le mercredi 25 mai 2011

iMac 2011 : la nouvelle gamme d'Apple en test

Conclusion


Imac
L'iMac reste une machine assez unique dans sa catégorie. Certes, ça n'est pas le seul « tout en un » sur le marché, mais c'est sans doute celui sur lequel son constructeur concentre le plus d'efforts. Pour Apple, l'iMac est l'ordinateur grand public de référence. En dessous on trouve un Mac Mini uniquement présent pour occuper une entrée de gamme au ticket plutôt élevé d'ailleurs, et au dessus, les Mac Pro s'adressent exclusivement aux professionnels.

Le concept du tout en un a évidemment ses défauts, et notamment son évolutivité réduite. Chez Apple, c'est simple : elle est quasiment nulle, à l'exception de la mémoire vive. Le démontage de l'ordinateur est une opération des plus délicates (en gros, le seul moyen est de passer par l'écran LCD !), et de toute façon infructueuse puisqu'il apparaît qu'Apple utilise des connecteurs non standard pour ses disques durs dans sa nouvelle gamme, ainsi que des sondes de températures internes dans les disques. En clair : il est très difficile de changer un composant aussi simple qu'un disque dur sur les nouveaux iMac ! On retrouve ainsi le principal problème : celui de l'écran « jetable ». Acheter un iMac, c'est acheter un écran dont le destin est scellé à celui de l'ordinateur qu'il abrite. L'écran a un problème : vous ne pouvez plus utiliser votre ordinateur (ou alors utiliser un écran externe). Vous voulez changer d'ordinateur ? Vous aurez la sensation douloureuse de « jeter » votre écran ! D'autant plus que celui qui équipe les iMac est, malgré ses reflets prononcés, de très bonne qualité. Plus que jamais, l'iMac est donc une machine à prendre ou à laisser.

Imac 2
Il n'en reste pas moins que ces iMac nous laissent une impression très positive. Apple a visiblement fait des efforts sur l'équipement des modèles, notamment en entrée de gamme. Ça reste plus cher qu'un PC équivalent, mais l'écart n'est pas complètement délirant quand on pense que l'on a des processeurs Sandy Bridge en version desktop à l'intérieur, et des cartes graphiques certes pas extraordinaires, puisqu'en version mobiles, mais tout de même suffisantes pour jouer sous Windows (peut être un jour sous Mac ?) de manière relativement confortable. A l'heure où nous écrivons ces lignes, les quelques fabricants de « tout en un » comme Sony, Acer ou HP sont encore sur la génération précédente de processeurs Intel. De plus, il est difficile de rester insensible au design particulièrement réussi de ces machines, même s'il n'a pas évolué depuis deux ans, et à leur silence.

Est-ce suffisant pour vous faire craquer ? Pas sûr si vous attachez avant tout de l'importance aux performances et à l'évolutivité, auquel cas vous trouverez forcément votre bonheur dans un desktop « classique » qui bénéficiera probablement de l'USB 3.0. En revanche, si la simplicité et le confort méritent pour vous quelques centaines d'euros supplémentaires, on ne trouve pas de meilleur « all in one » sur le marché à l'heure actuelle.
Commentaires
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )