le lundi 12 décembre 2011

Zendesk : nous aurons des bureaux en France fin 2012

Mikkel Svane
Spécialisée dans les solutions d'assistance pour les entreprises de toutes tailles, Zendesk annonce l'amorce d'un processus d'internationalisation avec la disponibilité de ses produits en Français. A l'occasion du salon LeWeb 2011 nous avons rencontré Mikkel Svane, PDG de Zendesk qui présente sa société comptant déjà plus de 10 000 clients

Pourriez-vous rappeler les activités de Zendesk ?

Mikkel Svane : Zendesk propose une plateforme de support et nous travaillons avec plusieurs de nos clients comme Airbnb ou d'autres partenaires en France comme LaPoste ou le quotidien Liberation. Nous les aidons à mieur interagir avec leurs clients.

Et vous-mêmes, de combien de clients disposez-vous ?

M.S : Nous avons énormément de clients, plus de 10 000 en tout. Ces derniers disposent eux-mêmes de bases de clients différentes. Certaines sont très grosses d'autres au contraire très petites, et notre produit s'adapte à toutes tailles d'entreprises au travers de différentes souscriptions. Nous avons Adobe, Groupon, Dropbox...

En janvier dernier, vous avez triplé vos revenus et votre base de clients. Quels sont vos attentes pour cette année ?

M.S : Nous enregistrons un rythme de croissance trimestriel de +30%. Nous pensons que nous n'avons pas encore atteint le point critique. Nous n'entrevoyons que la surface d'un marché très très large. Il y a encore des centaines voire des milliers de sociétés qui ne savent pas qu'elle peuvent mettre en place un très bon système de support de manière très simple.

A l'heure actuelle Zendesk embarque quelques réseaux communautaires comme Facebook et Twitter via lequels les clients de vos sociétés partenaires peuvent ouvrir un ticket de support. Pensez-vous intégrer d'autres réseaux ?

M.S : Absolument. Nous essayons de prendre en charge tous les canaux (téléphone, email, chat, web, social...). En terme de web communautaire le canal le plus important pour nous a été Twitter. Facebook devient aussi assez important. Notre objectif est de prendre en charge n'importe quel réseau qui s'avère être un bon médium entre vous et vos clients.

Vous avez récemment lancé un service de support VoIP. Ce dernier est-il disponible en France ?

M.S : Non pas pour l'instant. Je pense qu'il sera disponible en début d'année prochaine. C'est un moyen très simple de choisir un numéro de téléphone et de redistribuer ce dernier à l'ensemble de vos agents de support. Pour ce produit nous travaillons avec Twilio.

Aujourd'hui, quel est votre plus gros marché ?

M.S : A l'heure actuelle il s'agit des Etats-Unis. Cela représente environ 60-65% de nos revenus. Cependant l'Europe est vraiment un marché de plus en plus important et nous y dépensons beaucoup de temps et beaucoup de ressources. Nous avons une quinzaine d'employés dans notre centre européen à Londres. Nous aurons d'autres bureaux internationaux avant la fin 2012 et notamment en France.

En terme d'investissements, combien avez-vous levé jusqu'à présent ?

M.S : Au bout de trois tours auprès d'investisseurs nous avons obtenu un peu plus de 25 millions dollars. Je ne saurais vous dire en revanche si nous allons obtenir davantage.

Envisagez vous d'effectuer des acquisitions ?

M.S : Comme toutes les sociétés nous envisageons toutes les possibilités qui nous sont offertes. Mais pour l'heure nous n'avons aucun projet en ce sens.

Je vous remercie.
Modifié le 12/07/2012 à 09h52
Commentaires