le mardi 11 novembre 2014

Marche, course, cyclisme, tennis, golf... des objets connectés pour tous les sportifs

Qu'importe le sport que nous pratiquons, nous avons de plus en plus de choix au niveau des équipements adaptés (chaussures, vêtements, accessoires pratiques), et désormais on ne se contente plus d'enfiler une paire de basket pour aller courir ! Bienvenue dans le sport 2.0.

Faire du sport oui, mais dans un monde où tout va toujours plus vite, il faut faire du sport utile, du sport qui compte, du sport qui rapporte. Et l'unique moyen d'avoir la certitude qu'une séance de sport soit « rentable », c'est de pouvoir quantifier ses bienfaits en contrôlant le maximum de paramètres, tout en profitant des nouvelles technologies pour optimiser chaque effort. C'est ainsi qu'à l'image de nombreux secteurs, le sport est devenu une affaire de précision, de gestion et de performances. Bienvenue dans l'ère du sport intelligent : le smart-sport.

Capteurs d'activités


Commençons cette séance de coaching par un échauffement (indispensable) ! Qu'importe le sport que vous pratiquez ou ambitionnez de pratiquer, le capteur d'activité semble être la porte d'entrée idéale vers le sport connecté. Aussi baptisés « Traqueurs d'activités », ces drôles de bracelets - qui peuvent aussi prendre la forme d'une montre ou d'un petit boitier à glisser dans sa poche ou à accrocher à sa ceinture - n'ont pas pour unique ambition de vous suivre à la piscine ou sur un terrain de tennis.

Fitbit Flex

Leur première prérogative est d'enregistrer ce que vous faites au quotidien afin d'en tirer des données exploitables : marche, sommeil, course sont étudiés afin d'affiner au mieux vos efforts et vos plages de sport. Plus complets que les podomètres - qui restent une bonne base pour débuter dans le sport connecté - les capteurs d'activité fonctionnent à la manière d'un coach personnalisé qui scrute vos faits et gestes pour mieux vous aider à adapter votre comportement au quotidien. L'organisation mondiale de la santé préconise une moyenne de 10 000 pas par jour, les bracelets connectés, comme les podomètres, favorisent justement la réalisation de cet objectif, qui n'est pas si facile à remplir qu'il n'y paraît. La plupart des modèles vous permettent de vérifier, en un coup d'œil, si vous approchez des 10.000 enjambées ou s'il vous faudra privilégier la marche pour rentrer à la maison ce soir !

Depuis quelques mois, les capteurs d'activité sont légion et les critères de choix seront aussi personnels que le design, la discrétion, le poids, la gestion, avec ou sans écran, ou encore la modularité. Parmi les modèles les plus performants, ou appréciés des amateurs, citons dans le désordre le Fitbit Flex (99 euros), le Withings Pulse O2 (120 euros), le Polar Loop (90 euros), le Galaxy Gear Fit (140 euros), sans oublier le tout nouveau SmartBand de Sony (160 euros).

1 km à pied !


Si la marche est accessible à tous, la majorité des gens ne la considèrent pas comme une activité sportive. Dès lors, c'est la course à pied qui est le plus largement pratiquée, tant par les citadins pressés que ceux qui aiment prendre le temps d'une balade dans la nature, tout en se faisant du bien. De prime abord, la course à pied ne nécessite aucun équipement particulier autre qu'une bonne paire de chaussures. Et pourtant aujourd'hui, les accessoires « indispensables » abondent et il devient presque aussi délicat d'envisager un petit footing pour se décrasser en fin de semaine que de préparer un trek en plein désert. Si certains n'y voient que poudre aux pieds et gadgets inutiles, il apparaît pourtant que de nombreux objets peuvent accroître les vertus d'une course, sans pour autant en complexifier l'accès.

TomTom Multi Sport Cardio

C'est le cas de la montre Garmin Forerunner 620 (400 euros) qui s'accompagne d'une ceinture cardio avec accéléromètre intégré. Considérée par beaucoup comme ce qui se fait de mieux, elle allie un design soigné et des fonctions pratiques et bien pensées, comme le contact avec le sol qui mesure la durée de votre foulée. Nous retrouvons aussi toutes les fonctionnalités partagées avec la majorité des montres pour coureur, telles que le GPS, la vitesse moyenne et instantanée, la distance parcourue ou encore la fréquence cardiaque. Bien sûr il s'agit là d'un modèle haut de gamme, qui réclame un certain investissement. Mais il est possible de trouver montre à son poignet sans casser sa tirelire ou contracter un emprunt. De la basique (la ONrhythm 50 noire de Geonaute à 18 euros) à la plus complète (la Polar RC3 à 200 euros), en passant par la plus technologique (la Basis Peak d'Intel à 200 dollars), la multisports (TomTom Multi-Sport Cardio à 299 euros) ou la plus spécialisée (la Mio Alpha à 170 euros), il y en a pour toutes les bourses et tous les goûts.

