Top 10 des meilleurs appareils photo compact expert

Qu'est-ce qu'un appareil photo compact expert ? C'est un appareil photo de faible dimension et à objectif inamovible, qui offre des possibilités de contrôle sur le résultat final pendant et après la prise de vue. Un compact expert est capable de passer en mode semi-automatique ou manuel, et d'enregistrer les photos sous forme de fichiers bruts (RAW) non compressés, que l'on pourra retravailler dans un logiciel. Il dispose de molettes et de boutons sur le boitier pour un accès rapide.

Vous trouverez dans notre Top 10 des meilleurs appareils photo compacts experts, six appareils dotés de zooms puis quatre dotés d'objectifs à focales fixes. Ces derniers produisent des images plus détaillées et plus homogènes, avec moins d'artefacts sur les bords de l'image.

Les appareils photo dont le prix s'élève à plusieurs milliers d'euros, comme les Leica Q et M ou le Sony RX1, ont été écartés de notre top 10.


10. Canon G9X II

Capteur 1" (1 pouce) de 20 Mpx. Zoom équivalent 28-84 mm ; f/2-4,9

C'est l'appareil photo le plus modeste de ce classement, mais ce n'est pas de la camelote. L'étendue de son zoom est plutôt faible par rapport à ses concurrents, mais elle est satisfaisante dans l'absolu et correspond à ce que l'on trouve couramment sur les réflex APS-C. Le grand-angle de 28 mm est peu spectaculaire mais facile à utiliser ; les 85 mm de la plus longue focale suffisent pour des portraits épaule. Dommage que ce zoom ne soit pas plus lumineux en fin de course.
Il n'y a pas beaucoup de contrôles sur le boitier, ce qui s'explique sans doute par les dimensions réduites de ce modèle. Il dispose d'une molette de sélection de mode PASM (auto, priorité ouverture, priorité vitesse, manuel) et de mode prédéfinis, et c'est à peu près tout.

Par rapport aux appareils les plus performants, il est nettement en retrait en ce qui concerne la vitesse d'obturation (seulement 1/2000e), ce qui réduit en théorie la possibilité d'utiliser les grandes ouvertures, mais en pratique cela n'est pas un problème compte-tenu de sa faible luminosité en mode téléobjectif.
C'est un compact peu onéreux pour découvrir les bases de la photo avant de passer à quelque chose de plus costaud. On peut apprendre à maîtriser les différents modes, tester les focales standard et s'initier au traitement des fichiers RAW.



9. Canon G7X II

Capteur 1" 20 Mpx. Zoom équivalent 24-100 mm ; f/1,8-2,8

Pourvu d'une stabilisation optique, d'un écran orientable, d'un filtre neutre (permet de filmer avec une faible profondeur de champs et de donner un aspect "reflex" à ses enregistrements), c'est un bon appareil photo pour la vidéo, sauf si l'on veut enregistrer en 4K.

Côté photo, il se distingue par un zoom un peu plus long que les 74 mm des zooms 24x36 classiques, qui lui permettra de prendre des portraits plus serrés que le G9X. Il est plus lumineux, mais connait les mêmes limitations que celui-ci en ce qui concerne la vitesse d'obturation, compensées en partie par le filtre ND.

On remarque une astuce absente des autres compacts experts : La molette de sélection de programme surmonte la molette de l'exposition, ce qui permet de gagner de la place. Dommage que Canon n'en ait pas profité pour ajouter une molette de réglage de la sensibilité ou de l'autofocus.



8. Lumix LX 15 de Panasonic

Capteur 1" 20 Mpx. Zoom équivalent 24-72 mm ; f/1,4-2,8. Vidéo 4K

Les points fort du Lumix L15 sont la luminosité de son zoom Leica, la stabilisation hybride, l'écran inclinable et la possibilité de filmer en 4K. La qualité des photos est excellente et se rapproche de celle du RX100 V de Sony, à part un petit défaut de colorimétrie en lumière artificielle.
C'est un concurrent sérieux pour le Canon G7X II, qui n'a pas la 4K, mais un zoom plus long. La vitesse d'obturation mécanique passe à 1/4000e (la vitesse maximale) et atteint 1/16000e pour l'obturateur électronique (dont sont dépourvus les GX de Canon)

Les contrôles sur le boitier se limitent à deux molettes. Une pour les modes de prise de vue, l'autre pour faire varier la vitesse. En mode A ou M, on peut sélectionner l'ouverture grâce à la bague de l'objectif. C'est très vintage et plutôt sympathique.



7. Canon G5X

Capteur 1" 20 Mpx. Objectif équivalent 24-100 mm ; f/1.8-2.8

On monte en gamme par rapport aux G7X II. Même capteur stabilisé, même objectif 100 mm, mais pas le même boitier. Le G5X ressemble plus à un hybride ou un réflex qu'à un compact, avec ses deux molettes PASM et exposition réparties symétriquement autour d'un viseur relativement proéminent et surmonté d'une griffe.
Même impression sur la face arrière où l'on retrouve l'écran pivotant et les contrôles des réflex grand public. Le viseur électronique est bien utile, non seulement en cas de forte luminosité, mais aussi parce qu'il permet de tenir l'appareil contre son visage et de le stabiliser.

