le vendredi 01 juillet 2016

Comment Netflix veut améliorer les TV connectées en valorisant son application

Officialisée durant le CES 2015, l'appellation Netflix Recommended TV sort cette année du seul territoire américain. Dans les magasins du monde entier, ce logo fait son apparition, mais à quoi correspond-il ? Le service de SVOD nous a exposé les critères et ambitions de ce label.

Durant le CES 2015, difficile d'échapper à Netflix, dont les représentants étaient notamment présents lors des conférences de Sony, Samsung et LG. La raison : l'officialisation de Netflix Recommended TV, un label qui accompagne certains téléviseurs de ces trois marques. Des modèles jusque-là uniquement commercialisés aux Etats-Unis. Mais le label débarque dans le reste du monde en 2016, via certains modèles des nouvelles gammes de ces trois marques (à lire : Netflix vous aide à choisir les meilleures TV connectées).

Une question d'interface


Tout l'enjeu de Netflix est aujourd'hui de communiquer sur ce que le label « TV recommandées par Netflix » signifie. Le logo est bien joli, mais pas très évocateur. Pour nous l'expliquer, Brady Gunderson, responsable du développement produit du service, est venu de Los Gatos. Avec lui, plusieurs télévisions connectées, certaines dotées du label, d'autres non.

« Notre objectif est de rendre l'expérience Netflix homogène sur toutes les plateformes possibles. Nous travaillons dur sur nos applications pour les améliorer » commence-t-il. Un discours auquel Netflix nous a habitué depuis des années. Mais un point varie : « On a beau perfectionner nos applications, si le parcours pour y parvenir est chaotique, ça ne sert pas à grand-chose. »

Label Netflix Recommanded TV

Le travail de Netflix sur ce label est donc de pousser les constructeurs à améliorer leur interface pour faciliter l'accès aux applications de TV connectées. Parmi elles, bien évidemment, Netflix. Mais si les TV labellisées doivent répondre à 5 des 7 critères imposés par Netflix, la démarche n'est pas seulement utile pour accéder à cette seule application.
L'expérience réalisée par Brady Gunderson montrait de manière assez évidente la différence entre deux téléviseurs connectés d'une même marque, l'un datant de 2014, et l'autre de 2016, disposant du label. Dans les deux cas, la démarche était la même : Netflix est lancé, un programme démarre, puis le téléviseur est éteint. L'expérience visait à reprendre la lecture après un nouvel allumage. Sur le modèle de 2016, Netflix apparaît dès que l'écran s'allume, prêt à reprendre la lecture. Sur le modèle de 2014, il faut plusieurs minutes pour charger la liste des apps, lancer la bonne, accéder à son compte et enfin au visionnage.

Un problème plus large


Evidemment, pour Netflix, l'intérêt est de valoriser son service en le mettant en avant auprès des consommateurs. L'entreprise, qui teste au cas par cas les téléviseurs candidats au label dans un espace très secret de son siège de Los Gatos, estime cependant que les interfaces des smart TV sont encore, aujourd'hui, mises de côté au profit d'autres critères. Et ce, malgré une bataille qui existe depuis longtemps entre les constructeurs pour imposer leur propre vision : les TV LG fonctionnent sous WebOS, celles de Samsung, sous Tizen et celles de Sony, sous Android TV.

Packshot Netflix

« Aujourd'hui, l'interface n'est pas le premier critère d'achat. On regarde déjà la qualité d'image, le son... et plus loin, vient l'interface. C'est comme ça que les consommateurs ont parfois de mauvaises surprises lorsqu'ils cherchent à utiliser des applications sur leur téléviseur connecté : ils constatent que ce n'est pas adapté à leurs usages » résume Brady Gunderson. Résultat : si l'interface n'est pas bonne pour l'utilisateur, ce dernier peut décider de renoncer à utiliser des applications... voire de s'abonner à des services. Au hasard, Netflix.

« Si un technophile se rend compte de ça, il va chercher à contourner le problème, en utilisant Netflix sur une console de jeu, sur sa tablette, avec un Chromecast... mais tous les consommateurs ne sont pas aussi portés sur ce genre d'alternatives. Certains vont juste abandonner. »

En somme, pour Netflix, l'adoption plus importante de son service sur des TV connectées passe par l'amélioration complète de l'interface de ces dernières. Si, en 2015, une poignée de téléviseurs disposaient du label, elles sont cette année plus nombreuses, et plus seulement limitées aux USA. Sur son site dédié, la plateforme affiche plusieurs références, mais seulement pour des téléviseurs 4K. « En réalité, ça ne concerne pas uniquement les écrans Ultra HD. Il y a aussi des écrans Full HD recommandés par Netflix. Les critères concernent plus l'interface que la qualité d'image, par exemple. » Néanmoins, il faut admettre que les constructeurs ont aujourd'hui tendance à valoriser les TV haut de gamme, ou de milieu de gamme, qui sont de plus en plus Ultra HD par défaut.

Voilà donc ce que signifie le logo Netflix Recommended TV, qui va apparaître progressivement dans les magasins durant la seconde moitié de 2016, surtout sur des modèles de milieu de gamme et au-delà. « Notre objectif est de proposer notre certification également sur les TV les moins chères, à l'avenir » conclut Brady Gunderson. Ce qui est intéressant à retenir, c'est que même si Netflix ne vous intéresse pas, cette certification a du bon pour s'assurer de disposer d'une interface qui ne nécessite pas 10 manipulations pour ouvrir une application. Et ça, c'est bien.

A voir :
Modifié le 01/07/2016 à 14h49
Commentaires