Sexe, drogue et armes en vente sur Facebook

Premier couac pour la place de marché de Facebook. Il n'aura pas fallu une semaine avant que des internautes peu scrupuleux se mettent à y vendre de la drogue et des armes, façon Silk Road.

À peine lancée, déjà détournée. Facebook Marketplace, la boutique en ligne entre particuliers sur le réseau social, est apparue en début de semaine, signant une entrée fracassante pour l'américain dans l'e-commerce. Comme le rapporte le New York Times, des annonces pas très légales pour des armes, de la drogue et des services sexuels ont déjà fleuri dans les rayons virtuels. Il y a même, note le quotidien, un bébé hérisson.

Bien entendu, la nature de ces produits et services va à l'encontre des conditions générales de vente de Facebook Marketplace, qui n'a pas tardé à formuler ses excuses à ce sujet. Non seulement, tout cela est illégal, en plus, leur présence rappelle la célèbre boutique en ligne Silk Road, accessible sur le Dark Net et fermée par le FBI en 2013.

Enjeu important


Mary Ku, responsable produit chez Facebook, a expliqué cette avarie par la survenue d'un problème technique sur la plateforme, qui a laissé passer ces annonces, alors qu'elles devaient être bloquées. « Nous travaillons sur la résolution de la faille et allons surveiller de près le système de contrôle afin de nous assurer qu'il identifie correctement puis supprime les annonces litigieuses, avant de rouvrir le site aux usagers » a ajouté Mary Ku.

Pour l'instant, la place de marché n'est accessible qu'aux États-Unis, Australie, Royaume-Uni et Nouvelle-Zélande, et depuis un mobile. L'enjeu de ce service est important pour celui qui aspire à devenir central dans la vie numérique des internautes. Actuellement, 450 millions de personnes se rendent déjà, tous les mois, sur les groupes de vente du réseau social. Fort de ses 1,7 milliard d'utilisateurs actifs, il pourrait bien inquiéter eBay.


Facebook Marketplace armes
Facebook Marketplace drogue
Exemples d'annonces trouvées sur Facebook Marketplace - Crédit :


À lire :
Modifié le 07/10/2016 à 15h05
Commentaires