le lundi 29 mai 2017

Une nouvelle bactérie découverte sur l’ISS

Des chercheurs de la NASA ont découvert une nouvelle bactérie sur l'ISS, qu'ils ont renommée d'après l'ancien président indien Abdul Kalam. Même si cette bactérie n'a pas été trouvée sur Terre, elle ne représente pas une forme de vie extraterrestre.

Une bactérie découverte sur un filtre de l'ISS


Une nouvelle bactérie découverte par une équipe de scientifiques de la NASA (National Space Agency) a été renommée Solibacillus kalamii, en l'honneur de l'ancien président indien, A.P.J Abdul Kalam, qui était un scientifique aérospatial. Kalam a suivi sa formation initiale à la NASA en 1963, puis a créé la première station indienne de lancement de fusées dans le village de pêcheurs de Thumba à Kerala. A ce jour, cette bactérie n'est présente que sur l'ISS (International Space Station) et non sur Terre. Les chercheurs du Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA, qui travaillent sur le voyage interplanétaire, ont découvert cette bactérie sur les filtres de l'ISS.

Le filtre sur lequel la bactérie a été trouvée est resté à bord de l'ISS pendant 40 mois. Appelé filtre à particule à haute efficacité, il fait partie du système de nettoyage et d'entretien de routine. La découverte a été publiée dans la revue International Journal of Systematic and Evolutionary Microbiology par Kasthuri Venkateswaran, chercheur au Biotechnology and Planetary Protection Group du JPL. Selon lui, même si elle tourne en orbite autour de la Terre à plus de 400 kilomètres d'altitude, l'ISS est le foyer de nombreux types de bactéries et champignons qui cohabitent sur la station avec les astronautes qui y vivent et travaillent. Il a ajouté que si S.kalamii n'a pas encore été trouvée sur Terre, elle ne représente pas pour autant une forme de vie extraterrestre. "Je suis à peu près sûr qu'elle a fait de l'auto stop jusqu'à la station spatiale à bord d'une cargaison et qu'elle a ensuite survécu aux conditions hostiles de l'espace" a-t-il indiqué.

10 juillet 2014 - Station Spatiale Internationale


Des conditions d'hygiène très strictes


Venkateswaran fait partie d'une équipe qui explore les possibilités d'une vie extraterrestre et dont les responsabilités incluent la surveillance des anomalies sur l'ISS. Il a également pour mission de s'assurer que tous les vaisseaux qui s'envolent vers d'autres planètes ne sont pas contaminés par des insectes terrestres. Par exemple, il a dû vérifier que l'astromobile de la NASA Curiosity était totalement stérile lorsqu'elle a quitté la Terre pour Mars.

D'après le droit international, de tels niveaux d'hygiène sont nécessaires afin d'éviter que d'autres planètes soient contaminées par des êtres vivants sur Terre. Aujourd'hui, l'ISS fait la taille d'un terrain de football américain et est le plus grand objet de fabrication humaine en orbite autour de la Terre. Sa construction a démarré en 1998 et la station pèse 419 tonnes, peut accueillir un maximum de six astronautes à la fois et a coûté 150 milliards de dollars à construire et entretenir. 227 astronautes ont déjà travaillé sur la station. Maintenir sa propreté est donc capital, afin que les humains puissent y vivre confortablement. Dans cet environnement complètement fermé, l'air et l'eau sont recyclés. Toutes les moisissures et tous les champignons sont immédiatement retirés, tandis que les murs doivent être constamment protégés contre la corrosion.


Modifié le 29/05/2017 à 16h07
Commentaires