le mardi 18 avril 2017

Uber : les pertes s’aggravent

Les problèmes chez Uber semblent s'aggraver avec la confirmation d'une nouvelle année dans le rouge en 2016. Une situation qui vient se cumuler avec les autres problèmes du groupe, que ce soit au niveau des procès contre son activité, des accusations graves de harcèlement sexuel ou encore des plaintes liées au vol de certains brevets. Sans compter la crise au niveau le plus haut de l'entreprise.

La start-up à la valorisation milliardaire continue de perdre de l'argent et de vivre sur le cash issu des diverses levées de fonds, qui lui ont permis d'être valorisée près de 69 milliards de dollars.

Uber a perdu 2,8 milliards de dollars en 2016


N'étant pas cotée en Bourse, la start-up Uber, spécialisée dans les VTC (Véhicules de Tourisme avec Chauffeur), ne doit pas publier ses résultats annuels. Mais cela n'empêche pas les journalistes d'avoir leurs sources et de dévoiler régulièrement les résultats, jusqu'à aujourd'hui mauvais, de l'entreprise. Een 2015, le groupe avait déjà enregistré une perte de 2 milliards de dollars.

En 2016, les choses semblent avoir empiré : Uber a confirmé les informations dévoilées par Bloomberg fin 2016, où l'on découvrait que l'entreprise ne faisait toujours pas de bénéfices. Sur l'année 2016, Uber aurait perdu 2,8 milliards de dollars, soit plus qu'en 2015 et beaucoup plus qu'en 2014, lorsque les pertes n'avaient été que de 671 millions de dollars.

Uber chauffeur vtc


Les problèmes s'accumulent chez Uber


L'entreprise n'est pas en faillite : elle vit sur les sommes cumulées à grands coups de levées de fonds et le chiffre d'affaires augmente malgré tout. Il a atteint, en 2016, 20 milliards de dollars, ce qui lui permet de rester confiante pour l'avenir.

Mais les pertes s'accumulent et le groupe fait face à une crise. Les agissements de Travis Kalanick ont été largement critiqués dans la presse, notamment après qu'une vidéo où on le voit insulter un chauffeur a fait surface. Uber doit aussi répondre aux accusations de harcèlement sexuel, vient de se faire interdire en Italie et est soupçonné par Google d'avoir volé la technologie de ses voitures autonomes Waymo, dont l'un des ingénieurs a fondé les camions autonomes Otto rachetés par Uber.

Modifié le 18/04/2017 à 09h17
Commentaires