Neuralink : Elon Musk veut relier cerveaux et ordinateurs

Elon Musk est sur terre avec ses Tesla et son amour pour l'énergie solaire ; Elon Musk est dans l'espace avec SpaceX ; Elon Musk est sous-terre avec The Boring Company ; bientôt, Elon Musk sera dans votre cerveau avec Neuralink. La dernière folie du milliardaire visionnaire est en effet digne de la science-fiction la plus pure.

En bref : Elon Musk veut vous transformer en cyborgs et implanter des informations dans votre cerveau, directement, grâce à une interface homme-machine.

Apprendre "façon Matrix" ? Elon Musk dit "oui !"


Selon The Wall Street Journal, la dernière lubie d'Elon Musk s'appelle Neuralink. L'entreprise, qui vient d'être créée par le milliardaire fondateur de SpaceX et Tesla entre autres, vise un domaine bien précis : les neurosciences et, bien évidemment, l'intelligence artificielle. D'ailleurs, Elon Musk avait été l'un des premiers investisseurs de Deep Mind, la start-up spécialisée dans l'IA à l'origine du logiciel AlphaGo qui a été rachetée par Google.

Musk n'aurait toutefois pas l'intention de créer une Intelligence Artificielle avec Neuralink. Il s'agirait de construire une interface homme-machine, qui permettrait d'implanter dans le cerveau des informations. Vous vous souvenez, dans Matrix, de la manière qu'ont les héros d'apprendre les choses, du kung-fu à comment piloter un hélicoptère de l'armée ? C'est un peu le même principe.

Elon Musk SolarCity


Une entreprise avant tout médicale ?


Si on se doute qu'Elon Musk, qui estime qu'on devrait tous devenir des cyborgs, rêverait de pouvoir implanter n'importe quelle connaissance dans le cerveau de chacun de nous (imaginez les heures de révisions dont on pourrait se passer... Une simple connexion à l'ordinateur et l'intégralité du cours est mémorisé), cette possibilité reste aujourd'hui du domaine de la fiction. En revanche, on connaît déjà des applications pour ce type d'interfaces.

Plusieurs chercheurs mènent aujourd'hui des expérimentations sur les effets, sur la santé, de la stimulation électrique du cerveau. Les maladies neurodégénératives, notamment, mais également les problèmes tels que les troubles comportementaux ou les troubles obsessionnels compulsifs en tireraient des bienfaits non négligeables. C'est sans doute ce que vise, en premier lieu, Neuralink : selon le Wall Street Journal, l'entreprise, fondée en juillet 2016, est estampillée "entreprise médicale".

Modifié le 28/03/2017 à 11h40
Commentaires