le mardi 23 mai 2017

La réserve mondiale de graines menacée

Le réchauffement climatique est une réalité et c'est en Arctique que ses effets sont les plus visibles. Sur l'archipel norvégien de Svalbard, la fonte des glaces menace la Réserve mondiale de graines.

Une institution unique dans un territoire aux conditions climatiques uniques


L'archipel de Svalbard, si vous n'en avez jamais entendu parler, c'est un grand archipel entre la mer de Groenland à l'ouest, la mer de Barents à l'est et l'Océan arctique au nord. Habité par 2600 personnes, ce territoire fait partie de la Norvège. Mais ce qui nous intéresse aujourd'hui, c'est la Réserve mondiale de graines qu'il accueille.

Ouverte en 2008, l'institution accueille, telle une Arche de Noé, 930.000 espèces de graines, chaque espèce étant représentée par 500 spécimens environ. L'idée est de préserver la biodiversité sur la planète en cas d'une disparition soudaine de l'ensemble des plantes d'une espèce, suite à une catastrophe naturelle ou un conflit armé par exemple. Et si un tel lieu a été choisi pour fonder cette Réserve, ce n'est pas un hasard : Svalbard est une sorte de congélateur naturel fonctionnant 365 jours par an.

Réserve mondiale de graines


Le sort de la Réserve mondiale de graines est un parfait témoignage du réchauffement climatique


Mais voilà que le réchauffement climatique a fini par prendre le dessus, même sur ce territoire où les températures ne sont jamais montées au-dessus de zéro. Petit à petit, la glace a commencé à fondre, puis a gelé à nouveau, transformant le premier sas en un ring de patinage. En urgence, les employés ont entamé des travaux pour évacuer tout équipement électrique de ce local devenu perméable. Un renforcement des murs et de la porte d'entrée est également prévu pour isoler encore mieux l'intérieur. Ce bunker, conçu pour fonctionner de façon autonome, nécessite aujourd'hui une intervention urgente et une surveillance 24 heures sur 24.

La réserve de graines elle-même ne risque rien cependant. Nichée dans le rocher, au bout d'un tunnel de 120 mètres, elle reste bien protégée. Une température de -18 degrés y est naturellement maintenue tout au long de l'année. Mais ce dégel à l'entrée du tunnel est déjà un signal fort en matière de réchauffement climatique.

Voir aussi :
Modifié le 23/05/2017 à 18h12
Commentaires