le lundi 28 mai 2012

Un cybersquatter récuse la validité de la marque "Google" devant la justice

google logo icon sq gb
Un internaute américain possédant plusieurs domaines dotés du terme « Google » explique devant la justice que ce dernier n'est plus un nom propre mais un verbe reconnu.

Depuis plusieurs années, Google entretient sa position de leader sur le marché de la recherche sur Internet ; c'est bien souvent le point de départ d'une session de surf de plusieurs internautes. Aux Etats-Unis le terme « Google » est d'ailleurs très souvent utilisé pour signifier une recherche sur Internet. Le verbe « to Google » est officiellement reconnu dans le dictionnaire d'Oxford depuis juin 2006 et dans le Merriam-Webster depuis juillet 2006. La généralisation de ce terme pourrait empêcher à Google de conserver des droits sur sa marque et la firme de Mountain View avait alors invité les internautes à ne pas l'utiliser dès février 2003.

Dans sa plainte David Elliott explique avoir légalement récupéré le compte GoDaddy ainsi que les noms de domaine d'un certain Chris Gillespsie. Ce dernier possédait pas moins 763 domaines contenant le terme « Google » et redirigeant l'internaute vers portail pornographique homosexuel tgn.xxx ou vers des sites Internet affichant de la publicité. La firme californienne avait déposé une plainte auprès du NAF (National Arbitration Forum) en s'appuyant sur les règlementations mises en place par l'ICANN.

M. Elliott ajoute que Google est pleinement conscient que sa marque est en danger et demande à ce que les droits déposés sur cette dernière soient tout simplement annulés. Par le passé, d'autres sociétés se sont trouvées dans cette situation et furent incapables de protéger leur marque. C'est notamment le cas de « zipper », « thermos » ou « yo-yo ». En France, le code de la propriété intellectuelle fonctionne de la même manière.

Google dictionnaire

Définition de l'Oxford Dictionary
Commentaires
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )