le lundi 18 janvier 2016

Robots et intelligence artificielle pourraient détruire des millions d’emplois

Des nouvelles projections du Forum économique mondial prédisent de nombreuses destructions d'emplois du fait de l'émergence de la robotique. Dans 5 années, environ 7,1 millions de postes devraient être supprimés.

Une étude relance le débat au sujet de l'impact de la robotique sur l'emploi. Selon des observations conduites par le Forum économique mondial de Davos, d'importantes suppressions d'emplois sont à prévoir dans les 15 pays majeurs du globe. L'essor de l'intelligence artificielle et de la robotique seraient les causes principales de ces suppressions.

Selon leurs propres chiffres, environ 7,1 millions d'emplois pourraient être supprimés dans les 5 prochaines années. En parallèle, 2 millions de nouvelles fonctions devraient être créées du fait de l'émergence de nouveaux modèles ou même de métiers. Malgré tout, ce comptage est clairement en la défaveur des travailleurs.

L'étude précise que les principales causes menant à ces réductions d'emplois sont l'automatisation de tâches répétitives, rendant « inutile » la présence de plusieurs humains. Selon Reuters, ce constat doit être mis en corrélation avec une autre étude, conduite par l'organisation mondiale du travail.

Live Japon - Robots industriels

Ce document précise qu'à l'horizon 2020, environ 11 millions de personnes supplémentaires seront sans travail. La majorité de ces pertes seront concentrées dans le secteur public ou administratif. Sur ces segments, des algorithmes ou des machines pourront rapidement prendre le pas sur des postes actuellement occupés par des personnes. Enfin, le rapport anticipe également l'essor de la télémédecine, de la gestion d'énergie ou de l'optimisation des services financiers.

Si un remplacement semble se profiler, certains profils continueront de séduire les employeurs. Pour le Forum économique mondial, les analystes de la donnée (Data Scientist) ou les vendeurs très spécialisés pourraient tirer leur épingle du jeu.

A lire également
Modifié le 18/01/2016 à 15h23
Commentaires