Pour Orange, Xavier Niel ne peut avoir "le beurre, l’argent du beurre et la crémière"

L’éventualité d’un rachat de Bouygues Telecom par Orange continue d’alimenter les conversations. Free Mobile, qui devrait obtenir une partie de son concurrent, et Xavier Niel seraient exigeants sur les contreparties.

La vente de Bouygues Telecom à Orange ne se fera pas sans que les autres opérateurs ne touchent une part de leur concurrent. Les actifs du groupe devraient être distribués entre les différents acteurs du marché. A défaut, le nouvel ensemble constitué par Orange et Bouygues totaliserait une trop grande partie du marché.


Face à un Numericable/SFR et au risque d'établir un duopole, seul Free Mobile apparaitrait comme un opérateur de taille raisonnable. La filiale du groupe Iliad n'occuperait alors qu'une place réduite dans le secteur. De quoi faire de Free Mobile un acteur doté d'un poids marginal face aux mastodontes du domaine.

Dans ce cadre, Stéphane Richard précise que la direction de Free serait toujours exigeante auprès de l'opérateur historique. Xavier Niel aurait ainsi demandé à ce que le contrat d'itinérance le liant à Orange soit prolongé. Interrogé par Les Echos, le PDG d'Orange explique au sujet de Xavier Niel : « C'est une constante chez lui. De temps en temps, il faut lui dire, mon cher Xavier, tu ne peux pas avoir le beurre, l'argent du beurre et la crémière ! ».

stephane richard orange

Une sortie qui ne manquera pas de faire sourire l'intéressé. Free Mobile pourrait en effet sortir gagnant du rachat de Bouygues Telecom par Orange ou de l'hypothétique signature d'un nouveau contrat d'itinérance, lui permettant d'utiliser le réseau de l'opérateur historique.

A lire également
Modifié le 10/03/2016 à 10h22
Commentaires