le lundi 09 septembre 2013

Post PC : est-il temps d'adopter le Responsive Web Design ?

Une meilleure approche pour le SEO

En terme de référencement, la présence d'un sous-domaine ou d'un site distinct générant une quantité de liens pointant vers des pages optimisées pour mobile peut éventuellement poser des problèmes de duplicate content. Or la reprise intégrale ou partielle d'un texte est sanctionnée par Google et perçu comme du contenu de pauvre qualité. Cela peut se traduire par un moins bon classement au sein des résultats de recherche.

SEO

Maciej Poltorak, responsable du référencement sur les sites du groupe M6 Web, précise que contrairement à l'usage d'une TDL dédiée, de type .mobi, un sous-domaine permet de tirer un bénéfice de l'autorité de son hôte au sein de Google. Cependant « Nous diluons encore une fois la popularité et forçons Google a crawlé un nombre deux fois plus important de pages. »

Depuis plusieurs années, Google favorise les sites Internet pensés pour un usage mobile. Ces derniers obtiennent ainsi un meilleur classement au sein du moteur de recherche lorsqu'une requête est effectuée depuis un smartphone. Depuis, la firme de Mountain View encourage les éditeurs à adopter un développement plus moderne et explique que les webmasters doivent « suivre les bonnes pratiques du secteur, lesquelles préconisent l'utilisation de la conception Web adaptative ».

Un coût optimisé... à long terme

La méthode traditionnelle pour élargir sa présence sur la Toile vise à concevoir plusieurs versions d'un même site Internet afin que son contenu s'affiche correctement sur ordinateurs et sur smartphones. D'emblée, ce choix pose plusieurs problèmes.

La gestion de plusieurs sites se traduit inévitablement par un temps de maintenance plus important. Outre la mise à jour du HTML, il est également nécessaire de gérer les bases de données respectives associées à chaque version, et bien entendu, l'éditeur n'en proposant rarement plus que deux, il revient à l'administrateur de déterminer les règles de redirection en fonction des terminaux du mobinaute, quitte proposer un site optimisé pour un écran de 3,5 pouces sur une tablette de 7 pouces...

En outre, pour les sites Web les plus anciens, il n'est pas rare que la déclinaison mobile ait été conçue plusieurs années après l'édition classique. Celle-ci peut donc être prise en charge par une agence de développement différente ce qui introduit plusieurs complications en terme de coordination par exemple pour la mise à jour d'une section.

Interrogé par nos soins, Quentin Adam, PDG de Clever Cloud, affirme qu'une stratégie responsive « est en général moins chère et surtout beaucoup plus simple à maintenir dans le temps : pas de copie de données, l'architecture est pensée de façon unifiée. De plus, un site responsive est un gage de qualité logicielle. En plus d'être la démarche qui respecte les standards du web ».

html

Plus accessible, plus simple, promesse d'un meilleur référencement et moins cher, l'avenir du responsive Web Design semble tout tracé. Cependant cette tendance ne fait pas l'unanimité et en pratique les choses sont un peu différentes. Pour certains, l'adoption du responsive engendre trop de coûts parallèles et ne répond pas forcément aux besoins de chacun.
Modifié le 18/11/2013 à 15h50
Commentaires