Le projet Quaero dévoile ses contours, et quelques pépites

C'est après des péripéties financières, des retards et des erreurs de communication que le projet Quaero dévoile une partie des projets développés par un ensemble d'entreprises, universités et scientifiques. Outre la recherche de contenus via Exalead, le consortium Quaero compte proposer aux professionnels des services de VOD, de traduction vocale et de mesure d'audience.
Quaero logo bis

Le projet Quaero accouche enfin. En 2005, Jacques Chirac, alors président de la République, connu pour son mulot parlait de Quaero comme le futur « Google européen ». Deux années après, le son de cloche a nettement changé. Le projet s'annonce plutôt comme un catalyseur de R et D. Terminé le partenariat franco-allemand censé être le moteur de Quaero, le financement est fourni pour moitié par Oséo (financeur de projets professionnels), le reste par les entreprises, pour un budget approchant les 200 millions d'euros.

Désormais, une poignée de sociétés dont Technicolor (ex-Thomson), Orange, Jouve, Exalead, Yacast présentent leurs projets dans le cadre de ce programme de « coopétition ». Force est de constater que parmi les technologies présentées à la presse, certaines sont innovantes, d'autres plus consensuelles.

Le plus attendu des projets portait sur la recherche en ligne et Exalead. L'outil se présente comme un simple moteur mais qui permet d'autoriser de nouvelles utilisations. C'est le cas de Voxalead qui permet de faire une recherche par mots-clés sur du contenu vidéo. Jean-Marc Lazard, responsable des projets stratégiques chez Exalead explique que l'intérêt réside dans : « le fait d'aspirer intelligemment le contenu du Web afin de pouvoir proposer une monétisation de l'audience. Grâce à des traitements automatisés, il est possible d'intégrer un moteur de recherche sur la vidéo en direct, les podcasts, l'image... » Concrètement, une recherche texte permet de retrouver exactement le moment dans la vidéo où le mot-clé a été prononcé.
Exalead

Autre projet présenté, celui de Yacast. La société dévoile FM Premium, un logiciel captant les flux des radios françaises ainsi que leur contenu. Yacast, « tiers de confiance » de l'industrie musicale et des ayant-droits compte donc proposer aux radios cet outil comme prestation technique. Seul bémol, on aurait souhaité que ce type d'outil soit développé pour le grand public. A l'heure d'Hadopi, une offre légale complète en matière de musique serait la bienvenue. On regrettera donc que Yacast ne fournisse que les ayant-droits et pas les consommateurs. Dommage.
Fm Premium Yacast

L'un des projets les plus intéressants est celui présenté par Technicolor. La société propose le projet PVAA, un service complet de VOD avec une personnalisation des préférences. Pieter Van der Linden, Directeur des programmes de recherche cherche à « faciliter la personnalisation poussée sur la TV mais également depuis les smartphones. Nous proposons, par exemple, de pouvoir utiliser Twitter depuis son écran, en plein visionnage d'un film ». Le service de VOD se commande alors via une tablette tactile depuis laquelle il est possible de consulter les programmes, programmer un enregistrement et à l'avenir de faire des paris en ligne. Des options déjà proposées dans le service de VOD récemment présenté de l'opérateur Numéricable...

Technicolor

Enfin dernière innovation plutôt bluffante présentée lors de ce rendez-vous avec la presse. L'outil « Translator Live » proposé par le Karlsruhe Institute of Technology est l'un des plus intéressants. Il permet de traduire simultanément jusqu'à 4 langues et en direct une conversation. Les paroles du locuteur sont instantanément transcrites en ficher texte et immédiatement traduites en espagnol, français, anglais et/ou allemand. Le Professeur Alexander Weibel explique que son projet est encore en phase de tests mais il s'avère plus que prometteur pour un usage en conférences ou pour des besoins de traduction instantanée.

L'ensemble des ces outils seront donc proposés aux professionnels intéressés par ces technologies. Si Quaero à jusque là, louvoyé entre positons politiques partisanes et problèmes de financement, cet incubateur pourrait permettre à certaines innovations de connaître un développement futur.
Modifié le 12/07/2012 à 10h17
Commentaires