le vendredi 19 mai 2017

Google I/O : Instant Apps arrive, pas Android Pay

La deuxième journée de la conférence annuelle de Google, Google I/O, a été marquée par plusieurs annonces concernant le store d'applications Google Play, la fonctionnalité Instants Apps et Android Pay.

Google accélère sur Instant Apps et rajoute des publicités dans Google Play


L'une des annonces majeures du deuxième jour de Google I/O, c'est la disponibilité d'Instant Apps pour l'ensemble des développeurs. Instant Apps, vous vous en souvenez peut-être : annoncée en mai 2016, cette fonctionnalité permet d'avoir un aperçu d'une application sans l'avoir téléchargée au préalable. Certes, en mode Instant Apps, vous ne pourrez pas profiter pleinement d'une application nécessitant la saisie d'identifiants, comme l'application mobile de votre banque ou encore Messenger, mais ce mode vous aidera néanmoins à décider si l'application en question est suffisamment utile ou intéressante pour que vous la téléchargiez. Jusqu'à aujourd'hui, Instant Apps n'était disponible qu'à une poignée de développeurs sélectionnés par Google. Dorénavant, il est accessible à l'ensemble des éditeurs d'applications. Les utilisateurs pourront, quant à eux, essayer une application depuis la page de résultats de recherche Google. Selon le géant de Mountain View, les développeurs auront besoin de quatre à cinq semaines en moyenne pour adapter leurs applications au mode Instant Apps.

Le magasin d'applications Google Play s'apprête quant à lui à revêtir un côté plateforme publicitaire. Finalement, si tout un chacun peut acheter une publicité AdWords, figurant dans les résultats de recherche des internautes, pourquoi les développeurs d'applications Android en seraient-ils dépourvus sur leur terrain de jeu, Google Play ? Tout comme dans l'AdWords classique, ces publicités s'appuieront sur les mots clés et seront affichées dans les résultats de recherche sur Google Play. Par ailleurs, il sera possible d'acheter un emplacement publicitaire sur l'écran d'accueil du magasin d'applications.

Android Pay


Android Pay se veut toujours plus attractif, mais tarde à arriver en France


Aux personnes qui ont plusieurs cartes bancaires, Android Pay permettra désormais de choisir laquelle de leurs cartes ils souhaitent faire prélever. Pour rattacher une carte bancaire à Android Pay, il ne sera plus nécessaire de saisir son numéro dans l'application Android Pay, si vous l'avez déjà utilisée ailleurs sur Google : ces données sont sauvegardées et transmises à Android Pay automatiquement. Ainsi, si vous avez déjà réglé quoi que ce soit sur Internet via le navigateur Chrome en étant connecté à votre compte Google, ou si vous avez réglé un service Google (acheté une application sur le Play Store ou de l'espace de stockage supplémentaire dans Google Drive), Google connaît déjà votre carte.

Apple Pay passera également à la vitesse supérieure côté programmes de fidélité. Son ambition : intégrer pleinement les cartes de fidélité des différentes enseignes, de façon à ce qu'au moment de passer en caisse, le simple de fait régler avec Apple Pay communique au commerçant le numéro de la carte de fidélité du client, lui permettant de cumuler des points sans présenter la bonne vieille carte sur support plastique.

Si Google enlève les barrières et nous pousse de plus en plus à adopter Android Pay, c'est que ce mode de règlement est en mal d'utilisateurs : avec seulement 24 millions de comptes à travers le monde, il ne parvient toujours pas à rivaliser avec Apple Pay, qui en compte 86 millions, selon Juniper Research. Actuellement disponible dans 10 pays (la Belgique, la Pologne, le Royaume-Uni, l'Irlande, les États-Unis, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, le Singapour, le Japon et Hong Kong), le service devrait arriver dans un nouveau pays européen (l'Espagne) courant 2017. En revanche, son arrivée en France se fait toujours attendre.

Voir aussi :
Modifié le 19/05/2017 à 10h22
Commentaires