Espace membre :
flechePublicité
  • Tour des Fonctionnalités de IE9


    • Microsoft souffre depuis quelques années d'une image peu flatteuse dans le monde du web. En effet, les version successives d'Internet Explorer (IE), malgré leur fort taux d'utilisation, étaient peu performantes tandis que la concurrence s'est organisée depuis quelques années pour faire de l'ombre à IE. Ce fort taux d'utilisation était sans aucun doute dû au fait qu'Internet Explorer est un composant de Windows, qui propose donc par défaut le navigateur made in Microsoft.

      Aujourd'hui, Microsoft entend bien se rattraper et proposer enfin à ses utilisateurs un navigateur digne de son potentiel d'acteur majeur de l'industrie du logiciel.

      Pour accompagner le lancement de ses services web comme la suite Office en ligne (Office Web Apps), Microsoft a travaillé afin de fournir l'outil le plus adapté à tous types d'utilisations web : Internet Explorer 9 (toujours en version bêta à l'heure où nous rédigeons ces lignes), destiné aux systèmes Windows Vista et Windows 7.

      Que vaut ce navigateur ayant été téléchargé 10 millions de fois dans les premières 48heures de sa disponibilité ? Est-il vraiment synonyme de renouveau du géant Microsoft dans la sphère du web ? Nous vous apportons quelques éléments de réponses.

      Remodelage de l'interface et ergonomie repensée

      L'interface est épurée, dépouillée. L'utilisateur est directement amené à se concentrer sur le contenu de la page, et peu d'éléments pourraient l'en défaire malgré lui. On retrouve une approche assez similaire au Chrome de Google.

      accueil


      La barre d'adresse, d'abord, perd tous ses éléments superflus, et va à l'essentiel. Une petite flèche est disponible sur la droite de ladite barre, et, contrairement à d'autres navigateurs, ne se contente pas de faire défiler l'historique, mais également les favoris, ce qui est une bonne chose.

      barre adresse


      Autre fait d'importance, les messages d'alerte intempestifs que l'on devait supporter dans les versions précédentes ont disparu, au profit d'une agréable petite barre. Généralement, celle-ci se présente au bas du navigateur au moment clé, et vous propose de répondre par oui ou par non, en présentant l'objet du choix. C'est concis, guidé et simple : on apprécie.

      alerte 1


      Mieux encore, c'est toute l'interface utilisateur qui a été repensée : en ouvrant un nouvel onglet, on observe une sorte de mosaïque dans laquelle des vignettes apparaissent et représentent les derniers sites visités. A la manière de « SpeedDial » -extension intégrée par défaut sous Chrome et Opera notamment- cette vue en mosaïque permet tout d'abord d'afficher un historique des sites visités.

      Malheureusement, impossible de définir un site qui sera présent en permanence dans ce pavage. On aurait aimé avoir la possibilité de gérer les vignettes comme des raccourcis créés manuellement. On pourra toujours se consoler en ajoutant le site visité au menu démarrer, ou en l'épinglant à la barre des tâches en faisant glisser l'icône du site visité depuis la barre d'adresses vers la barre des tâches : on crée ainsi une vignette de raccourci vers le site en question : bien pensé !

      Intéressant également, le fait que la disposition des vignettes soit dynamique. En effet, selon votre fréquentation du site en question, sa vignette sera plus ou moins « bien classée » dans le pavage. Par exemple, se rendre vingt fois sur le site de Microsoft et dix fois sur le site de Hotmail fera que la vignette du site Microsoft sera plus « haut » dans le pavage que la vignette Hotmail. Ceci peut vous aider à analyser vos habitudes, mais peut en revanche devenir inconfortable lorsque l'on clique par habitude : si votre vignette est placée à droite, et qu'elle bouge, vous risquez de la chercher quelques instants. A la longue, cela pourrait devenir agaçant.

      Notez qu'il vous est possible d'épingler une vignette de raccourci vers un site depuis l'historique affiché sur ce même pavage.

      dial


      En clair, le nouvel Internet Explorer en impose par son interface complètement revue, sobre, efficace, et, on peut le dire, plutôt « belle », qui n'est pas sans rappeler Windows 7, auquel IE 9 s'intègre particulièrement bien, mais n'apporte rien de révolutionnaire en soit, et accuse même quelques incohérences, sans toutefois être des lacunes.

