Espace membre :
flechePublicité

227 messages
Filtrer ok
catseye a écrit:
Y a pas de notion de fonctionnel, mais ca veut simplement dire qu'on peut sortir des versions plus tot qu'avant,

"Fonctionel", je voulais juste dire: sortir vite quelque chose qui fonctionne, qui marche, peu importe si toutes les fonctionnalités ne sont pas là. On parle bien de la même chose, mais on ne se comprend pas.


catseye a écrit:
de plus sur mon ocotocore 6Go de RAM une VM XP tu te rends meme pas compte qu'elle est la ...

aaahhh... ben oui mais bon, là tu ne joue pas dans la même catégorie.

catseye a écrit:
du simple fait que les membres de l'equipe de dev doivent se rencontrer tous les jours par exemple

J'ai vu des projets où les dev se rencontrent tous les jours, et le produit ne sort qu'au bout de plusieurs mois. Ce n'est pas une garantie.
Curieusement, j'ai bien plus souvent vu de projets opensource sortir de cette manière que de projets "traditionnels".
Je ne suis pas convaincu que le monde propriétaire soit plus adepte de la méthode.

catseye a écrit:
se rencontrer tous les jours par exemple, ce qui dans le libre et au niveau des developpements completement ouverts est un peu chaud a faire ...

Pas faux.
Mais les projets opensource n'ont généralement pas des contraintes de dates de sortie ou de marketing comme les softs proprios.
Ce n'est donc pas un en soit un point bloquant.
 
 
Rhôôô... Ce qu'il y a de bien dans les annonces Microsoft, c'est que ça ne s'adresse qu'à leur publique et à leurs fans...

LaTeamClubic a écrit:
Microsoft explique par ailleurs que contrairement à la fondation Mozilla ou GNOME, CodePlex souhaite gérer un plus large éventail de projets tout en prenant en compte les dépôts de licences et les besoins de propriété intellectuelle des éditeurs commerciaux. Microsoft ajoute : ' en ce sens nous souhaitons que la fondation CodePlex soit un complément et non pas un concurrent des autres fondations open source '.

Mouaip, sauf que les autres fondations et forges opensource gèrent très bien cette pluralité de licences... C'est donc bien un projet concurent.

Ces derniers temps Microsoft tente de redorer son image et médiatise ses contributions auprès de la communauté. [...] Plus récemment, quelques heures avant l'Open Source Convention, la société a également mis à disposition en licence GPL v2 le code de certains de ses pilotes dédiés à la prise en charge réseau Ethernet ainsi qu'aux interfaces de stockage IDE et SCSI.

Heu... Oui, ils ont bien médiatisé qu'ils "donnaient ces lignes de code à la communauté", mais ont beaucoup moins crié sur les toits que c'était une conséquence légale de leurs lignes mais surtout parceque ça s'était vu... Très bel exemple en effet.

Mercredi dernier, Jim Zemlin, le directeur de la fondation Linux, s'est exprimé au sujet du rachat des brevets et a publié un billet sur son blog officiel. Il affiche une position clairement hostile à la société de Redmond et déclare qu'' il est temps que Microsoft cesse d'attaquer secrètement Linux tout en clamant publiquement vouloir une interopérabilité '. La fondation CodePlex saura-t-elle convaincre les plus fervents défenseurs du libre ?

Mis à part que je ne comprends pas ce que viens faire ce paragraphe dans cet article, ça n'a aucun rapport. Surtout que CodePlex n'a clairement aucune implication dans Linux, car il n'est destiné à n'héberger que des projets destiné à la plate forme Windows : il manque la LGPLv3 (la plus adaptée à une industrialisation du code OpenSource en plus... beau paradoxe) et CodePlex n'est techniquement destiné qu'à l'hébergement de projets .Net (et c'est démontré par leur tag cloud...).

Bref la seule chose en rapport dans la citation de Jim Zemlin, c'est que Microsoft sait très bien utiliser des mots marketing pour se donner une image d'ouverture et d'interopérabilité dans une action clairement destinée à une fermeture et justement un manque total d'interopérabilité.
 
 
"laurent T73 a écrit:
Pas assez cher ! Le gratuit fait peur et est souvent assimilé au truc du pauvre. Comment se la péter avec un copain su tu lui montre ton PC avec Gimp pour recadrer tes photos alors que lui c'est payé () Photoshop avec son argent de poche de 30€ par mois.

D'un autre coté le gratuit fait certainement peur aux développeurs qui voient arriver un nouveau mode économique dans lequel ils ont du mal à se projeter. Perso je crois que domaine economique dans le libre est viable.
Encore un qui croit que le gratuit et le libre ne font qu'un ...
J'avais bien ciblé la personne ... Finalement encore un qui parle dans le vent !
Edité le 14/09/2009 à 14:54
 
 
sebsauvage a écrit:
Pas viable, tu as raison.
Ça doit être pour ça que IBM, Oracle, Novell, RedHat, Sun, Intel, SGI, Nokia, Fujistu, HP, Google, AMD investissent dans Linux par exemple. Ces boîtes doivent aimer gaspiller de l'argent dans des trucs pas viable, depuis autant d'années.
(Tiens c'est marrant, j'ai l'impression de me répéter.)
Comme dit Franck, c'est bien beau de nier, encore faudrait-il des arguments.
J'en apporte depuis le début, mais tu y es sourd. Peu importe.
comme tu le cites, ça me permettra de vous répondre à tous les 2 en meme temps :
vous confondez un peu tout les gars, si le business model c'est de fourguer du support j'appelle pas ça un business model viable dans le sens ou la vente de support et de services est un autre domaine économique que la vente de logiciel, or dans les mondes MS et Apple, ce sont 2 sources de revenus différentes, dans le monde Linux, il n'y a plus qu'un seul potentiel de revenus... moyen quand meme...

En plus venir me targuer que RE est un exemple de réussite alors que de simples éditeurs de sécurité (MacAffee, Symantec...) font bien plus de CA et de marges que RE, ça laisse perplexe quand meme, et pourtant les pdm de Linux sur les servers sont loin d'etre anecdotiques, merci donc le nivellement par le bas des sources de revenus et des profits...
Profits qui, s'ils sont insuffisants, ne risquent pas de financer de la recherche de haut niveau hein, et pourtant cette industrie du logiciel en est ultra dépendantes, à l'instar de la pharmaceutique par exemple, ou les enjeux et les problèmes soulevés sur l"humain sont à peu près les memes que sur le logiciel, mais en plus graves pourtant

Après les IBM, Oracle, Novell, RedHat, Sun, Intel, SGI, Nokia, Fujistu, HP, Google, AMD ... comme tu dis investissent dans le libre, ok, mais pour la plupart du temps reprendrent à leur compte les résultats, meme si c'est pas toujours le cas...
Et quand à l'argument du "s'ils le font, c'est que ça rapporte", ça me fait doucement rigoler, si c'était vrai et systématique ça se saurait, car toutes les boites qui ont basées toute leur stratégies sur le libre ont plus ou moins disparues ou sont mal en point, à quelques exceptions prets, et des gens qui ont des models économiques foireux mais qui continuent pour autant à s'enteter, il y en a un paquet, rien que les exemples de Youtube, Facebook et autres Deezer sont criants...

Tout ça pris en compte, pas mal de vos arguments sont biaisés au final !
Et enfin pour répondre notamment à Franck, je ne déteste pas le libre non, je remet simplement en place les activistes de tout poil et les discours du style "tout ce qui n'est pas libre c de la daube", que le libre fasse seulement la preuve d'un modèle économique viable et il ne me dérangera plus, de meme sur le web ou le tout gratuit a clairement montré ses limites et ses dérives aussi !
Au final, les idéologies c'est bien beau mais ça fait pas forcément bien bouffé un maximum de monde, et ça crée des mentalités néfastes pour l'économie et la société...

Ensuite je critiqe aussi d'autant plus le libre dans la mesure ou il est souvent présenté comme le saint graal, ce à quoi j'apporte un démenti, et parce que son interet principal est l'intéropérabilité, sauf que pour moi en l'état actuel des choses, le libre amène potentiellement des problèmes plus graves que celui de l'intéropérabilité, qui de plus est un problème qui est plus une affaire de prises de conscience responsable entre éditeurs et de marché, et qui est tout à fait solvable avec des solutions proprios, la plupart des autres industries l'ont démontrées maintes et maintes fois par le passé et les évolutions de mentalités commencent à se faire sentir dans l'Info aussi...

Enfin pour finir l'avenir pose pas mal de problèmes et de questions sur le fonctionnement et la refonte nécessaire de l'économie, pour survivre à certains changements du à des problématiques de ressources des matières premieres, d'écologie, et d'un accroissement énorme des masses de populations à faire bosser..
Or tout indique qu'il faudra se diriger vers une économie monneyant au maximum l'intelligence, le savoir-faire, et le service, et donc favoriser au maximum la propriété intellectuelle au détriment de la propriété matérielle !
Le libre dans sa forme actuelle est pourtant totalement antinomique avec cette réalité car par essence il combat la propriété intellectuelle qui ne peut donc plus etre monneyable, pour ne laisser la place qu'au savoir-faire (support) et au service, ce qui enleve 1/3 des sources potentielles de revenus qui ne peuvent pas etre totalement compensées par un accroissement des prix sur les 2 autres sources, d'ou problemes, questionnements, remises en questions, tout ça...

Faut aussi voir les choses en prenant de la hauteur et sur un global économique avant de venir prophétiser/évangéliser à tout bout de champ ici et ailleurs que le libre c'est que du bonheur pour tout et nimporte quoi, de meme sortir du "à bas le libre" n'a aucun sens...
Comme pour tout, l'usage avec modération du libre me semble la plus sage des solutions plutot que le totalitarisme et le dénigrement systématique de tout ce qui est proprio
Edité le 14/09/2009 à 17:20
 
 
Light74 a écrit:
Comme pour tout, l'usage avec modération du libre me semble la plus sage des solutions plutot que le totalitarisme et le dénigrement systématique de tout ce qui est proprio

Je ne dénigre pas systématiquement le proprio: Je bosse majoritairement dans un environnement proprio

Et il ne faut pas non plus nier que le logiciel libre peut fonctionner ^ ^)

Je ne considère pas que le logiciel libre soit un nivellement par le bas. D'ailleurs ça n'empêche même pas de vendre des licences (Nessus le fait, par exemple). C'est juste que la manière de faire de l'argent est différente.

Les modèles économiques ne sont pas toujours faciles à trouver, et ils doivent bien souvent être adaptés au cas par cas pour chaque projet, mais ça peut marcher.
(Fondations pour Apache, Blender ou Mozilla Firefox ; Sponsoring pour SQLite ; Développeurs de CUPS payés par Apple lui permettant d'avoir 2 versions (une GPL, l'autre customisée pour MacOSX) ; Licenses commerciales pour Nessus (mises à jour payante des règles mais logiciel gratuit en GPL) ; Double license mySQL ; Samba qui marche sur des donations...)

Les solutions sont parfois surprenantes. C'est une mise en économie qui se cherche, mais certaines semblent tenir.
Je pense que certaines sont viables à terme, et pas forcément "inférieures".

Mais j'ai toujours du mal à comprendre comment le logiciel libre peut mettre l'économie en danger.
En période de crise, il est intéressant de baisser les coûts, que ce soit pour les entreprises, administrations ou particuliers. Et justement le logiciel libre le permet souvent.
Si les entreprises parviennent à produire autant en dépensant moins, c'est pas mieux ?
Si les entreprises dépensent en SSLL locales (Sociétés de service en logiciel libre), au lieu de payer des licences à Redmond (par exemple), c'est pas mieux pour l'économie locale ?
Edité le 14/09/2009 à 22:02
 
 
sebsauvage a écrit:
Les solutions sont parfois surprenantes. C'est une mise en économie qui se cherche, mais certaines semblent tenir.
Je pense que certaines sont viables à terme, et pas forcément "inférieures".
mais je demande qu'à le croire, et effectivement on sent qu'il y a des réflexions sur le sujet, car c'est un fait que certains racontent nimporte quoi mais que d'autres se brainstorm sur les vrais sujets qui fachent comme on dit ...
Il n'empeche que je ne peux qu'aller dans ton sens pour ce qui est de dire que pour l'instant c'est pas encore super au point et un peu "jeune" comme réflexion, mais effectivement je pense qu'il ya de l'espoir
sebsauvage a écrit:
Mais j'ai toujours du mal à comprendre comment le logiciel libre peut mettre l'économie en danger.
En période de crise, il est intéressant de baisser les coûts, que ce soit pour les entreprises, administrations ou particuliers. Et justement le logiciel libre le permet souvent.
Si les entreprises parviennent à produire autant en dépensant moins, c'est pas mieux ?
Si les entreprises dépensent en SSLL locales (Sociétés de service en logiciel libre), au lieu de payer des experts de chez Redmond (par exemple), c'est pas mieux pour l'économie locale ?
ben tout dépend du point de vue, pour les payeurs et la société en général qui n'aime pas spécialement l'informatique et n'y sont pas parti pris, mais qui considère l'info comme juste un outil lambda, je comprend bien que moins il raquent mieux ils se portent, et qu'après derrière comment le secteur rame pour vivre avec les revenus générés, c'est pas leur problème...
Mais moi je suis un informaticien, et ce qui m'interesse c'est que ce secteur brasse le plus de pognon possible, il en va de l'inovation et de la recherche, il en va de notre employabilité, de nos conditions de travail (stress, productivité, horaires, droit à l'erreur, etc...), de notre potentiel de formation continuelle, de nos salaires (+ avantages, primes, congés...), de la diversité technologique, qui génére la concurrence et l'émulation, et ainsi de suite...
sebsauvage a écrit:
Si les entreprises dépensent en SSLL locales (Sociétés de service en logiciel libre), au lieu de payer des licences à Redmond (par exemple), c'est pas mieux pour l'économie locale ?
ce qui est mieux pour le local, c'est de payer des licences à Redmond qui en relache un monstre paquet au local sous diverses formes (surtout qu'en France de ce coté là ils ne nous oublient pas chez Redmond, je dirai pas forcément la meme chose en Litunanie ), ET de payer en plus à des SSII locales car le système MS fait en sorte de favoriser cela, il y a qu'à voir les centaines de milliards qui sont brassés partout dans le monde par des boites qui font du service et du support sur les systèmes de MS pour s'en convaincre

Et de toute façon je pars d'un constat simple : à partir du moment ou une solution moins chere remplace une solution plus chere, tout le pognon perdu au passage ne circule plus dans l'industrie informatique, ce qui est forcément un manque à un moment ou à un autre, à moins que certains croient par exemple que les 15 M$/an de bénéf de MS servent intégralement à payer le yacht de Billou

Moi je veux bien le partage du savoir, le free lunch, l'accessibilité universelle, tout ça, tout ça, mais que les activistes du libre aillent d'abord casser les noix à toutes les industries anciennes qui ont eu le largement le temps de se déveloper et de brasser des milliards depuis la 2ème guerre, les télécoms, les médias, la pharmaceutique, les pétrolières, et j'en passe, ça fera surement plus de bien à l'humanité que de filer gratos des suites bureautiques, des navigateurs et des OS réellement viables, alors que ce sont les 3 produits majeurs et absolument incontournables, il ya un moment faut arreter de juste délirer...

Une fois que l'IT sera devenu un des secteurs majeurs et moteurs de l'économie moderne, et que le libre aura trouvé de vrais business models totalement viables, là ouai on en recausera...
Edité le 14/09/2009 à 22:48
 
 
sebsauvage a écrit:
Mais j'ai toujours du mal à comprendre comment le logiciel libre peut mettre l'économie en danger.
En période de crise, il est intéressant de baisser les coûts, que ce soit pour les entreprises, administrations ou particuliers. Et justement le logiciel libre le permet souvent.
Si les entreprises parviennent à produire autant en dépensant moins, c'est pas mieux ?
Si les entreprises dépensent en SSLL locales (Sociétés de service en logiciel libre), au lieu de payer des licences à Redmond (par exemple), c'est pas mieux pour l'économie locale ?

Voit ça dans l'autre sens, parce que là tu te situes pas du côté de ceux qui y perdent ...
Le libre c'est aussi le risque de passer par les développeurs indiens et chinois payés 100$/mois, parce qu'après tout, t'as le source maintenant donc tout devient plus facile ... c'est un risque extrême, mais déjà même au niveau du proprio on est contacté régulièrement pour migrer nos équipes de développement là bas, parce que c'est beaucoup beaucoup moins cher, alors dans le libre, lol c'est encore plus simple ...
Là où on risque rien en proprio vs libre c'est que nos compétences restent là où on veut qu'elles soient et on travaille dans l'environnement qu'on a choisi et de la façon dont on l'a décidé, chose impossible à maitriser dans le libre, et on le voit bien dans nos parties opensource, qui deviennent rapidement anarchiques parce que n'importe qui passe dessus pour faire sa bricole, et on ne peut rien y faire, on ne contrôle que le cadre général et le SDK, le reste est opensource et le client en fait ce qu'il veut (jusqu'à ce que ça lui pète à la gueule).