L'obturateur ne décolle pas du 1/2000e mais la présence d'un filtre ND compense en partie cette limitation comme sur le G7X. Le Canon G5X n'est pas le plus rapide de la sélection ni le plus sensible et il ne sait pas filmer en 4 K, mais il a quelque chose de robuste et de rassurant, malgré son faible poids (377 g), qui donne envie de l'emporter dans ses bagages et de laisser son reflex à la maison.




6. Lumix TZ 100

Capteur 1" 20 Mpx. Zoom équivalent 25-250 mm ; f/2,8-5,9

On se demande bien comment les ingénieurs de Panasonic ont réussi à caser un zoom x10 dans un boitier de 350g doté d'un capteur 1", mais ils l'ont fait. Ce TZ (travelzoom) pensé pour le voyage est doté d'un grossissement modeste par rapport à des modèles plus anciens et à capteur plus petit comme le TZ80, mais il fournit des images de bien meilleure qualité.
Le piqué n'est pas aussi bon que sur les modèles équipés de zoom x3 ou x4, mais ce n'est pas ce qu'on lui demande. En règle générale on ne peut pas avoir un zoom puissant et une image homogène à toutes les focales. L'obturateur mécanique de 1/2000e est secondé par une obturation électronique à 1/16 000e.

Le boitier ressemble à celui du LX15 mais est doté en prime d'un viseur électronique sur le côté gauche. Il ne dégage pas la même impression de robustesse que celui du G5X.

Pourquoi choisir ce Lumix pour un voyage plutôt que les modèles précédents? Tout dépend de ce que l'on souhaite photographier. Le Lumix TZ100 sera bien pratique pour immortaliser un flamand rose ou un hippopotame lors d'un safari, mais dans les autre cas il vaut mieux un zoom plus réduit ou une focale fixe.



5. Sony RX100 V

Capteur 1" 20 Mpx. Zoom équivalent 24-70 ; f/1,8-2,8. Vidéo 4K.

Ce compact, qui est la dernière déclinaison du RX 100 concentre en seulement 300 g toutes les avancées technologiques de Sony associées à un zoom Carl Zeiss très lumineux et homogène. Il mérite son titre d'expert.
Obturateur électronique au 1/32 000e, autofocus 350 collimateur à détection de phase, rafales de 24 images par seconde... il sera capable de photographier des objets en mouvement à n'importe quelle ouverture. Il ne sait pas faire que des photos de sport : il gère remarquablement bien la montée en ISO et sera pourra prendre des photos d'intérieur sans flash.

Avec son viseur hybride escamotable, qui peut générer des informations en surimpression de la visée optique, son écran orientable et la vidéo 4K, il plaira tant aux photographes qu'aux vidéastes. Ces derniers apprécieront également la stabilisation optique 5 axes et le filtre neutre incorporé.

Il n'est pas donné mais c'est le compact zoom le plus rapide de cette sélection.


Achetez ces appareils sur EBAY >


4. Fujifilm X70

Capteur APS-C X-Trans 16,3 Mpx. Focale fixe équivalent 28 mm ; f/2.

C'est le premier appareil photo de notre top 10 équipé d'une focale fixe. Son capteur APS-C est plus grand que le 1 pouce des modèles précédents.
Les capteurs X-Trans de Fuji n'utilisent pas la matrice de Bayer (les filtres rouges, verts et bleus utilisés habituellement) mais une matrice propriétaire qui ne nécessite pas de filtres passe-bas (utilisé pour lutter contre les effets de moiré). En théorie, les images sont plus nettes et sans artefact coloré. En pratique elles sont un poil moins nette mais totalement dépourvues d'artefacts et égalent les capteurs Foveon sur ce point (voir le Sigma Quattro ci-dessous).

Le couplage avec une focale fixe de 18 m (équivalent 28 mm) assure une bonne compacité et une qualité d'image irréprochable. Ce n'est pas un appareil à tout faire, car comme nos smartphones il est équipé d'un grand angle infiniment plus adapté aux photos de groupe qu'aux portraits. L'obturateur électronique atteint les 1/32 000e.

Le boîtier est plutôt léger (340 g) et sobre. Il est doté d'une petite molette en face avant pour sélectionner plus rapidement les modes de mise au point. Il n'y a pas de molette PASM à proprement parler, mais une molette qui permet de régler la vitesse. Le choix du mode est un peu compliqué puisqu'il fait intervenir la bague de l'objectif. Une deuxième molette donne accès aux réglages d'exposition.
L'écran est tactile et inclinable à 180°pour les selfies ! Il serait parfait s'il disposait d'un viseur, comme son grand frère le X100F. Il n'est pas stabilisé optiquement, mais avec un 28 mm ce n'est pas indispensable. Découvrez notre présentation en vidéo du Fuji X70.




