le mardi 24 novembre 2015

Deep learning : quand l'intelligence artificielle tente d'imiter le cerveau humain

Conclusion


Définir chaque objet, chaque élément, chaque son par une succession de chiffres pour qu'un ordinateur soit en mesure de les identifier et de les traiter, voici l'incroyable genèse du deep learning. Le traitement de l'image sera bientôt maîtrisé à 100 % par les chercheurs, ce qui ouvre une voie royale au marché de l'automobile, de la robotique, ou encore des drones pour le développement de modèles semi-autonomes et autonomes. Comme nous avons pu le voir, bien d'autres secteurs en tirent déjà des bénéfices comme la médecine, mais aussi l'astronomie, la météorologie, la cartographie, le marketing digital, les moteurs de recommandations, etc. Bien que moins avancé, le traitement du langage naturel donne déjà des résultats significatifs. Apple, Microsoft, et Google en font déjà l'étonnante démonstration avec leurs assistants vocaux toujours plus performants.

L'intelligence artificielle est un domaine passionnant, mais il suscite de vives inquiétudes. Bill Gates, Elon Musk et le célèbre physicien Stephen Hawking font partie des éminentes célébrités se disant inquiètes des progrès de l'IA. Comme dans de nombreux films de science-fiction, ils évoquent la possibilité de voir un jour des machines plus intelligentes que l'homme se retourner contre lui. D'ici 10, 20 ou 30 ans, les capacités de calculs seront telles qu'ils n'ont peut-être pas tout à fait tort. Elon Musk ne se contente pas de tirer la sonnette d'alarme, le patron de Tesla a mis la main à la poche et déboursé 10 millions de dollars pour financer des recherches sur la sécurité de l'IA. Le sujet n'a pas fini de faire débat....
Modifié le 25/11/2015 à 10h09
Commentaires