le lundi 05 juin 2017

Au Royaume-Uni, "le terrorisme vaincra si Internet est trop surveillé"

D'après Tim Farron, le dirigeant des libéraux-démocrates au Royaume-Uni, le gouvernement de Theresa May fait les mauvais choix en matière de lutte contre le terrorisme. Il critique notamment la dérive de l'Etat dans sa surveillance et son contrôle d'Internet.

La mise en garde d'un responsable politique britannique


Tim Farron, le dirigeant des libéraux-démocrates au Royaume-Uni, a récemment mis en garde Theresa May, la Première ministre britannique, après son discours en faveur d'une régulation et d'un contrôle d'Internet face à la menace terroriste. Selon lui, le risque que l'Etat contrôle et surveille Internet comme en Chine ou en Corée du Nord est réel. Il estime qu'une telle dérive représenterait non seulement une restriction majeure aux libertés des citoyens, mais une victoire pour les terroristes.

Selon lui, le discours de Theresa May au lendemain de l'attentat de London Bridge était hautement politique, en dépit de l'arrêt de la campagne électorale en vue des élections législatives qui se tiendront ce jeudi 8 juin 2017. « Ces problèmes ne seront pas résolus par des gesticulations politiques ou en interdisant certaines technologies » a-t-il écrit dans le quotidien britannique The Guardian, avant d'ajouter : « au lieu d'être dans la posture, les responsables politiques devraient travailler avec les entreprises technologiques comme Facebook, Twitter et WhatsApp, ainsi qu'avec d'autres pays, afin de développer des solutions qui nous maintiendront en sécurité ».

tim farron UK
Tim Farron ; crédits photo : Elliott Franks


Des moyens renforcés pour la police et les services de renseignement


Farron considère que les responsables politiques « n'ont pas rendu service » aux agences de renseignement en se contentant d'apporter pour seule réponse au problème des attentats terroristes une « rhétorique répressive ». « Dans les choix que nous faisons, nous devons fournir les ressources nécessaires à ceux qui s'occupent de notre sécurité pour qu'ils puissent exercer leur métier dans la limite des pouvoirs qui leur ont été accordés. Nous devons également jalousement préserver les libertés si chèrement conquises qui définissent notre pays. Si nous faisons les mauvais choix, ceux qui cherchent à modifier notre mode de vie auront gagné ».

Revenir sur la diminution de l'enveloppe accordée aux services de police aurait, d'après Farron, un plus grand effet sur la prévention du terrorisme que l'interdiction de certaines technologies. Tout est une question d'arbitrage entre le fait d'accorder des réductions d'impôts aux sociétés et le fait de financer décemment la police. « Soyons honnête, moins de policiers sur le terrain signifie moins de conversations, moins d'informations transmises et moins de connaissance sur l'identité des terroristes et sur les personnes qu'il faut surveiller (...) entre une surveillance de masse inefficace et l'investissement dans le renseignement censé être le meilleur - sur le terrain et au plus près des communautés - Theresa May a fait le choix du premier au travers de l'Investigatory Powers Act » a conclu Tim Farron.


Modifié le 05/06/2017 à 16h27
Commentaires