le mardi 20 septembre 2016

Test du BB-8 : Le droïde de Sphero mérite-t-il son succès ?

Vendu de puis l'année dernière sous sa forme originale, le BB-8 de Sphero ressort dès le 30 septembre 2016 dans une version revisitée, accompagnée d'un bracelet Forceband. Retrouvez en première page notre test réalisé l'année dernière, puis, en page 2, notre essai du nouveau modèle.

C'était l'une des vedettes de l'IFA de Berlin 2015, et un gros coup de communication pour Sphero : le droïde BB-8 télécommandé de la marque américaine s'est rapidement retrouvé en rupture de stock, alors qu'il n'était disponible que depuis quelques jours à travers le monde. Au prix de 170 euros, ce gadget d'une quinzaine de centimètres de haut reprend le concept de la boule télécommandée via smartphone de Sphero, et y ajoute une tête magnétique, dont les mouvements sont pilotés à l'aide d'un aimant situé à l'intérieur de la boule.

BB-8 R2-D2
BB-8 grandeur nature à côté de R2-D2, durant la convention Star Wars Celebration.

Il faut savoir que Sphero ne réinvente pas la boule, puisque l'entreprise a travaillé avec Disney sur la conception du BB-8 grandeur nature visible dans Star Wars Episode VII. La firme américaine ne fait que délivrer une version réduite de son travail pour le grand public.



Petit droïde, maxi prix


Dès la première bande-annonce de Star Wars : Le Réveil de la Force, BB-8 a été perçu comme une version moderne du célèbre R2-D2, droïde sympathique et comique de la saga. La version miniature de Sphero attire le regard pour sa fidélité vis-à-vis du modèle d'origine, aussi bien au niveau de l'esthétique que des mouvements réalisés lorsque le robot est animé. Mignon et inventif, le BB-8 de Sphero a tout pour motiver un achat compulsif. Mais débourser les 170 euros demandés au lancement, pour ce que beaucoup considèrent comme un gadget de fanboy, est-ce bien sérieux ?

BB 8 2

Et d'ailleurs, de quoi dispose-t-on pour 170 euros ? Dans la boîte, on trouve le BB-8, tête et corps séparés, la base de charge et le câble qui se connecte en USB. En guise de mode d'emploi, une plaquette explique qu'il faut mettre le robot en charge, puis télécharger l'application sur son smartphone. Cette dernière est d'ores et déjà proposée sur iOS et Android, et arrivera plus tard sur Windows Phone. A l'inverse d'une Sphero classique, on ne trouve donc pas d'obstacles permettant de faire faire des cascades au robot.

Sphero BB-8
Les deux antennes de BB-8 sont clairement son point faible en termes de solidité.

Une fois mis en charge, le BB-8 calibre brièvement sa tête. Celle-ci tient alors toute seule, et restera toujours au sommet du robot lorsqu'il roulera. Un usage relativement intensif nous a démontré qu'elle pouvait malgré tout se détacher lors de mouvements brusques, ce qui est assez dangereux dans la mesure où BB-8 dispose de deux antennes fragiles au sommet de sa tête. Quelques cascades et elles ne feront malheureusement pas long feu.

Concrètement, comment fonctionne cette petite bête ? La base roulante est la même que celle d'une boule Sphero : un moteur, un gyroscope, des roues et un concentré d'électronique permettent à la roue d'avancer, tandis que le système reste stable à l'intérieur, et des diodes offrent l'aspect lumineux de l'ensemble. A cela, le constructeur a ajouté une sorte de bras aimanté à l'intérieur de la boule, qui se charge de maintenir la tête en place, à l'extérieur. Comme celle-ci est équipée de roues, elle avance sur la surface de la boule en polycarbonate. Le site U Break I Fix n'a pas mis longtemps à désosser le robot pour examiner ses entrailles. Désolée de vous décevoir, mais la Force n'a donc rien à voir dans tout ça !

Sphero BB-8
Des roulettes et des aimants, le secret de la tête de BB-8 !

Indispensable smartphone


Déjà fort occupé à gérer son équilibre et les mouvements de sa tête, BB-8 intègre également un capteur de température, tout en faisant l'impasse sur le haut-parleur. Mais un droïde, ce n'est pas censé faire du bruit ? Si, mais c'est le smartphone qui s'en charge.

Le terminal doté de l'application permet non seulement de contrôler le gadget mais aussi d'utiliser d'autres fonctionnalités. Le BB-8 peut être animé via des fonctions automatiques, lui permettant d'effectuer des actions pré-programmées - remuer la tête, faire une boucle, accélérer brièvement - et, dans ce cas, le smartphone se charge de faire du bruit. C'est bien moins mignon que si le robot en faisait lui-même, surtout lorsqu'on veut interagir avec autrui.

Sphero BB-8
Sphero BB-8

Parmi les autres possibilités, on trouve celle qui consiste à enregistrer un message, façon hologramme. Mais une fois encore, se prendre pour la princesse Leia qui appelle Obi-Wan au secours passe uniquement par le smartphone, grâce à la réalité augmentée. Une fonctionnalité qui ne peut s'utiliser qu'en local puisque tout est stocké sur le smartphone, et que rien ne transite par le Web, Sphero ne voulant pas s'aventurer sur le stockage en ligne et ses éventuels travers, nous a-t-on expliqué.

