Quel bracelet connecté choisir ? Notre sélection 2017

Si la pratique régulière d'un sport figure dans la liste de vos bonnes résolutions, il va peut-être falloir envisager de vous faire aider... par un bracelet connecté, un tracker - ou capteur - d'activité, un coach électronique, etc. Peu importe le nom pourvu que l'on progresse. Nous vous proposons une sélection de nos quatre bracelets connectés préférés : Xiaomi Mi Band 2, Nokia Activité Steel HR, Samsung Gear Fit 2 et Fitbit Charge 2.

Tout le monde connait l'adage « un esprit sain dans un corps sain » mais plus rares sont ceux qui ont déjà entendu celui-ci : « un corps sain avec un tracker qui va bien ». C'est normal... Et pourtant un tracker ou « capteur de suivi d'activité » permet de mettre des chiffres sur ses actions du quotidien. Une quantification de soi qui sert à comprendre et peut même devenir source de motivation, pour bouger plus, intensifier ses séances de sport ou mieux dormir.

La base du dispositif de suivi d'activité wearable (à porter sur soi), c'est un bracelet intégrant des capteurs, a minima un accéléromètre. C'est le même composant qu'on retrouve également dans les smartphones, et dont la vocation est de détecter tous les mouvements subis par l'appareil hôte, sur trois axes. La différence entre le bon et le mauvais produit viendra essentiellement de la qualité de l'interprétation des données : savoir trier le bon grain de l'ivraie, éviter les faux pas, déceler les vrais.

Le bracelet est dit connecté parce qu'il communique en Bluetooth avec un smartphone. Il transmet ses données à une application qui les exploite et les met en forme. D'expérience, on peut vous dire que l'application apparaît au moins aussi importante que le bracelet lui-même. Les modèles les plus évolués adoptent également un capteur de fréquence cardiaque, un altimètre et un GPS.

Logo bracelets connecte


Les bracelets mesurent autant l'activité que l'inactivité


Mais encore ? Certains ont des écrans, même sommaires, d'autres non. La plupart intègrent un vibreur, moyen de « communication » efficace pour alerter le porteur dans le feu de l'action ou pour le réveiller. Car le suivi ne s'arrête pas aux heures de jour : la majorité des bracelets connectés effectuent aussi des analyses du sommeil, avec souvent une fonction de réveil silencieux, par vibration. Ceux-ci mesurent autant l'activité que l'inactivité, 24h/24.

Podomètre, estimations qui en découlent (calories brûlées, distance parcourue), mesure du rythme cardiaque, analyse du sommeil, et enfin parfois relais des notifications du smartphone, ces bracelets viennent peu à peu marcher sur les plates-bandes des montres connectées, orientées sport ou non. Certains trackers d'activité en prennent d'ailleurs l'apparence, comme la Nokia Activité Steel HR ou les modèles Fossil, ou se situent à la frontière, telle la Polar A300, devenue excellente comme « suiveur de conditions physiques » à force de mises à jour (notifications, application, etc.).

Outre la forme, le fil qui sépare les deux mondes - capteurs d'activité et montres connectées - tient surtout à une question d'attitude : avec un tracker, on est davantage passif. On ne cherche pas l'interaction, il assure le suivi en tâche de fond et de manière automatique. Et il se fait oublier si possible. Place à la sélection :
Modifié le 14/09/2017 à 17h22
Commentaires