le lundi 29 août 2016

Xbox One S : une console et un lecteur de Blu-ray Ultra HD, le bon compromis ?

Dévoilée par Microsoft durant le dernier E3, la Xbox One S est sortie dans le commerce le 2 août 2016. Fraîchement arrivée à la rédaction, elle nous a permis de nous interroger non pas vraiment sur son statut de console de jeux, mais sur celui de lecteur de Blu-ray Ultra HD.

Face à des lecteurs comme le DMP-UB900 de Panasonic qui coûte 900 euros, ou l'UBD-K8500 de Samsung aux environs de 500 euros, la Xbox One S s'avère des plus accessibles avec des tarifs qui commencent à 300 euros pour le modèle 500 Go. Pour ce prix, on dispose d'un lecteur de Blu-ray Ultra HD en plus de toutes les fonctionnalités d'une Xbox One « de base » : lecture des jeux Xbox One, accès au Xbox Live ainsi qu'au catalogue de jeux en ligne, rétrocompatibilité avec les jeux Xbox 360, le tout avec un disque dur dont la capacité va de 500 Go à 2 To selon le modèle choisi. Notons enfin que la console réalise aussi bien l'upscaling 4K de films en Blu-ray que celui des jeux Xbox One, avec quelques nuances à prendre en considération.

Cet article propose un tour d'horizon de la console, ainsi que la prise en main de certaines de ses fonctionnalités. Le but est de répondre à quelques questions simples : la Xbox One S est-elle un bon lecteur de BD UHD, et quel intérêt un possesseur d'une Xbox One standard peut avoir à changer de modèle ?



Un design compact et agréable


Le premier point qui saute aux yeux pour qui a déjà vu une Xbox One, c'est la taille compacte de la Xbox One S. Cette dernière est 40% plus petite que le modèle standard de la console, et intègre en son sein le bloc d'alimentation. En tout et pour tout, la console pèse 2,3 kg, pour des dimensions de 29,5 x 23 x 6,3 cm.

Xbox One S (4)
La Xbox One S au sommet de son aînée.

Outre sa taille et le fait que ses couleurs, blanc et noir, tranchent avec le noir laqué de la console d'origine, la Xbox One S voit disparaître l'aspect « grille » présent au-dessus du précédent modèle, qui est remplacé par une aération plus discrète sur sa surface. Les boutons tactiles disparaissent également, au profit de boutons physiques permettant d'allumer la console et faire sortir le disque. Un port USB est également présent en façade.

Le reste de la connectique se situe à l'arrière et comprend le connecteur d'alimentation, une entrée et une sortie HDMI, deux ports USB 3.0, un port Ethernet et une sortie audio numérique optique. On trouve aussi un port permettant de connecter un émetteur infrarouge filaire, qui n'était pas disponible sur le modèle standard.

Ce n'est pas une surprise, il n'y a pas de port permettant de brancher un Kinect à la console. Néanmoins, si vous êtes déjà équipé d'une Xbox One standard et du Kinect associé, Microsoft se propose de vous fournir gratuitement un adaptateur.

Xbox One S (1)

Une nouvelle manette, oui, mais...


La Xbox One S s'accompagne par ailleurs d'une nouvelle manette, blanche cette fois-ci, qui reprend la plupart des caractéristiques de la précédente. On note cependant la présence de renforts en caoutchouc sur les poignées, pour une meilleure prise en main, ainsi que d'une sortie casque.

Enfin, la manette dispose, en plus de sa connectique RF sans fil, d'une connectique Bluetooth qui permet de l'utiliser sur les ordinateurs compatibles sans avoir à posséder de dongle. Précision toutefois : ça ne fonctionne qu'avec Windows 10 Anniversary Update.

Xbox One S (8)

Une jolie manette pleine de promesses, mais qui conserve l'un des principaux défauts des précédentes générations : elle fonctionne encore avec des piles. On peut opter pour une batterie, mais cette dernière s'achète à part. C'est un point franchement agaçant.

Xbox One S (9)

Maintenant que le tour du propriétaire est fait, intéressons-nous à la lecture de Blu-ray Ultra HD, pour voir si la console tient ses promesses sur ce point.
Modifié le 22/09/2016 à 16h33
Commentaires