le dimanche 23 avril 2017

AeroMobil ouvre les précommandes pour sa voiture volante

Le constructeur AeroMobil a ouvert, jeudi 20 avril 2017, les précommandes de son nouveau modèle hybride de voiture volante. Mais avant de mettre les mains sur le volant, il faudra un peu de patience, et surtout beaucoup d'argent...

Les premières livraisons n'auront lieu qu'en 2020. Et comptez 1,3 million de dollars pour en faire l'acquisition.

De la terre au ciel en trois minutes


2017, année de la voiture autonome... et de la voiture volante. L'un des programmes les plus avancés en la matière, celui de l'équipe internationale Aeromobil installée en Europe centrale, attaque la phase industrielle en ouvrant son carnet de commande.

L'Aeromobil est impressionnante sur le papier. Avec son design parfaitement hybride entre une voiture et un avion, elle promet de passer d'un mode à l'autre en moins de trois minutes. Les ingénieurs promettent une autonomie moyenne de 700 km sur route et 750 km par la voie des airs. Vous ne traverserez donc pas l'Atlantique d'un trait. Côté vitesse, vous serez sans doute déçu : "seulement" 160km/h au maximum sur route, 360 km/h en vol. Mais l'Aeromobil compensera par une sécurité très poussée : tout est prévu pour voler par exemple même par temps exécrable. Un parachute amortira une éventuelle chute, la voiture pouvant même amerrir.

aeromobil2


Des dizaines de concurrents dans les cartons


Le concept de voiture volante doit encore faire ses preuves. Aeromobil joue gros pour rattraper le bad buzz causé par le crash d'un de ces prototypes en 2015. Mais qui n'a jamais rêvé de posséder un véhicule volant personnel ? Plusieurs constructeurs croient au concept : Xplorair, par exemple, ressuscite l'esprit des pionniers français de l'automobile, avec un prototype qui devrait être montré au public au Salon du Bourget. On attend aussi avec impatience de voir ce qu'Airbus fera avec son projet Pop Up de véhicule autonome volant et roulant annoncé pour 2027.

Et des dizaines de start up développent des projets concurrents, profitant des progrès techniques du drone, des capitaux abondants dans la tech et du coût devenu très abordable de l'électronique. Reste deux problèmes cruciaux : à quand un décollage vertical et des batteries vraiment endurantes ?





Modifié le 21/04/2017 à 17h59
Commentaires