le vendredi 18 mars 2016

Archos est de retour, confiant en son avenir

C'est le retour d'Archos. Exactement trois ans après le départ du dirigeant-fondateur Henri Crohas, le français affiche un taux de croissance insolent et renoue même avec les bénéfices.

Archos tient le bon bout. En 2015, le fabricant français a clairement relevé la pente, et à quel rythme ! Ses ventes de smartphones et de tablettes ont grimpé de 20 % comparé à 2014, portant le chiffre d'affaires de la société à 158,7 millions d'euros sur l'ensemble de l'année, dont près de 90 millions au deuxième semestre.

Dans un marché du smartphone où 94 % des profits sont accaparés par Apple et où il reste des miettes pour les constructeurs d'entrée de gamme, Archos est parvenu à nettement relever sa marge brute, qui est passée à 18,9 %, contre 13,2 % au début 2015. Un exploit qu'il doit à « une gestion rigoureuse », qui a permis « une forte baisse des charges d'exploitation ». Au deuxième semestre, Archos est même repassé dans le vert, dégageant 1,5 million d'euros de bénéfices nets, contre une perte de 3,5 millions sur la première moitié de l'exercice.

L'offensive


Pour confirmer cette reprise en 2016, le français compte accélérer les lancements de produits, à l'image du smartphone Diamond 2 Plus, présenté au salon MWC de Barcelone, tout en étoffant son catalogue. « Notre gamme est plus large et se renouvelle plus vite. Un peu comme Zara dans la mode », compare le directeur général, Loic Poirier, aux Echos, questionné sur la vive concurrence des acteurs chinois tels que Huawei.


Archos Diamond 2 Plus
Le Diamond 2 Plus est le nouveau haut de gamme d'Archos pour 2016; qui inaugure son premier capteur d'empreintes digitales - Crédit : Archos.


Fort de quatre trimestres consécutifs de croissance, et d'un carnet de commandes bien rempli au premier trimestre, Archos vise désormais le cap des 200 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2016. Comme son rival local Wiko, Archos a une botte secrète pour se développer : l'Afrique. Présent en Égypte, au Nigéria, en Algérie, au Maroc ou au Sénégal, le français assure avoir signé des « partenariats majeurs pour 2016 ».


À lire :



Modifié le 18/03/2016 à 12h23
Commentaires