Nonobstant cette profusion, votre choix dépendra d'abord de votre fréquence d'entraînement, de vos attentes en termes d'options et de données enregistrées, mais aussi de ce qu'un modèle pourra vous proposer « en plus » (lecteur MP3, coureur fantôme, tactile ou pas, multisports, etc.).

Le coureur de fond


Si nous affirmions - peut-être de façon péremptoire - que la course à pied était le sport le plus accessible et pratiqué, c'est aussi parce que les équipements connectés disponibles ne se résument pas qu'à des montres. Ainsi on trouve de plus en plus de vêtements connectés, qui ne se destinent pas uniquement à la course d'ailleurs, et qui permettent d'optimiser le moindre exercice.

C'est le cas avec le D-shirt de Cityzen Science, les vêtements OMsignal ou le Hexoskin qui assurent peu ou prou les mêmes fonctions, à savoir amasser le maximum d'informations durant votre séance afin de vous aider à quantifier l'effort et suivre votre évolution. Sont abordés la fréquence cardiaque, les intervalles RR, la variabilité et la récupération cardiaque, la fréquence et le volume respiratoire, ou encore le nombre de pas et la cadence que vous vous êtes imposé. Un check-up complet en somme !


Autres accessoires très appréciés par les amateurs, les ceintures cardiofrequencemètres, telles la Polar H6 (50 euros), le cardio Runalyzer blue (60 euros) ou la Wahoo Fitness Ceinture cardio Blue HR (80 euros). Souvent associées à une application (dédiée ou pas), ces ceintures enregistrent la fréquence cardiaque bien sûr, mais aussi des données chronométriques ou les calories brûlées. Certaines sont même étanches, ce qui permet un panel plus large d'activités.

Le LEO fitness intelligence (159 euros) est un bandeau qui se met lui au niveau de la cuisse et permet de mesurer l'activité musculaire, la fréquence cardiaque, le taux d'acide lactique dans les muscles, l'hydratation ou encore la fatigue. A l'instar des autres vêtements connectés, il n'est pas exclusif à la course à pied évidemment. Même combat avec les Sensoria Fitness Socks d'Heapsylon (110 euros), des chaussettes connectées, livrées avec un tour de cheville magnétique associé à une application qui mesure la cadence, le nombre de pas ou la longueur de la foulée. Chacun pourra donc choisir le vêtement qu'il souhaite connecter en fonction de ses attentes (le t-shirt, au niveau des pieds ou de la jambe, etc.).

Sensoria Fitness Socks

À bicyclette !


Si la course à pied vous laisse de marbre, d'autres activités sportives ont également adopté le virage vers l'e-sport. Autre passion française, le vélo embarque désormais tout un équipement connecté, à commencer par le casque qui ne se contente plus de vous protéger la tête. Le LifeBeam Helmet est un casque qui intègre de nombreux capteurs qui remplaceront avantageusement une montre connectée ou une caméra de torse par exemple (même s'il peut travailler conjointement avec d'autres équipements). L'ensemble des données récoltées est accessible via une application simple et intuitive.


Autre modèle, en cours de financement, le MindRider Helmet qui analyse votre activité cérébrale afin de voir vos réactions en fonction de votre environnement immédiat. Cela permettra d'établir une carte des chemins les plus stressants ou plaisants, et donc de vous proposer en retour des routes alternatives. Ces données pourront être partagées et venir grossir la base de données du MindRider Helmet, offrant ainsi à tous les utilisateurs la connaissance des passages les plus délicats ou risqués pour un cycliste.

Faisons un bref arrêt au stand du guidon connecté avec le Helios Bar, plutôt destiné aux vélos de course, qui embarque un GPS et plusieurs LED (500 lumens) pour l'éclairage, avant de nous engager sur la voie des vélos connectés, à l'image du Vanhawks Valour, du GI Bike et du Samsung Smart Bike. Ces vélos du futur proposeront, lorsqu'ils seront disponibles, des caméras embarquées, des éclairages LED, un GPS, un système de blocage des roues, la localisation (en cas de vol), et bien sûr un relevé précis de toutes les activités (vitesses, fréquence cardiaque, etc.).


Enfin, et comme il n'y a pas que les performances qui comptent, la sécurité de votre cycle est aussi une affaire de connexion. C'est ainsi que BitLock initie le cadenas 2.0 qui ne s'ouvre pas avec une clé ordinaire, mais grâce à une application installée sur votre smartphone. Si elle permet de collecter quelques données (calories brulées, kilomètres parcourues), elle est surtout capable de vous reconnaître et de déverrouiller le cadenas par une simple pression sur un bouton lorsque vous êtes à proximité. Inversement, si vous vous éloignez, BitLock se ferme automatiquement pour protéger votre vélo. Autant dire que la technologie s'annonce très pratique et équipera prochainement plusieurs modèles comme le Skylock (qui se recharge par l'énergie solaire) ou le TEO (que vous pourrez surveiller à distance grâce à l'application).
Modifié le 25/11/2014 à 11h38
Commentaires