le mercredi 20 janvier 2016

IBM : la hausse du dollar le prive de 7 milliards

Les efforts d'IBM pour devenir une société axée sur le cloud payent à leur échelle, mais ne suffisent toujours pas à redresser l'ensemble du groupe. En 2015, le dollar cher a aussi pesé.

Que le virage du cloud est dur à négocier pour IBM. Si le géant de l'IT réussit à tirer de plus en plus d'argent de cette activité, cela ne suffit pas encore à compenser le recul de ses métiers historiques. Avec une baisse de 8,5 % du chiffre d'affaires sur un an, à 22,1 milliards de dollars, le dernier trimestre 2015 a été le quinzième consécutif de repli pour IBM. Sur l'ensemble de l'année, la baisse a frôlé les 12 %, à 81,7 milliards de dollars.

Deux facteurs ont pesé sur les résultats : la faiblesse des dépenses informatiques des entreprises, et la cherté du dollar - dans la mesure où la moitié des ventes se font hors des États-Unis. En 2015, le dollar américain s'est apprécié de 9 %, ce qui a privé IBM de 7 milliards de chiffre d'affaires ! Sans cela, il n'aurait reculé que de 6,5 % en 2015. Les profits au dernier trimestre ont été affectés de 300 millions, à 4,46 milliards (-18,6 %).

De gros concurrents


La stratégie dictée par la directrice générale, Ginni Rometty, depuis son arrivée en 2012, est de focaliser les efforts d'IBM sur les activités à plus forte marge comme le cloud, l'intelligence artificielle (Watson), le big data et le mobile. Mais pour un groupe de cette taille, changer d'ADN ne s'opère pas en quelques mois. La difficulté est aussi de se faire une place à côté de concurrents féroces comme AWS, Microsoft et Google.


Ginni Rometty
Virginia « Ginni » Rometty est à la tête d'IBM depuis janvier 2012 - Crédit : IBM.


À ce jour, ces nouvelles activités sont en forte croissance (16 % en 2015) et commencent à se voir dans les comptes (35 % du chiffre d'affaires). Mais la dynamique n'est pas encore suffisante pour relever le reste des autres branches (serveurs, services aux entreprises et logiciels). Pour 2016, les précisions sont prudentes.


À lire également :

Modifié le 20/01/2016 à 16h27
Commentaires