chinois Huawei, afin de faire profiter aux objets de son infrastructure THD. Lancement prévu à la mi-2016.


À découvrir :
Modifié le 28/06/2016 à 15h09
Commentaires