Appareil photo hybride : lequel choisir avec un budget max de 1500 € ?

D'après les chiffres de janvier 2017 du CIPA, les ventes d'appareils hybrides en Europe ont progressé de plus de 30 % en un an ; parallèlement, la vente des compacts poursuit sa baisse en raison de la concurrence des smartphones et celle des reflex stagne. Les appareils hybrides sont apparus avec le système micro 4/3 développé par Panasonic et Olympus. L'idée était de créer un système à objectifs interchangeables, reposant sur un petit boîtier dépourvu du prisme et du viseur optique des reflex. Comme l'objectif est plus proche du capteur, on ne peut pas utiliser un objectif reflex sur un boitier hybride (ou alors il faut une bague d'adaptation qui augmente le tirage optique). Il a donc fallu développer de nouvelles gammes d'objectifs.

On a aussi dû repenser totalement l'autofocus, car celui des reflex utilise un miroir secondaire absent des hybrides. Toutes ces innovations technologiques nécessitent des coûts de développement importants qui se répercutent sur les prix.

Nous avons volontairement fixé une limite de 1500 € pour le prix des boîtiers nus de cette sélection des meilleurs appareils photo hybrides 2017. Une part importante du budget doit être consacrée à l'acquisition de bons objectifs. Nous présenterons des appareils au format micro 4/3, puis APS-C et enfin Plein Format (Full Frame ou FF).

Hybrides Micro 4/3

Olympus OM-D E-M10 mark II

Capteur 4/3 de 16 Mpx stabilisé

Pour démarrer cette sélection, un appareil plutôt bon marché, pourvu d'un magnifique boîtier comme seul Olympus sait les faire. Commercialisé depuis trois ans, il lui manque quelques éléments de modernité comme la vidéo 4K (que certains jugeront inutile), mais il fait plus que tenir la route en 2017.
Capteur Live MOS de 16 Mpx stabilisé sur cinq axes, AF 81 zones, obturateur mécanique au 1/4000s, obturateur électronique au 1/16 000s, vitesse synchro flash 1/250e... Plutôt pas mal.

Olympus OM-D E-M10 mark II

Comme souvent chez Olympus, il y a beaucoup de boutons de contrôle sur le boîtier : trois molettes et trois boutons de fonctions programmables. Il est doté un viseur électronique, d'un écran tactile orientable de 3 pouces et d'un flash interne. Bref il a tout pour plaire pour son prix.



Panasonic DMC-GX800

Capteur 4/3 de 16 Mpx, Vidéo 4K

C'est le dernier né des hybrides d'entrée de gamme de Panasonic. Commercialisé début 2017, il est présenté comme « l'appareil idéal du blogueur de voyage ». C'est un petit boîtier de 269g pour 11x6x3 cm, qui abrite un capteur Live MOS de 16 Mpx. Le capteur n'est pas stabilisé, mais certaines optiques compatibles le sont.
Panasonic DMC-GX800

L'autofocus à détection de contraste et technologie DFD comprend 49 zones. La vitesse de l'obturateur mécanique n'est pas précisée ; celle de l'obturateur électronique et d'1/16000s. Bon point pour un appareil d'entrée de gamme: le mode Auto-ISO.

Comme il n'est pas doté d'un viseur électronique, la visée se fait entièrement sur l'écran 3 pouces de 1 Mpx. L'écran est inclinable à 180° pour prendre des selfies que l'on pourra partager en Wi-Fi. On pourra s'amuser avec la fonction diaporama et de nombreux filtres créatifs qui peuvent également s'appliquer à la vidéo 4K.

Si l'on tient ni à la 4K, ni au viseur électronique, l'ancienne version, le GF7, est encore disponible à un tarif très attractif.

Panasonic Lumix DMC-GX80

Capteur 4/3 de 16 Mpx stabilisé, Vidéo 4K

Son boitier de 426 g est plus massif que celui du GX800 car il est pourvu d'une stabilisation cinq axes et d'un viseur électronique de 2,7 Mpx. Autre ajout : une molette arrière, une griffe pour le flash externe et des boutons de fonction paramétrables. L'écran peut pivoter jusqu'à 90° vers le haut, adieu les selfies.

Panasonic Lumix DMC-GX80

Le filtre passe-bas (anti-moiré) du capteur a été supprimé pour augmenter la netteté des images. La vitesse d'obturation à 1/4000s est sans doute supérieure à celle du GX800 (que Panasonic a omis d'indiquer). C'est un appareil d'un bon rapport qualité-prix, qui a fait l'unanimité à sa sortie.



Panasonic Lumix DMC-G80

Capteur 4/3 de 16 Mpx stabilisé, Vidéo 4K

La différence avec le GX80 réside essentiellement dans le boîtier. Celui du G80 est tropicalisé et est beaucoup plus volumineux, mais à peine plus lourd (505 g), grâce à son alliage de magnésium.
Panasonic Lumix DMC-G80

Le grip très proéminent permet d'accueillir une molette arrière et de disposer le déclencheur à l'avant, ce qui libère de la place pour la molette de contrôle des modes PASM qui se trouve également du côté droit de l'appareil. Côté gauche se trouve une autre molette pour sélectionner le type de prise de vue (rafale, retardateur, vidéo etc.).

Le viseur électronique trône au milieu, comme sur les reflex, et passe à l'OLED. Autre amélioration : l'écran n'est pas seulement inclinable, il se déplie sur le côté et pivote à 180°. Enfin notons la présence d'une prise micro qui faisait défaut au GX80.



Panasonic Lumix DMC-GX8

Capteur 4/3 de 20,3 Mpx stabilisé, Vidéo 4K

On dirait un GX80 dopé mais, pour respecter l'ordre de commercialisation de ces appareils, on devrait dire que le GX80 est un G8 allégé. Le boitier du G8 est tropicalisé et doté d'une prise jack, comme le G80, mais est beaucoup moins volumineux que ce dernier.

Panasonic Lumix DMC-GX8

Il possède une molette de plus que le GX80, pour régler l'exposition, mais n'a pas de flash. Comme le G80, il dispose d'un viseur OLED - qui est en plus inclinable - et d'un écran articulé.

A l'intérieur du boitier le seul gain notable par rapport au GX80 est l'obturation mécanique 1/8000s et les 20 Mpx du capteur. La gamme Panasonic est bien segmentée et sa nomenclature bien difficile à déchiffrer.




Olympus Pen F

Capteur 4/3 de 20,3 Mpx stabilisé

Les spécifications sont assez proches de celles du GX8 mis à part l'absence de vidéo 4K et l'autofocus qui passe à 81 points.

Olympus Pen F

La différence réside principalement dans le boitier. Celui du Pen F est plus petit et léger (373g), et plus élégant. Il possède plus de molettes et touches de contrôle : on trouve notamment sur la face avant une molette créative et une touche de prévisualisation de la profondeur de champ, comme sur les appareils reflex.

On pourra préférer l'ergonomie du Lumix, qui assure une bonne prise en main grâce à son grip proéminent, mais il faut reconnaître que cet Olympus Pen ne manque pas de charme.



Hybrides APS-C

Canon EOS M5

Capteur APS-C de 24 Mpx stabilisé

On a tendance à l'oublier, mais Canon produit aussi des appareils hybrides. Il existe une gamme d'objectifs dédiée aux appareils hybrides EF-M, mais il est possible via une bague d'adaptation d'utiliser les objectifs EF des reflex, ce qui constitue une excellente raison d'acheter cet appareil, si l'on dispose déjà d'objectifs Canon.

Canon EOS M5

Venons-en au boitier. Canon a opté pour un viseur central (comme sur le Panasonic G80) et non latéral. Cela ravira les possesseurs de reflex de la marque rouge, qui retrouveront justement... leurs réflexes. Une molette pour les modes de prise de vue à gauche et une molette pour l'exposition à droite, c'est moins compliqué que le système de Fuji.

L'autofocus possède 49 collimateurs et dispose de la technologie Dual Pixel de Canon (pixels pour la détection de phase intégrée au capteur, comme chez Fuji). L'obturation mécanique affiche un classique 1/4000s et la synchro flash un bon 1/200s. Cet hybride comporte un flash incorporé, mais également compatible avec les flashs Canon de la série EX.

L'EOS M5 est doté d'un bel écran tactile d' 1,6 Mpx atteint 3,2 pouces et est particulièrement connecté : Wi-Fi, NFC et Bluetooth facilitent le partage des photos.




Fuji Fujifilm X-T20

Capteur APS-C de 24 Mpx, Vidéo 4K

Les appareils Fuji hybrides sont construits autour d'un capteur APS-C et utilisent la monture X. Les boitiers sont dépourvus de stabilisation au niveau du capteur, mais certains objectifs sont stabilisés.
Annoncé en janvier 2017, le X-T20, est une mise à jour du X-T10, qui bénéficie de certaines avancées de la gamme pro. Le nouveau capteur X-Trans CMOS III doté de 24 Mpx (au lieu de 16) est secondé par le processeur de traitement d'images « X-Processeur Pro ». Les capteurs X-Trans de Fuji utilisent une matrice RVB spéciale. Ils ne génèrent aucun effet de moiré et sont appréciés pour leur capacité à restituer les couleurs.

Fuji Fujifilm X-T20

L'autofocus hybride passe à 91 collimateurs dont 40% pour la détection de phase. L'obturateur mécanique à 1/4000s est secondé par un obturateur électronique à 1/32000s. La vitesse synchro flash est de 1/180s.

On retrouve l'ergonomie particulière des appareils Fuji avec une molette pour l'exposition et une autre pour la vitesse, ainsi que l'utilisation simultanée de la bague de l'objectif. Le boitier dispose de deux molettes supplémentaires et de touches de fonction paramétrable.

Le viseur électronique comprend 2,36 Mpx et couvre 100% de la zone d'image. L'écran tactile de 1 Mpx s'incline vers le haut vers le bas. Les vidéastes apprécieront la possibilité de filmer en 4K et de bénéficier des fameuses modes de simulation de film Fuji y compris en vidéo.



Fuji X-T2

Capteur APS-C de 24 Mpx, Vidéo 4K

Pour quelques centaines d'euro de plus que le X-T20, voici le XT-2. Le boîtier passe à 457 g nu (contre 333 g pour le T20) et comporte quelques modifications visibles : la molette de réglage des modes d'exposition se voit surmontée d'une molette pour le réglage des ISO et un deuxième emplacement pour carte SD fait son apparition.
Fuji X-T2

L'écran LCD n'est plus tactile, mais peut s'orienter sur le côté, pour une utilisation en mode portrait. Le viseur est un peu plus large et possède un plus fort grossissement (0,77x contre 0,62x). La vitesse d'obturation passe de 1/4000s à 1/8000s et la vitesse synchro flash atteint 1/250s.

Les hybrides sollicitent beaucoup les batteries ; pour plus d'autonomie le Fuji X-T2 peut être doté d'un grip batterie, comme sur les reflex haut-de-gamme.



Sigma sd Quattro

Capteur APS-C Foveon 19 Mpx

Il s'agit d'un appareil très spécialisé, capable de produire des images exceptionnelles dans des conditions bien définies. Son capteur tri-couche Foveon génère des images beaucoup plus détaillées et naturelles que celle des capteurs classiques pour le même nombre de pixels.
C'est un appareil conçu pour le studio ou le paysage, et pour les photographes patients. Son autofocus ne possède que neuf collimateurs ; il n'est clairement pas conçu pour photographier des objets en mouvement. Il est lent et gère mal la montée en ISO.
Pour résumer : il n'est pas cher par rapport à la qualité des fichiers obtenus, mais pas du tout polyvalent. Si l'on veut faire du paysage sans se ruiner, c'est une option à envisager, tout comme les compacts dp quattro de Sigma.

Sigma sd quattro

Étant donné que le capteur est constitué de trois couches possédant des résolutions différentes, le choix du nombre de pixels à la sortie pourra varier en fonction des réglages. Les fichiers RAW comptent au maximum 19 Mpx.

Sur les sujets immobiles, on pourra encore améliorer la qualité de l'image en utilisant le mode Super-Fine Detail (SFD), qui combine jusqu'à 7 photographies pour augmenter la dynamique (principe du HDR). Il est désormais possible de développer les RAW au format X3F avec Adobe Camera Raw, ce qui évitera de passer par Sigma Photo Pro, décrié pour sa lenteur.

Il existe une version Quattro H, avec un capteur APS-H encore plus grand, qui bénéficie d'une importante amélioration logicielle lui permettant de générer des fichiers RAW au format universel DNG.
Même s'il s'agit d'un appareil hybride, son tirage optique est identique à celui des reflex. Sigma a choisi de ne pas développer d'optiques spécifiques pour ses hybrides. Les possesseurs du Quattro auront accès au magnifique parc existant d'objectifs Sigma.



Hybride Plein Format

Sony Alpha7 II

Capteur FF de 24 Mpx stabilisé

Sony est le leader des hybrides plein format (Full Frame ou FF). Le dernier modèle, l'Alpha7R II, possède des spécifications techniques époustouflantes, mais est hors de prix.
L'Alpha7 II est sorti il y a deux ans, mais est toujours d'actualité en 2017. Pour le prix d'un hybride APS-C dernière génération, on peut s'offrir un plein format stabilisé.

sony alpha 7 2

Capteur Exmor plein format 24 Mpx, format RAW 14bits, autofocus hybride à 117 points, obturateurs mécanique 1/8000e... on ne peut pas dire qu'il soit dépassé.

Ce n'est pas un poids plume, puisqu'il pèse 600 g avec la batterie. On s'éloigne du concept initial des hybrides légers imaginés par Olympus et Panasonic, mais l'encombrement et le poids sont nettement inférieurs aux 850 g du dernier reflex FF de chez Sony.

On pourra utiliser les objectifs de la série E (pour hybrides) ou, avec une bague d'adaptation, ceux de la série A (pour reflex).

Modifié le 03/05/2017 à 15h07
Commentaires