Télécoms en France : les forces en présence

Diaporama : À l'aube du rachat de Bouygues Telecom par Orange, dont la réalité est devenue palpable, voici un état des lieux du marché français des télécoms, qui n'a pas arrêté de se remodeler depuis l'entrée fracassante de Free dans le mobile en 2012.
Partager ce diaporama
Image: 1/10 Publiée par Thomas Pontiroli
  • Clients mobile

    Clients mobile

    Clubic
  • Clients 4G

    Clubic
  • Stations 4G

    Clubic
  • Couverture 4G

    Clubic
  • Arpu mobile

    Clubic
  • Clients fixe

    Clubic
  • Clients THD

    Clubic
  • CA France 9 mois 2015

    Clubic
  • CA monde 9 mois 2015

    Clubic
  • Total clients monde

    Clubic
Crédit : DR
 

Un marché mobile polarisé


Le marché français des télécoms se répartit entre deux gros acteurs (Orange et SFR), et deux plus petits (Bouygues Telecom et Free). Depuis le rachat de SFR par Numericable à la fin de 2014, plus d'un million de clients ont résilié leur abonnement, déçus des couacs du service client, de la couverture 4G à la traîne (moins de 60 % de la population en janvier 2016) et surtout, de la hausse assumée des prix. De son côté, et depuis cette date, Bouygues Telecom a accentué sa stratégie lowcost pour rivaliser avec Free, ce qui lui a réussi : en 2015, les clients ont afflué.

Aller plus loin :

Orange, leader sur la 4G


Avec le meilleur taux de couverture 4G du pays (voir graphique suivant), et la meilleure qualité de service aux yeux du régulateur des télécoms (Arcep), Orange a su tirer son épingle du jeu en devenant rapidement le premier opérateur sur la 4G en nombre de clients. Sur ce terrain, Bouygues Telecom était pourtant celui qui avait dégainé le premier, grâce au refarming des la bande 1 800 MHz (de la 2G, vers la 4G), effectif au 1er octobre 2013.

Aller plus loin :

SFR en retard sur le réseau 4G


À eux deux, Orange et Bouygues Telecom contrôlent plus de la moitié du réseau 4G français, en nombre de sites autorisés par l'ANFR. Critiqué pour son sous-investissement par l'Arcep, SFR a commencé à mettre les bouchées doubles au début 2016, devenant le plus actif en déploiements.

Aller plus loin :

Les 700 MHz vont rééquilibrer la couverture 4G


Si Free Mobile n'est pas le plus à son avantage, de même que SFR, l'obtention de deux lots sur la bande des 700 MHz à la fin 2015 leur permettront d'étendre considérablement leur couverture dans les prochains mois. L'Arcep a conditionné la vente aux enchères des 700 MHz au déploiement du réseau dans les zones les moins couvertes, par exemple, les voies ferrées - ce qu'Orange a initié de son plein gré en février 2016, notamment sur la ligne TGV Paris-Lyon. Notons qu'Orange a annoncé couvrir 80 % de la population en 4G en février 2016, et Bouygues Telecom 75 %.

Aller plus loin :

Les prix ont atteint un plancher


C'est le chiffre au centre du secteur depuis l'arrivée de Free en 2012 : le revenu moyen par abonné dépassait 41 euros en 2007, pour tomber à moins de 23 euros en 2015. SFR est le premier opérateur à avoir relancé les prix à la hausse, alors que les autres accompagnent le mouvement du ralentissement de la baisse. Selon les observateurs et les opérateurs eux-mêmes, les prix ne baisseront plus. Pour recréer de la valeur - censée être réinvestie dans les réseaux par exemple - ils misent sur les services additionnels gourmands en data (Netflix, Spotify...), afin de mener le client vers des forfaits 4G plus onéreux. Notons que Free ne communique pas son Arpu, et qu'il s'agit d'une estimation tenant compte de son forfait à 2 euros.

Aller plus loin :

Le lowcost  de Bouygues Telecom ne suffit pas dans le fixe


Par son statut d'opérateur historique, Orange est le FAI le plus important en parts de marché. À l'opposé, Bouygues Telecom est arrivé sur le secteur en 2008 avec son offre triple-play ADSL. Avec une politique commerciale agressive entamée en 2014 (forfait triple-play inférieur à 20 euros par mois), Bouygues Telecom a regagné du terrain, mais pas au point de rattraper SFR et Free.

Aller plus loin :

Le câble donne à SFR un avantage sur le très haut débit fixe


C'est sur le terrain du très haut débit fixe (THD), que se jouent les recrutements d'abonnés aujourd'hui. À ce petit jeu, SFR est bien placé car il utilise une technologie de fibre à terminaison coaxiale en cuivre (FTTLA), lui permettant d'exploiter des infrastructures existantes. Cet héritage de Numericable a presque tendance à occulter le fait que le SFR de l'ère Vivendi avait déployé sa vraie fibre optique (FTTH). Un accord de mutualisation entre Bouygues Telecom et SFR en zones moyennement dense (57 % du territoire), contribue à aider la filiale du groupe de BTP, qui exploite par ailleurs le câble de Numericable en marque blanche.

Aller plus loin :

4G, IoT... les nouveaux relais de croissance


Le marché des télécoms en valeur est largement dominé par Orange, et dans une moindre mesure, par SFR. Ces chiffres tiennent compte de la présence des deux opérateurs sur le marché des entreprises. Pour continuer de faire grandir leur activité après quatre ans de guerre des prix, tous misent sur le très haut débit fixe et mobile, l'Internet des objets, le contenu (afin de soutenir les besoins en 4G par exemple...), mais aussi l'expansion internationale.

Aller plus loin :

Les ambitions internationales d'Orange et Altice


Au niveau mondial, Orange ne joue clairement pas dans la même catégorie. En face de lui pourtant, Altice (propriétaire de SFR), commence à atteindre un certain poids, suite aux rachats réalisés en 2015. Notons que la consolidation des sociétés reprises par Altice n'est pas forcément terminée, et qu'il s'agit ici d'un ordre de grandeur prenant en compte les résultats de Suddenlink, Cable Vision et Portugal Telecom, soit les sociétés concernées.

Aller plus loin :

Orange, de France Télécom à la "banque mondiale"


On a peut-être tendance à l'oublier, mais les clients mobiles de l'ex-France Telecom ne pèsent que 10 % de sa clientèle mondiale. Le plus gros de ses clients sont en Afrique, où l'opérateur compte près de 110 millions d'abonnés au mobile. Et ce n'est pas fini, puisque la société de Stéphane Richard a annoncé début 2016 de nouvelles implantations au Libéria, au Burkina Faso et en Sierra Leone, étendant sa présence à 20 pays, soit près de la moitié du continent. Et pour continuer de grossir sa base clients, Orange mise désormais autant sur les télécoms que sur... les services financiers.

Aller plus loin :
Modifié le lundi 15 février 2016

Plus d’évènements à venir

> Tous les évènements