le jeudi 30 novembre 2017

Apple vs Qualcomm : Cupertino contre-attaque

La bataille judiciaire qui oppose Apple à Qualcomm vient de prendre un tournant inattendu : jusqu'à présent c'était Qualcomm, qui produit les puces embarquées dans les principaux smartphones du monde entier, qui avait traîné Apple devant les tribunaux. Désormais, c'est l'inverse qui s'est produit : la firme de Cupertino a annoncé qu'elle déposait plainte contre Qualcomm.

Encore une fois, l'affaire tourne autour de l'utilisation de brevets sans autorisation, notamment dans le domaine des batteries. Qualcomm espère faire interdire la vente de certains modèles d'iPhone, chose qu'Apple veut à tout prix éviter.

Une plainte pour violation de brevet...


Selon l'agence Reuters qui publie un article le 29 novembre 2017, Apple aurait déposé une plainte pour violation de brevet contre Qualcomm, auprès du tribunal de San Diego en Californie. La plainte concerne huit brevets qui auraient été attribués à Apple et dont la technologie serait utilisée par Qualcomm sans son autorisation. Ces huit brevets concerneraient la technologie permettant au processeur du smartphone d'utiliser le moins de batterie possible.

La technologie permet au processeur d'éteindre certaines de ses parties lorsqu'elles ne sont pas nécessaires, afin d'augmenter la durée de la charge du téléphone. Selon Apple, Qualcomm utiliserait certains de ces huit brevets dans les processeurs Snapdragon 800 et 820 utilisés, entre autres, par Samsung et Google dans certains de leurs appareils.

Qualcomm 5g


... pour contrer une plainte pour violation de brevet


L'adage dit bien qu'il faut « combattre le feu par le feu »... et c'est ce que fait Apple. Le groupe de Cupertino tente par cette plainte de faire tout simplement annuler celle de Qualcomm, en mettant en avant qu'il détenait des brevets « des années avant que Qualcomm ne commence à déposer les brevets pour lesquels elle a porté plainte contre Apple ».

C'est la dernière page d'un feuilleton qui risque encore de durer des années : les deux groupes se livrent bataille sur plusieurs fronts dans diverses plaintes déposées. C'est Apple qui avait, début 2017, initié le conflit : le groupe de Cupertino a accusé Qualcomm d'abus de position dominante. Depuis, toute raison semble bonne pour attaquer l'adversaire devant les tribunaux.

Modifié le 30/11/2017 à 10h14
Commentaires