Richard Stallman veut détruire Facebook pour protéger la vie privée

Facebook est-il l'ennemi juré de la démocratie et de la vie privée ? C'est en tout cas ce que pense Richard Stallman, père du logiciel libre qui appelle au boycott.

De passage au Québec, Richard Stallman a tenu un discours à l'université Laval sur les libertés numériques, et bien entendu, le logiciel libre. L'homme est à l'origine de la licence GPL et rêve d'un monde au sein duquel les logiciels propriétaires - qu'il qualifie de « privateurs » - n'existent tout simplement plus.

L'homme estime que le réseau de Mark Zuckerberg constitue une entrave fondamentale à la vie privée. Dans un entretien recueilli par Le Devoir, il affirme : « Il faut éliminer Facebook pour protéger la vie privée ». Et d'ajouter que Facebook « utilise bien plus ses usagers que ses usagers ne l'utilisent (...) C'est un service parfaitement calculé pour extraire et pour amasser beaucoup de données sur la vie des gens ».


Pour M. Stallman, le logiciel propriétaire est une entrave fondamentale à la liberté puisque son éditeur est en mesure de décider le contenu, les fonctionnalités, imposer la censure ou encore déployer à son gré des mises à jour.

Richard Stallman

Richard Matthew Stallman


Pour Facebook, les données collectées - avec le consentement des internautes - servent bien évidemment à proposer un ciblage publicitaire plus efficace. En parallèle des propos de M. Stallman, il est toutefois intéressant de noter que Facebook est l'une des sociétés ayant publiquement soutenu Apple, aux prises avec le FBI, qui souhaite accéder aux données chiffrées des iPhone. Facebook a également signé une motion devant la cour.

Stratégie marketing ou véritable inquiétude ? Quoi qu'il en soit, le géant communautaire a en outre mis en place une URL spécifique uniquement accessible depuis les navigateurs pourvus d'une extension assurant la prise en charge de Tor et facilité les communications chiffrées en PGP avec l'aide de ProtonMail.

A lire également :

Téléchargez :
Modifié le 17/03/2016 à 09h53
Commentaires