      Un « nouveau » moteur de rendu : cap sur le HTML5 et CSS3

      Conquérir le grand public, c'est bien : être aimé des développeurs, c'est mieux. Microsoft a compris il y a quelques temps que pour s'implanter sur le secteur du web, et notamment du Cloud Computing, dans lequel la firme est très impliquée depuis quelques temps, qu'il fallait proposer non pas un navigateur web comme moyen d'accéder à des pages de contenu, mais plutôt comme outil d'exploitation de ce contenu. Et justement, étant donné la vitesse plus que rapide à laquelle évolue le contenu en général, mieux vaut proposer un outil évolutif, et être en phase avec les standards du web. Définis par le W3C, ces standards tendent à devenir d'ici peu le HTML5 et le CSS3, le premier étant un langage de structuration de contenu des pages web, le second un langage de « style », permettant de définir des propriétés d'affichage. Les compatibilités Javascript ont également été revues. Avec IE 9, Microsoft compte bien exploiter ces contenus et respecter au mieux les standards. C'est ce qui manquait et faisait cruellement défaut à ses ancêtres versions 7 et 8 notamment. Les tests de compatibilités que l'on trouve sur la toile donnent lieu à des interprétations différentes, mais révèlent toutefois qu'IE 9 se veut respectueux de ces standards, ce qui est un excellent point. En revanche, le test Acid3 montre qu'IE 9 fait moins bien que Chrome, référence en la matière.

      acid 3


      Ce qui est important, c'est que les orientations de développement (que l'on peut retrouver sur le blog Français dédié au navigateur et rédigé par une partie de l'équipe de développement) de cette nouvelle version d'Internet Explorer suivent le « bon chemin ».

      tableau


      Il faut toutefois noter que les standards étant en cours de validation par le W3C lui-même, il est difficile d'implémenter des technologies non-encore officielles...

      Le rendu de CSS3 présente quant à lui quelques lacunes importantes, comme le « text-shadow » ou encore le « border-radius » parfois hasardeux. Le moteur de rendu Javascript -dont certains pariaient à tort sur l'adoption de Webkit, moteur de rendu adopté par Safari et Chrome- a été entièrement revu. « Chakra », de son nom de code, tire parti des processeurs multi-coeurs et succède donc au moteur « Trident » : Tandis qu'IE9 va utiliser un cœur pour exécuter les requêtes de la page web, un autre cœur va être utilisé en parallèle pour compiler le code Javascript en code natif qui s'adapte mieux à l'affichage d'IE 9. D'après l'équipe de développement d'IE 9, le moteur Chakra est le plus rapide du marché en terme d'exécution du code Javascript : une réussite que l'on se doit de saluer.

      sunspider


      Shanku Niyogi, le manager général d'IE9, membre de l'équipe de développement Javascript, a indiqué sur le blog IE9 Américain que les efforts faits l'étaient pour satisfaire les besoins des développeurs comme des utilisateurs :

      « We will also need the JavaScript language and runtime to evolve to meet the growing needs of developers and users », comprenez « Nous allons également avoir besoin du Javascript et de son environnement d'exécution pour satisfaire les besoins toujours plus grand des développeurs et utilisateurs ». IE 9 ne laisse donc personne de côté, et se veut être l'outil idéal de navigation quel que ce soit le contexte : là encore, on apprécie. Mais ce qui a le plus retenu notre attention, c'est l'exploitation du matériel graphique des machines par le navigateur, technologie appelée « Direct2D ». D'abord, les balises HTML5 "video" et "audio", qui permettent de servir du contenu multimédia aux visiteurs du site, tirent parti de l'accélération matérielle. Ainsi, selon le codec (H.264 ou Ogg Theora), votre carte graphique sera utilisée par le moteur du navigateur pour l'affichage.

      html 5 video


      Ensuite, l'utilisation de la carte graphique (ou GPU) pour accélérer le rendu des pages est enfin possible : puisqu'un navigateur passerait souvent entre 30 et 50% de son temps à gérer le rendu des pages, le moteur de rendu tilisera le GPU pour générer l'ensemble des graphiques et textes, et non uniquement le rendu Javascript... Ceci va notamment permettre d'utiliser les jeux basés sur Javascript et les « frameworks » d'animation demandant des temps de réponse de l'ordre de 60 images par seconde. Vous pouvez faire le test des « Flying Images » pour vous rendre compte de la consommation des ressources matérielles due aux contenus web multimédia.

