le mercredi 04 novembre 2015

Zenchef, le petit français qui pousse les restaurateurs dans les bras du numérique

1001menus devient Zenchef et lève 6 millions d'euros pour aider les chefs à se numériser.

Les restaurateurs ne peuvent pas toujours être à la fois au four et au moulin. C'est pourquoi Xavier Zeitoun a eu l'idée de lancer, courant 2011, une plateforme qui gérerait leur communication en ligne. Depuis, d'autres (comme La Fourchette) ont eu l'occasion de prouver la puissance de ce canal pour recruter des clients. Le service recense aujourd'hui 2 500 restaurateurs clients. Renommé en Zenchef, il met le cap à l'international.

La société récolte 6 millions d'euros auprès d'Edenred Capital Partners, qui a mené l'opération avec XAnge, Metro AG et les investisseurs historiques tels qu'Elaia Partners, L'Accélérateur Capital Partners, Kima Ventures et plusieurs business angels. Son ambition est de multiplier sa taille par 10 et d'atteindre près de 25 000 clients en Europe d'ici 2018, sur un marché potentiel de plus de 500 000 restaurants indépendants.

Le Ticket Restaurant au capital


Parmi ces investisseurs, deux ne sont pas anodins. Edenred, tout d'abord. Anciennement connu comme Accor Services, Edenred est l'inventeur de la marque Ticket Restaurant, créée en 1962, et l'un des principaux distributeurs de titres restaurant dans le monde. Metro, ensuite. Ce distributeur allemand est surtout connu pour ses enseignes de vente en gros, cash & carry, aux professionnels dans le domaine de la restauration.




Ces groupes, présents à l'international, « apporteront une expertise essentielle au développement de Zenchef dans d'autres pays », nous explique Xavier Zeitoun, PDG de la start-up. De 40 collaborateurs aujourd'hui, elle compte doubler ses effectifs en recrutant plusieurs profils dont des commerciaux, essentiels pour attirer d'autres restaurateurs, avec l'espoir que Zenchef « devienne un jour un service utilisé en self-service ».

Une partie de ces profils iront dans les bureaux ouverts en Espagne et au Royaume-Uni. Son prochain axe de développement consistera à recenser, sur la plateforme, des outils utiles aux restaurateurs. Le but : les armer aux nouveaux enjeux de façon simple. Par exemple, qu'ils puissent gérer les commandes passées par leurs clients en ligne sur plusieurs services. Une tendance de fonds qu'ils ne pourraient pas appréhender seuls.


À lire également :

Modifié le 13/02/2018 à 17h38
Commentaires