le mardi 24 janvier 2017

Pages supprimées : vers la fin des erreurs 404 ?

Les messages d'erreur s'affichant lorsqu'un site ou une page n'est plus en ligne pourraient progressivement commencer à faire partie du passé.

La machine à remonter le temps existe !


Ne jamais laisser un internaute sur sa faim, même si le site qu'il souhaite visiter n'existe plus, telle est l'ambition que s'est fixé The Internet Archive. Lorsqu'une extension pour Google Chrome est installée et que l'internaute visite un site étant hors ligne, au lieu des fameux « Page introuvable » et « Erreur 404 », l'extension lui propose de voir une version archivée de la page, telle que l'a sauvegardé le robot du Internet Archive. La page s'affichant peut alors dater d'il y a un, deux, voire quinze ans, puisque le service d'archivage de sites web du Internet Archive, connu sous le nom de Wayback Machine, existe depuis 2001.


Lorsque l'extension détecte la présence sur une page visitée du code correspondant aux erreurs 404, 408, 410 et d'autres types d'erreurs relatives aux pages inexistantes, elle interroge immédiatement The Internet Archive pour voir si une version archivée de la page y existe, expliquent les auteurs de l'extension sur le blog du Internet Archive.

0258000008290492-photo-erreur-404.jpg


Les liens meurent vite


Pour démontrer l'utilité de leur service, les concepteurs du Internet Archive s'appuient sur une étude de l'université de Harvard de 2013, selon laquelle 49 % des liens Internet mentionnés dans les décisions de la Cour Suprême américaine faisaient référence à des pages qui n'existaient plus. Mais l'ambition ne s'arrête pas là. Cette extension peut s'avérer utile pour visiter des sites qui croulent sous le nombre de visites, soit parce qu'ils connaissent un pic momentané de visites, soit parce que leurs propriétaires ont choisi de ne pas investir beaucoup dans l'infrastructure les hébergeant.

Plus largement, The Internet Archive permet de visionner d'anciennes versions d'une même page, sauf lorsque son auteur s'y oppose et qu'il a demandé à la retirer de la base de données.

Modifié le 13/02/2018 à 17h44
Commentaires