      En bref, IE 9 se veut plus respectueux des standards que ses prédécesseurs, et devient une alternative assez solide à d'autres navigateurs pour le commun des utilisateurs. Face à tant d'efforts, les développeurs web ne peuvent négliger les efforts faits par l'équipe de développement d'IE 9.

      Une expérience utilisateur redéfinie

      Indication : la majorité des options « classiques » du navigateur sont activables/désactivables et ajustables via le menu « Outil » du navigateur.

      outils


      Outre les classiques saisie semi-automatique, gestionnaire d'historique et contrôle des cookies, IE 9 nous apporte son lot de nouveautés en terme d'expérience utilisateur.

      La première bonne surprise, c'est la « récupération automatique après blocage », module qui permet de reprendre votre session de navigation en cas de plantage ou de fermeture inopinée du navigateur. Là encore ce n'est pas révolutionnaire mais tout à fait appréciable, d'autant qu'IE 9 récupère tout : les adresses web de chaque onglet, l'historique de navigation par onglet, l'ordre des onglets au moment de la fermeture, les données de formulaire, etc. Pour résumer, le module récupère à peu près tout, ce qui est pratique.

      Indication : pour les lecteurs qui se demandent si Microsoft récupère ses informations, il est bien spécifié qu' « Aucune de ces informations n'est envoyée à Microsoft à moins que vous décidiez de les envoyer, comme dans le cadre d'un rapport d'erreur ».

      Deuxième chose appréciable, mais qui ne surprend pas, la partie sécurité a été renforcée. Déjà omniprésente sous IE 8, sa mise en application a été repensée pour mieux servir l'utilisateur. On retrouve donc la possibilité de supprimer d'un seul clic l'historique de navigation, toujours dans le menu « Outils », bien qu'il soit également possible de sélectionner les éléments à supprimer. De la même façon, l'historique de saisie-automatique peut être vidé, vous évitant de laisser des mots de passe de formulaires enregistrés trop longtemps sur votre machine. Plus intéressant, la « Navigation InPrivate », une fonctionnalité introduite avec IE 8, est un module qui supprime les données d'historique et les fichiers temporaires dès la fermeture de la fenêtre du navigateur. Ainsi, votre session disparaît totalement.

      inprivate


      La possibilité de bloquer certains sites « récolteurs d'informations » grâce aux filtres InPrivate est aussi présente. On peut laisser le module gérer les sites qu'il considère comme nocif, ou bien spécifier quels sites peuvent avoir ou non accès à nos informations. Ceci nécessitant du temps, l'utilisateur aura certainement tendance à laisser le module gérer les sites avec ses propres filtres. Notez que démarrer la navigation InPrivate ouvrira une nouvelle fenêtre, et ne sécurisera pas votre session en cours. Aussi, certaines informations pourraient ne pas apparaître sur la page visitée. Il est également possible de coupler InPrivate à « SmartScreen », qui se synchronise à une liste de sites blacklistés par Microsoft. Ces deux modules sont certes intéressants, mais parfois laxistes, parfois trop strictes. C'est pourquoi Microsoft a dévoilé un nouveau module, baptisé « Tracking Protection », qui fera son apparition en début d'année prochaine.

      inprivate filter
      inprivate filter


      Enfin, IE 9 est capable, via un module P3P, de comparer la politique de confidentialité d'un site avec vos propres règles de confidentialité afin de vous aider à déterminer si ce site peut avoir accès à vos données privées telles que les cookies. Rien de nouveau non plus, mais on apprécie la clarification et la simplicité d'explication de ce module.

      Côté contenu, on dispose d'un « bloqueur de publicités intempestives », intégré par défaut. Classique. Moins classique, en revanche, un « Enregistreur de compatibilité des applications » qui permet notamment aux développeurs et informaticiens de déterminer le niveau de compatibilité de leur site avec IE 9, et d'observer dans des fichiers enregistrés par le navigateur le compte-rendu de cette compatibilité.

