Microsoft : une stratégie multi-plateforme pour développer un modèle freemium

La firme de Redmond a finalement expliqué comment elle comptait générer des revenus tout en multipliant les applications gratuites sur les plates-formes de ses concurrents.

Depuis quelque temps déjà, Microsoft multiplie ses efforts sur les plates-formes de ses concurrents. La firme de Redmond a ainsi publié la suite Office sur iOS et Android et ôté quelques restrictions liées à l'abonnement Office 365. L'équipe de Microsoft Garage multiplie ses travaux sur Android pendant que la direction négocie le rachat d'applications tierces pour les proposer gratuitement par la suite. Et c'est sans parler des licences Windows, devenues gratuites pour les terminaux dotés d'une dalle de moins de 9 pouces, ou du stockage de OneDrive qui ne cesse d'augmenter.

Mais comment donc, la société compte-t-elle générer des revenus ? Nos confrères de TheVerge expliquent qu'à l'occasion de la conférence Convergence, Chris Caposella, directeur du marketing chez Microsoft, a donné quelques éléments de réponse en précisant qu'il s'agit tout simplement de mettre en place les bases fondamentales pour développer ensuite un modèle freemium.

De l'utilisateur au consommateur


Microsoft commence par travailler sur l'acquisition de consommateurs en leur permettant d'utiliser des produits gratuitement, comme Office sur iPad. Puis la société tente de renforcer les liens avec ces derniers afin qu'ils continuent d'utiliser ces produits, parfois en s'appuyant sur un autre service de son écosystème (typiquement OneDrive). Des stratégies sont développées ensuite pour perpétuer ce cercle vertueux, avant de finalement décider quels consommateurs seront les plus susceptibles de payer pour débloquer certaines fonctionnalités sur les applications de leur écosystème utilisé au quotidien.

Stratégie Microsoft


Un écosystème avant tout


M.Caposella admet que Microsoft s'inspire de la stratégie marketing d'Apple afin de mettre en évidence un écosystème cohérent au sein duquel le logiciel collabore étroitement avec le matériel.

Ainsi il explique que les équipes de OneNote ont travaillé avec celles de Windows et de Surface pour offrir une vraie intégration du logiciel au sein de la Surface Pro 3. Il ajoute que Cortana est une manière indirecte d'utiliser Bing et donc de casser le réflexe Google.com. C'est la raison pour laquelle l'assistante virtuelle trouvera sa place dans différents produits de Microsoft. Aussi, Outlook.com est un autre moyen détourné pour l'utilisation de Skype et donc pour la commercialisation de minutes de communication.

Avec Windows 10 sur l'ensemble des terminaux et la promesse des applications universelles, Microsoft développe ainsi son écosystème et devrait multiplier les interactions entre ses différents services et produits. Reste à savoir si ces derniers sauront convaincre suffisamment les utilisateurs afin qu'ils mettent la main au portefeuille.
Modifié le 17/03/2015 à 18h42
Commentaires