Réparabilité : Apple, Microsoft et Samsung mis au piquet

L'obsolescence programmée est un concept assez nouveau et qui est de plus en plus critiqué, en particulier par les écologistes mais également par les acheteurs. L'idée est simple : moins un appareil est réparable, plus le client va le changer dès lors qu'il a un pépin. Greenpeace et iFixit, site spécialisé dans les réparations, lancent leur premier classement de la reparabilite des appareils high-tech grand public.

Sans surprise, le classement pointe du doigt trois géants de l'industrie régulièrement critiqués pour l'impossibilité de réparer leurs appareils : Microsoft, Samsung et Apple.

Le Surface Laptop de Microsoft obtient la note de zéro


Publié le mardi 27 juin 2017, le classement Greenpeace et iFixit de la réparabilité pointe du doigt la firme de Redmond et sa dernière création, le Surface Laptop. Déjà critiqué lors de sa sortie en tant que véritable « cauchemar » pour les réparateurs, il obtient la pire note possible : zéro pointé. « C'est une monstruosité de colle » écrit iFixit sur son site : les composants sont collés ou soudés et le site conclut qu'il est impossible de tenter de le réparer « sans l'endommager sérieusement ».

L'éternel concurrent de Microsoft, Apple, n'est pas en reste. Régulièrement pointé du doigt par iFixit, il obtient des 1 et des 2 sur 10 pour ses iPad 5, iPad Pro 9.7, MacBook Pro 13 pouces Touch bar ou encore Retina MacBook 2017. De quoi faire dire à Greenpeace que ces entreprises contribuent « à la montagne grandissante d'e-déchets » selon les propos de Gary Cook, membre de l'ONG aux Etats-Unis.

Microsoft Surface Pro 3 - Composants internes


Il y a tout de même des bons élèves


Samsung aussi est pointé du doigt par le classement, mais dans la catégorie smartphones. Les Galaxy S7 et S8, les deux derniers smartphones haut-de-gamme de la marque sud-coréenne, obtiennent les pires scores de leur catégorie : 3 et 4 respectivement.

Inversement, Greepeace et iFixit font l'éloge d'autres constructeurs : Fairphone, Dell et HP. Ils ont tous prévu des composants de réserve, ont des appareils facilement démontables et réparables et, surtout, laissent à disposition du grand public les manuels pour les réparations, permettant aux bricoleurs de ne pas devoir faire appel à des services spécialisés et payants.

Modifié le 27/06/2017 à 14h23
Commentaires