Plus de 100 idées cadeaux pour un Noël high-tech

Home smart home

Avant on parlait de domotique, mais il parait que le terme est devenu ringard. Maintenant, on dit « maison connectée » ou « intelligente ». Oui, le smart est partout de nos jours - ce qui ne devrait pas nous priver de réfléchir, nous humains. Les produits de la maison sauce 2.0 nous facilitent la vie ou tout du moins la rendent plus confortable. De la vidéo-surveillance qu'on installe en un claquement de doigt, des ampoules dont on pilote à distance l'intensité ou la couleur, des interrupteurs malins ou un aspirateur autonome : quoi d'autres ?!

Netgear Arlo : surveillez dedans et dehors !

En matière d'objets connectés, il est une catégorie qui a le vent en poupe, celle des caméras de surveillance. Alors que certains fabricants retiennent l'option téléprésence comme Logitech avec sa Logi Circle, d'autres comme Netgear sont plus dans la vidéo-surveillance en tant que tel. Le système Arlo passe par une base que l'on connecte à sa box Internet. La base va communiquer avec la ou les caméras du kit Arlo.

Webcam Netgear Arlo Security System VMS3230

Des caméras qui embarquent des piles et sont étanches. Elles peuvent donc être installées à l'extérieur sans se soucier de l'alimentation tant qu'elles sont à proximité radio de la base. A noter que l'autonomie, bien qu'assurée par des piles, est tout à fait correcte et se mesure en semestre, en fonction bien sûr de votre utilisation. La caméra Arlo est évidemment dotée de diodes infrarouges pour une vision de nuit, d'un enregistrement HD et d'un service de Cloud qui a l'avantage d'être gratuit. La mise en place est simple, l'app smartphone / tablette plutôt convaincante et l'ensemble vous alerte dès la détection d'une intrusion. Du reste Netgear a soigné l'aspect faux positif histoire de ne pas vous mettre en panique pour un reflet, par exemple.



AwoX smartLight Color : éclairez-vous intelligemment

Awox SmartLight
Les ampoules à LED commencent à se démocratiser, malgré un prix unitaire assez conséquent. Les constructeurs font miroiter deux bénéfices alléchant pourvu qu'on arrive à se projeter sur le moyen terme : consommer peu d'énergie et garder ses ampoules longtemps. Quitte à franchir le cap de la LED, pourquoi ne pas aller vers la LED connectée ?

Dans le genre, les SmartLight Color et White d'Awox sont intéressantes. Avec une douille E27 classique et une simple connectivité Bluetooth 4.0, elles peuvent s'intégrer partout et ne nécessite pas d'équipement supplémentaires (comme des box domotiques) pour fonctionner. Une application sur smartphone, et l'on peut ajuster l'intensité lumineuse, la couleur de l'éclairage (pour les versions colorées) et la température du blanc (pour les ampoules blanches). Les SmartLight d'Awox consomment 9 W pour un éclairage équivalent de 60 W, et le constructeur garantit une durée de fonctionnement de 20 000 heures. Les prix, notamment de la version blanche, restent relativement abordables.



Interrupteur NodOn : sans fil et sans pile

NodOn
Vous feriez bien quelques modifications dans l'agencement de votre maison mais vous n'avez pas franchement envie de percer des trous et creuser des tranchées ? La société française NodOn propose différents périphériques domotiques utiles, parmi lesquels sortent du lot à notre sens les interrupteurs EnOcean (du nom du protocole EnOcean utilisé).

Combinés à une prise connectée, ils permettront de prendre le contrôle à distance de l'alimentation comme un interrupteur classique. Leur force ? Ils peuvent être utilisés comme des télécommandes mobiles ou être fixés au mur (avec un adhésif). Mais surtout ils fonctionnent sans pile ! Oui, c'est la particularité du protocole EnOcean, qui utilise une technologie magnéto-résistive : l'énergie mécanique du clic suffit à produire le peu de courant nécessaire pour envoyer le message ON ou OFF à la prise.

Bon, vu le prix (45 euros la prise et autant pour l'interrupteur), on ne penserait pas à équiper toute sa maison ainsi. Mais pour équiper une pièce, pourquoi pas !



Philips Hue 2.0 : « Dis Siri, allume la lumière du salon »

Philips Hue 2.0
Dans Retour vers le futur 2, peu après le voyage dans le temps jusqu'en octobre 2015, on découvre Marty McFly Jr parlant à sa maison. Ce futur est bel et bien notre présent. Il suffit pour cela de s'équiper de la dernière solution d'ampoules connectées Philips Hue 2.0 (et de posséder un terminal iOS).

La seconde génération du « bridge » Philips Hue est effectivement compatible avec la technologie Apple HomeKit, avec laquelle on peut commander son éclairage via Siri. Du fond de son lit, on peut parler à son iPhone en charge : « Dis Siri, éteint la lumière de la chambre », et s'endormir sans se relever ni même manipuler son téléphone.

On peut choisir le kit de démarrage qui nous convient, avec un pont et 2 ampoules blanches pour 80 euros, ou avec 3 ampoules ou 3 spots multicolores pour 200 euros. Ceux qui sont déjà équipés peuvent n'acquérir que le nouveau pont, leurs ampoules existantes restent compatibles. On peut enfin se confectionner une installation sur mesure en acquérant séparément le pont, les commandes, les ampoules et les lampes de son choix.



iRobot Roomba 870 : y'a du roomba dans l'air

Roomba 870
Appréciés par les chats, les aspirateurs Roomba commencent leur lente invasion des salons. Ils permettent en effet de s'émanciper d'une partie du ménage, tâche ingrate mais qui incombe à chacun. Dans cette logique, Roomba a dévoilé une nouvelle version de son produit phare. Avec un prix plus accessible que son aîné, le iRobot Roomba 870 a de quoi séduire.

Les caractéristiques techniques de cette version sont identiques à celles de son grand-frère, le 880. Toutefois, certains accessoires ne sont pas présents. Par exemple, il est uniquement doté de balises classiques qui vont interdire au robot le passage dans une pièce. Il ne pourra par contre suivre qu'un parcours prédéterminé qu'il suivra sans réfléchir, quand bien même, l'aspiration d'une pièce n'est pas complète. Malgré ce point, le modèle demeure intéressant pour un prix de lancement de 699 euros.

Modifié le 03/03/2016 à 11h54
Commentaires