Rachat de Bouygues par Orange : l'Etat veut aussi sa part

Alors qu'Orange est en négociation pour racheter Bouygues Telecom, l'Etat demande à ce dernier de revoir à la baisse ses prétentions au capital de l'opérateur historique.

Selon le Journal du Dimanche, l'exécutif viendrait de prendre une part plus actives aux négociations en cours, dans le cadre du rachat de Bouygues Telecom par Orange. Pour ne pas voir sa propre participation reculer - et tomber à 19,6% -, l'Etat entend arbitrer le négoce et demande à Bouygues de ne pas demander plus de 11% du capital d'Orange.

Jusqu'alors, les discussions laissaient entendre qu'en contrepartie du rachat de sa filière Telecom, Bouygues devienne actionnaire d'Orange à hauteur de 15%. Par la même occasion, Free et SFR se partageraient les parties de Bouygues Telecom qu'ils rachèteront probablement pour environ 4,5 milliards d'euros.

Mais l'Etat entend rester l'actionnaire majoritaire de l'opérateur français, anciennement France Telecom. Depuis qu'il a cédé en 2004 une partie de ses actions pour passer en dessous de la barre des 50 % (et faire que France Télécom devienne une entreprise privée), le gouvernement ne cesse de revoir à la baisse sa propre part à l'ancienne propriété de l'Etat. En septembre 2014, il n'est plus détenteur que de 23%, et ce chiffre sera inévitablement revu à la baisse après le rachat de Bouygues Telecom, quels que soient les termes de la présente négociation.

Suite au rachat, l'Etat exigerait par ailleurs un maintien de l'emploi pendant trois ans, soit le même délai appliqué lors du rachat de SFR par Numericable.

A lire également
Modifié le 28/06/2016 à 11h08
Commentaires