le dimanche 05 novembre 2017

High Tech : un sondage bouscule les mythes des salaires !

La messagerie instantanée professionnelle Blind a effectué une enquête d'opinion auprès de milliers d'employés des grandes sociétés américaines de high tech, sur des questions que l'on pose rarement publiquement : vous estimez-vous assez payé ? Cherchez-vous ailleurs ?

Il en ressort un étonnant classement des stars de la nouvelle économie, révélant au passage quelques surprises, apportant aussi quelques confirmations.

Netflix plus accueillant qu'Apple ?


Google, Apple, Microsoft, Netflix, Facebook : la high tech, ses sièges sociaux magnifiques, ses recherches passionnantes, ses gros salaires... Voilà pour le mythe. Mais la réalité est finalement la même que dans n'importe quelle autre industrie : il y a des sociétés où il fait bon travailler et que l'on ne quitterait pour rien au monde, et des sociétés qu'il vaut mieux fuir.

De l'extérieur, il est souvent difficile d'évaluer le niveau réel du "bonheur intérieur brut" des majors de la high tech. C'est donc tout l'intérêt de cette consultation non scientifique menée par Blind, une messagerie permettant aux salariés de ces mêmes grands groupes d'échanger anonymement entre eux. Blind leur a demandé ce qu'ils pensaient de leur salaire et de leur poste, s'ils envisageaient ou non de postuler ailleurs. Le classement qui en ressort est plutôt inattendu.

blind


Pas de valeur scientifique, mais...


On imaginerait que c'est au sein des GAFAM qu'on est le mieux payé et le plus heureux : erreur ! Chez Amazon, Apple et Microsoft, on trouve plus de cadres désireux de partir que de rester. Facebook (3ème) et Google (13ème) semblent être de meilleurs employeurs. En tête des boîtes les plus appréciées par leurs salariés, on trouve Netflix, suive de Dropbox. Nerdwallet (4ème), Twitch (5ème) et Snapchat (6ème) figurent aussi en bonne place.

A l'opposé, on sait l'herbe plus verte ailleurs chez Walmart, Qualcomm, Spotify, Twitter, Symantec, Oracle ou Paypal. Ces grands noms de la tech ne comptent qu'entre 12 et 35 % de salariés satisfaits de leur poste et de leur rémunération. Bien sûr, ces données sont à relativiser : elles ne reflètent que l'opinion de certains de leurs salariés qui utilisent Blind. Mais elles feront peut-être réfléchir les DRH des groupes les plus mal classés, qui pourraient trouver une explication à leur difficulté à attirer ou conserver les meilleurs profils...

Modifié le 02/11/2017 à 17h18
Commentaires