3. Ricoh GR II

Capteur APS- C 16 Mpx. Focale fixe équivalent 28 mm ; f /2,8.

C'est un concurrent direct du Fuji X70. Le capteur Sony est dépourvu de filtre passe-bas et génère des images extrêmement nettes, plus nette que celle du X70 mais avec un effet de moirés dans certaines conditions. Petit défaut : il tire vers le magenta et il faudra modifier son profil couleur.
Le boitier est très (trop ?) sobre mais les commandes sont bien pensées. On retrouve une molette de sélection de mode (dont un mode ISO auto) sur le dessus et une molette universelle à l'avant, sous l'index. A l'arrière, le réglage des ISO, du mode autofocus et de l'exposition sont accessibles facilement par trois commandes séparées.

Pas d'obturateur électronique (limité donc à 1/4000e) mais un filtre ND. Cela sera sans doute corrigé sur la prochaine version. L'autofocus possède 9 collimateurs contre 77 pour le Fuji X70, qui est plus récent et plus à la pointe de la technologie.

Le Ricoh est plus long, mais plus mince que le Fuji, et sera plus facile à glisser dans une poche et rapide à mettre en route : pas de capuchon à enlever sur l'objectif, il est pourvu d'un volet automatique. Il est moins avancé technologiquement que le X70, mais simple d'utilisation et produit de très bons fichiers RAW. Si vous ne prenez que des JPEGs, choisissez plutôt le Fuji.



2. Sigma Quattro Dp 2

Capteur APS-C Foveon 29 Mpx. Focale fixe équivalent 45 mm ; f2/8.

Le capteur Foveon qui équipe la gamme Quattro est une exclusivité de Sigma. Les photons traversent différentes couches au lieu d'avoir à choisir entre les pixels bleus, verts ou rouge des matrices capteurs classiques. Cela donne des photos incroyablement détaillées et naturelles, qui surpassent toutes celles des autres compacts experts de cette sélection. Cependant il y a quelques bémols.

Petit bémol : il ne sait pas faire de vidéos.
Gros bémol : le capteur est peu efficace en basse lumière, il faudra éviter de dépasser les 200 ISO...
Autre bémol : la lenteur, car les fichiers générés sont énormes. Comme les photos seront prises généralement en plein jour cela réglera le problème du flou de bougé lié à l'inflation de pixels.

Cela fait beaucoup de bémols, mais les Quattro ont ce petit quelque chose que les autres n'ont pas.

Il existe trois autres modèles dans cette gamme : le Dp 0 équivalent 21 mm, le Dp 1 équivalent 28 mm et le Dp3 équivalent 75 mm. C'est le Dp2 et sa focale de 30 mm (équivalent 45 mm) qui a été retenu pour cette sélection.

La focale du Dp2 est très proche de celle de l'œil humain (43 mm) ; elle s'adaptera à de très nombreuses situation : paysage, photo de rue, portrait pas trop serré. C'est avec les 50 mm peu onéreux des appareils 24x36 argentiques que beaucoup de photographes ont débuté.

S'il avait été plus polyvalent, il aurait pu obtenir la première place. Avec de bonnes conditions d'exposition, les Sigma surpassent des appareils cinq fois plus chers...




1. Fujifilm X100F

Capteur APS-C X-Trans 24 Mpx. Focale fixe équivalent 35 mm ; f/2.

Le X100F est une évolution du X100T, on peut le considérer comme le grand-frère du Fuji X70. Plus massif, il dispose d'un objectif lumineux et d'une focale de 35 mm au lieu de 28 mm. Si l'on souhaite utiliser d'autres focales, Il est possible de les simuler numériquement ou d'ajouter des convertisseurs optiques.

Il bénéficie d'un processeur et d'un capteur 24 Mpx X-Trans III de dernière génération et d'un autofocus à détection de phase. Le viseur hybride a été amélioré depuis le X100T, puisqu'il est désormais capable d'afficher un zoom sur la zone de mise au point en surimpression.

Côté vidéo on note la présence d'un filtre ND, mais toujours pas la possibilité d'enregistrer des vidéos en 4K, ce qui ne devrait pas trop contrarier le public de photographes -et non de vidéastes - visé par Fuji. Pour avoir la stabilisation optique, dont on peut se passer avec cette focale, il faudra passer à la gamme des hybrides.

L'ergonomie est proche de celle du X70. Outre les nombreuses touches de fonctions, la bague et les trois molettes déjà mentionnée, on peut utiliser une molette supplémentaire dont le rôle varie en fonction du programme. Cela nécessite un apprentissage mais offre de nombreuses possibilités de réglage depuis le boitier.

Malgré les améliorations notables apportées par Fuji au niveau du capteur, de l'autofocus et de l'ergonomie, on pourra le juger un peu trop cher et préférer le X100T, toujours d'actualité.

Modifié le 26/09/2017 à 17h09
Commentaires