      Le clic droit sur une page web donne accès à différents sous-menus. L'un d'entre eux se nomme « Accélérateurs » et permet de rajouter des liens vers des méthodes de recherche, ou des applications particulières. On retrouve Google Maps, ou Bing Translator par exemple. A la sélection d'un texte, une icône apparaitra, permettant en cliquant dessus d'accéder à ces accélérateurs. Vous pourrez par exemple sélectionner une adresse postale, puis la rechercher via Google Maps par exemple...

      Côté modules complémentaires, IE 8 avait des années lumières de retard. Le constat concernant son successeur est simple : des efforts notables ont été faits. Qu'il s'agisse d'ActiveX, des extensions de barres d'outils, des extensions de navigateur, des moteurs de recherche, des accélérateurs ou des paramètres de filtrage, tout est centralisé dans une fenêtre de gestion. Un lien au bas de la fenêtre est disponible et nous permet d'aller piocher, dans une librairie web dédiée, les add-ons souhaités. En revanche, certains modules sont fournis par des éditeurs tiers, ce qui peut potentiellement amener des problèmes de confidentialité.

      gestion modules


      Un point qui manquait cruellement sous IE 8 était le gestionnaire de téléchargement : ce point est désormais corrigé dans la version 9 ! Certes, ce gestionnaire n'assure pas l'intégrité des fichiers, et recommande de ne pas télécharger des fichiers de types .exe, .scr, .bat, .com, ou .pif. On aurait aimé que l'aspect sécuritaire qui semble tenir Microsoft à cœur soit exploité jusque dans les téléchargements, et qu'il ne se résume pas à des modules exécutés dans leur coin. Autre fait d'importance, ce gestionnaire de téléchargement ne gère pas les .torrents comme peut le faire le gestionnaire d'Opera par exemple. On félicitera tout de même Microsoft de nous débarasser de la fenêtre de téléchargement que l'on voyait depuis IE5 au bas mot…

      lechargements


      Enfin, et c'est certainement ce qui prouve définitivement la volonté de Microsoft de se réconcilier avec la communauté des développeurs web, un outil d'étude du code est disponible via la touche F12, il propose des onglets de débogage, ou encore à une visualisation du code CSS. Toutefois, cet outil nous a semblé un cran en retrait face à l'outil de Chrome, Firebug pour Firefox, ou encore DragonFly d'Opera. Mais on ne peut que saluer le retour de Microsoft dans ce domaine.

      dev tool


      Conclusion

      Sans être une révolution, Internet Explorer 9 apporte son lot de nouveautés, visibles ou non. Il faut reconnaître que le travail de l'équipe de développement est important, et que nombre d'utilisateurs lambda y trouveront leur compte. Le nouveau fleuron du web made in Microsoft semble en bonne voie pour devenir une alternative crédible à ses concurrents, qui avaient pris un peu d'avance depuis quelques mois : d'abord, les standards du W3C sont plus que respectés, ensuite, les dernières implémentations possibles figurent dans la liste des nouveautés d'IE9, ce qui est une bonne chose.

      Quant à la nouvelle interface, elle est tout simplement très belle et épurée. Elle permet de se concentrer sur le contenu. Les onglets peuvent être épinglés dans la barre des tâches ou le menu démarrer à défaut de (pour l'instant) pouvoir être ajoutés dans la mosaïque de vignettes d'un nouvel onglet. On peut donc féliciter l'équipe de développement web IE 9, qui prouve que Microsoft est toujours en course dans le domaine des navigateurs web. Reste que ce domaine évolue rapidement et que Microsoft semble manqué de l'agilité qui anime les développeurs de Chrome notamment.

      Les principaux navigateurs de la logithèque :

      - Google Chrome
      - Firefox
      - Internet Explorer
      - Opera


    Vous vous posez une autre question, cliquez ici

    Réagissez

    _
     
    le 15 Déc. 10 à 11h12
    Edition
      
    merci bcp ca va m'aider
     
    le 17 Févr. 11 à 10h26
    Edition
      
    faudrait remettre a jour la rc
    Edité le 17/02/2011 à 10:27
     
     
    Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte clubic.com ou Facebook Connect


  • Internet Explorer vous avez une question ?

    Les experts de Clubic vous répondent sous les plus brefs délais

    100 caractère(s) restants
    Afin d'obtenir une meilleure réponse, merci d'être le plus précis dans votre description (OS, Version du logiciel, configurations, etc.)

BE GEEK ! Avec Clubic Logo

flechePublicité