le mardi 04 octobre 2016

Google veut un assistant personnel omniprésent et pour tout le monde

Google commence sa conférence de rentrée en affirmant que le monde connait aujourd'hui une nouvelle avancée. Il y a quelques années, les travaux se concentraient sur le mobile. Aujourd'hui, ils s'articulent autour de l'intelligence artificielle.

Google a une nouvelle ambition : développer un assistant personnel pour chacun d'entre nous et cela passe par son nouvel assistant initialement présenté à l'occasion de la conférence I/O au mois de mai dernier. Celui-ci est censé collecter un nombre toujours plus important de données personnelles afin de répondre le plus précisément possible à chacune des requêtes.

Pour ce faire, Google a multiplié ses travaux dans le domaine du machine learning avec des réseaux de neurones artificiels, notamment grâce à sa filiale DeepMind. Sundar Pichai explique par exemple avoir fait d'énormes progrès dans le domaine de la vision artificielle avec un taux de reconnaissance positive de 93,9%. Les images bénéficient alors d'une légende plus riche et plus détaillée. Elles sont de fait plus faciles à retrouver.


Google explique en outre avoir revu de fond en comble ses algorithmes de traduction automatique afin de lui appliquer des modèles prédictifs de phrases dans le but d'obtenir une traduction plus fluide. L'idée est évidemment de calquer les travaux d'un spécialiste en la matière. Les fruits de ces recherches ont déjà été implémentés au sein de l'application Google Translate.

Google Assistant


Le Google Assistant repose non seulement sur l'ensemble de ces algorithmes mais bien évidemment sur le Google Knowledge Graph, cette base de connaissances capable de faire remonter la bonne information au bon moment. L'assistant déjà présent au sein de la messagerie Allo s'invite au sein de l'enceinte connectée Google Home ainsi que dans les smartphones de la gamme Pixel.


Google Home


Google partage également davantage d'informations sur Google Home, son enceinte connectée. Présentée en mai dernier, elle permet de jouer de la musique en streaming, de répondre à des questions, de gérer ses tâches au quotidien ou encore de contrôle les appareils connectés. Le tout, contrôlé par la voix. Google précise au passage que la base de cette enceinte pourra être changée afin de mieux coller à la décoration de la pièce

Google Home prend en charge plusieurs services de musique et choisit par défaut celui préféré de l'utilisateur. A l'heure actuelle les services compatibles sont : YouTube Music, Spotify, Pandora, Google Play Music, TuneIn et IHeartRadio. Il est également possible de caster la musique depuis un smartphone Android vers Home.

L'enceinte se transforme naturellement en assistant puisqu'elle est repose sur la plateforme Knowledge Graph, laquelle comprend 70 milliards de données pouvant refaire surface suite à une question avec des réponses plus ou moins complètes selon leur nature. Home est aussi capable d'effectuer des itinéraires en récupérant les données de Google Maps pour les dicter à l'utilisateur et intègre également la plateforme de traduction.

Google Home


Parmi les données récupérées par le Google Assistant et accessibles via Google Home, notons le calendrier ainsi que les informations météo. Home est alors capable d'établir un résumé de la journée incluant également les informations de trafic. L'utilisateur sera également en mesure d'établir une liste de courses puis de la présenter sur le smartphone.

Enfin, Home est en mesure de contrôler les objets connectés de la maison. La filiale de Google Nest est évidemment prise en charge, mais également IFTTT, Samsung SmartThings et Philipps Hue. Google introduit aussi le Voice casting, afin de lire via Chromecast un contenu vidéo sur une télévision connectée. Netflix devrait prochainement assurer cette compatibilité.

Si un foyer dispose de plusieurs Google Home, seule l'enceinte la plus proche sera activée. Aux Etats-Unis, le prix de commercialisation sera de 129 dollars.

De toute évidence, Google semble donc faire de l'intelligence artificielle son nouveau cheval de bataille. Reste à savoir si l'utilisateur a bel et bien besoin d'un assistant au quotidien...

Voir aussi :

Modifié le 05/10/2016 à 10h50
Commentaires