Sphero BB-8

Enfin, le mode « Patrouille », permet quant à lui de se servir du BB-8 comme d'une sorte de sentinelle, qui part en vadrouille tout seul dans un périmètre limité à la portée du Bluetooth. Le robot est doté en effet d'un capteur de température, et peut alerter lorsqu'il rencontre un obstacle. Néanmoins, il ne faut pas voir ici une manière de surveiller son domicile, puisque, encore une fois, seul le Bluetooth est sollicité : aucune information ne peut être visionnée en ligne. Et sur ce point, disposer d'une caméra intégrée aurait été un plus.

Sphero BB-8
Sphero BB-8

Roulez jeune Padawan !


En matière de contrôles, le BB-8 se dirige exactement de la même manière qu'une boule Sphero : le robot se contente de rouler dans la direction souhaitée par l'utilisateur. Une lumière bleue, présente à la surface du robot, indique quel est « l'avant » de la boule. En pratique, ce n'est pas toujours simple d'aller dans la direction souhaitée, et il faut un petit temps d'adaptation pour comprendre comment ne pas se prendre tous les obstacles.

Côté autonomie, le robot nécessite une charge de trois heures pour être utilisé durant une heure. Une proposition assez honnête, surtout lorsqu'on la compare aux désormais incontournables drones proposés au grand public par des marques comme Parrot, et dont l'autonomie dépasse rarement 20 minutes. L'usage est certes différent, et la comparaison n'a peut-être pas lieu d'être, mais il faut néanmoins le souligner. Une fois la batterie du BB-8 à plat, il suffit de le poser sur sa base pour qu'il se recharge.

Bb8 3

En pratique, à moins d'avoir une ribambelle d'enfants, un groupe d'amis très curieux ou un chat à terroriser, il y a fort à parier que vous n'utiliserez pas le BB-8 pendant une heure non-stop.

Ce n'est peut-être pas le droïde que vous cherchez


On ne peut pas nier le travail de Sphero sur ce gadget, qui est probablement l'un des produits dérivés les plus réussis présentés par Disney pour Star Wars : Le Réveil de la Force. Il est particulièrement salutaire de voir qu'une entreprise de high-tech ayant travaillé sur la production du film peut proposer son savoir-faire au grand public. On peut également dire, sans trop de risque de se tromper, qu'un BB-8 fonctionnel était largement attendu par les fans.

Sphero Bb-8 Star Wars

Sphero propose ici ni plus ni moins qu'une variation de sa désormais célèbre boule, avec des fonctionnalités différentes : pas question avec le BB-8 de changer la couleur du gadget, de le faire « battre » au rythme de sa musique, ou de l'utiliser pour jouer à des jeux en réalité augmentée. A l'heure actuelle, le BB-8 Sphero s'avère plus limité qu'une Sphero en termes de fonctionnalités, même si rien n'empêche la marque de mettre à jour son application pour l'étoffer.

Mais le fait est que ce gadget est attirant, bien plus qu'une simple Sphero. Il y a fort à parier que de nombreux acheteurs du BB-8 ne s'étaient jamais intéressés à la boule téléguidée avant d'acquérir cette version alternative.

BB 8 1

Reste que, proposé à 170 euros à son lancement, le BB-8 de Sphero justifie difficilement son prix par ses fonctionnalités, malgré tout réduites. Contrairement à une Sphero classique, il s'avère par ailleurs impossible de le personnaliser. Bien plus cher qu'une Sphero 2.0 - qui affiche 130 euros - le BB-8 a un tarif qui inclut la licence Star Wars, et c'est d'ailleurs également la raison pour laquelle on en parle actuellement autant.

En somme, si un tel objet peut très facilement entraîner un achat compulsif, à l'usage, il reste actuellement plutôt limité, et ses fonctions qui séduisent en premier lieu deviennent rapidement répétitives. Pour les plus jeunes, mieux vaut sans doute opter pour une Sphero classique, qui possède plus de fonctionnalités et ne comporte pas de petits éléments qui pourraient vite se casser. Pour les collectionneurs, c'est une autre paire de manches : si le but est d'exposer le BB-8 sur une étagère au bout de quelques jours, il est possible d'opter pour un produit dérivé moins coûteux, mais qui aura, certes, moins la bougeotte. L'autre option est de laisser passer les fêtes de fin d'année pour espérer voir le prix baisser une fois que l'effervescence autour du produit aura disparu.


BB-8 de Sphero

Les plus
+ Fidèle au modèle visible dans le film
+ Facile à mettre en marche
+ Bonne autonomie
+ Charge par induction
+ Vraiment trop mignon
Les moins
- Maniabilité qui demande de l'entraînement
- Fonctionnalités réduites au lancement
- Pas de haut-parleur, pas de caméra
- Un intérêt très limité sur le long terme
- Des antennes fragiles
2.5
Maniabilité
Fonctionnalités
Solidité
Autonomie

Modifié le 03/10/2016 à 16h29
Commentaires