le vendredi 18 novembre 2011

IT : le Syntec prévoit une année 2012 terne

Le syndicat patronal représentant les acteurs du numérique vient de dévoiler ses prévisions en matière d'emploi. Le Syntec anticipe pour 2012 une faible croissance pour le secteur, à hauteur de 1 %.

Syntec
Le numérique devrait être touché par le ralentissement économique. Selon les prévisions du Syntec, la croissance du secteur ne devrait être que de 1 %, estime le syndicat. A titre de comparaison, l'organisation avait prévu pour 2011 une croissance de 3,5 % dans l'ensemble de la branche comprenant les services IT, les logiciels et les conseils.

En détail, pour 2011, les éditeurs de logiciels applicatifs (CRM, RH, Applications métier...) ont connu une hausse de leur activité de l'ordre de 3,8 %. Un bon chiffre principalement dû au développement de nouveaux modèles tels que le SaaS. Le secteur qui tire le mieux son épingle du jeu s'avère être celui des « conseils en technologie ». Il signe une croissance de 7 % sur la même période notamment grâce aux logiciels embarqués.

Dans un communiqué, le Syntec confie que ses prévisions étaient correctes puisque le secteur a enregistré une croissance de 3,6 % conforme aux attentes. Malgré un recul de l'activité prévu pour 2012, Guy Mamou-Mani, président du Syntec reste confiant en l'avenir. Il explique que : « quelques signaux d'alerte apparaissent mais le niveau d'activité reste bon et les projets continuent. Les budgets et les recrutements prévus pour les six prochains mois ne sont pas remis en cause. De plus, notre industrie s'est largement transformée ces dernières années pour être plus résistante à des aléas éventuels ».

Une position que ne partage pas le Munci. Dans une note publiée sur son site, l'association professionnelle des informaticiens estime que le secteur du numérique peut ne pas être porteur de croissance en période de crise. Elle rappelle que « le chômage dans l'informatique a triplé au cours de la crise 2002-2003 et doublé au cours de la crise 2008-2009 ». L'organisation invite donc à réfléchir sur les conséquences d'une faible croissance en 2012 en terme d'emploi.
Modifié le 12/07/2012 à 10h17
Commentaires