le mercredi 09 mars 2016

Géolocalisation : Uber remporte une victoire sur les taxis

Le service de VTC remporte une manche dans sa bataille juridique l’opposant aux représentants des taxis. Le Conseil d’Etat juge qu’Uber doit conserver le droit d’informer ses clients sur la localisation et la disponibilité des véhicules.

Le Conseil d'Etat donne raison à Uber. La juridiction vient de rendre sa décision au sujet d'un différend opposant le service de chauffeurs privés aux taxis. Elle considère que les VTC ne doivent pas être interdits « d'informer les clients, avant la réservation, de la localisation et de la disponibilité d'un véhicule ».

La décision a été motivée par le fait que cette interdiction aurait dû être proposée à la Commission européenne, avant son adoption dans le cadre de la loi Thévenoud. Le Conseil d'État a « relevé que les règles en cause n'avaient pas fait l'objet de cette procédure d'information », expliquent les juges.

Cette partie de la loi Thévenoud, qui va devoir être corrigée, était très critiquée par l'ensemble du secteur du VTC. La possibilité de géolocaliser les véhicules demeure un service rendu aux utilisateurs. Les opposants à la loi estimaient que cette fonctionnalité revenait à ériger une barrière technologique à l'encontre des taxis.

Uber

Obligés de prendre la carte bleue


Dans le même temps, le Conseil d'Etat confirme une obligation faite aux taxis « d'être munis d'un terminal de paiement électronique ». La loi les contraint à utiliser ce type de paiement largement répandu en France. Les juges ont estimé que ce type d'obligation n'a pas à être notifié auprès des instances communautaires et s'avère donc applicable en l'état.

Cette décision est donc une victoire pour Uber. Le service va pouvoir utiliser cet argument pour justifier l'utilisation des fonctions de localisation et de disponibilité des véhicules.

A lire également
Modifié le 09/03/2016 à 17h18
Commentaires