Donc pourquoi passer par une SSLL locale alors que tu peux lui mettre le monde entier en concurrence et tirer les prix vers le bas de façon outrageante ?
Edité le 14/09/2009 à 22:26
 
 
c'est UNE des dérives que j'évoquais précédemment, merci Cats
et celle-là est particulièrement dangereuse pour nous occidentaux, du moins tant que la mondialisation n'aura pas fini son cycle, c-a-d tant que le monde entier n'aura pas les memes niveaux de vie, ce qui peu prendre des dizaines d'années encore...
tant qu'on y est on a qu'à donner tout notre savoir technologique dans toutes les industries aux chinois et aux indiens, on aura pas fini de voir s'allonger les files d'attentes à l'ANPE et les contrats en cdd aux smics.
Ca me fera toujours marrer les gens qui crient aux diables en parlant du monde proprio et des brevets technologiques alors que dans le meme temps ils seraient capables de sortir le fusil si des manouches venaient s'installer dans leur jardin...
Mais bon les habitudes à la con et les réflexes d'un autre age comme cela du genre "si c'est pas un truc physique ça peut etre gratuit et partagé par tous", va bien falloir que ça s'arrete quand il faudra faire de la regression économique sur les biens matériels et à contrario faire valoir le savoir et le service...
Edité le 14/09/2009 à 23:09
 
 
catseye a écrit:
Le libre c'est aussi le risque de passer par les développeurs indiens et chinois payés 100$/mois

Hein ?
Mais tu as conscience que le monde du proprio fait massivement appel à des indiens et chinois ?

Quant à miner les conditions de travail, je ne vois pas encore de boite proprios qui utilise le fric gagné pour améliorer les conditions de l'IT, mais plutôt satisfaire les actionnaires et faire traiter un max de l'IT en Chine et en Inde, justement.


parce que n'importe qui passe dessus pour faire sa bricole, et on ne peut rien y faire,

Là c'est une mauvaise gestion du projet. Ce n'est pas de l'opensource, c'est le bordel.
La majorité des projets opensource ne laissent pas comiter n'importe qui.


Donc pourquoi passer par une SSLL locale alors que tu peux lui mettre le monde entier en concurrence et tirer les prix vers le bas de façon outrageante ?

Donc en faire profiter le chinois et les indiens ? C'est pourtant ce que tu reprochais au libre...


tant qu'on y est on a qu'à donner tout notre savoir technologique dans toutes les industries aux chinois et aux indiens

Je vous la refais: Je bosse actuellement dans une GROSSE boite qui fabrique du matériel réseau et téléphonique propriétaire (genre: tu peux pas brancher ton téléphone sur un serveur téléphonique d'une autre marque.)

Ils sont en train de virer toute la R&D (la production est déjà partie) et nous avons instruction pour faire faire un maximum de choses aux chinois et au indiens (on en a plein nos locaux, ainsi que les locaux à Shangaî et autres).
But clairement annoncé: virer un maximum d'IT locale, la française, y compris (et surtout) tous les prestataires.

Vous pouvez me dire en quoi le monde propriétaire "protège" les gentils travailleurs IT ?
C'est une vision bisounours du métier.

Ce n'est pas le méchant libre qui va vous piquer votre métier, c'est l'actionnariat. Vous vous trompez de cible, vous avez trop le nez dans l'IT.

La dérive se fera, logiciel libre ou pas, car cela n'a aucun rapport.


"si c'est pas un truc physique ça peut etre gratuit et partagé par tous", va bien falloir que ça s'arrete

C'est pas parti pour s'arrêter.
Le logiciel est gratuit, mais est-ce que ça suffit à une entreprise ?
Dans 95% des cas, non. Parce qu'on a besoin de gens compétents sur ces technologie, de développement spécifiques, de support... bref il y a déjà largement de quoi faire. Les entreprises ont toujours eu besoin de beaucoup plus de choses qu'une simple licence.

D'ailleurs à l'heure actuelle la majorité des boites d'informatique ne gagnent pas leur vie sur les licences, mais sur la maintenance et le support.
(Il suffit de voir les prix ahurissant du support de n'importe quelle boite, Microsoft par exemple. Et certaines grosses boites opensource (RedHat) se sucrent bien aussi.)


En tous cas pas de doute, le logiciel libre fait peur.
Edité le 15/09/2009 à 01:08
 
 
sebsauvage a écrit:
Je ne considère pas que le logiciel libre soit un nivellement par le bas. D'ailleurs ça n'empêche même pas de vendre des licences (Nessus le fait, par exemple). C'est juste que la manière de faire de l'argent est différente.

Lol, surtout que le secteur informatique n'a jamais été aussi dynamique que depuis la démocratisation de certaines applications libres...

Mais j'ai toujours du mal à comprendre comment le logiciel libre peut mettre l'économie en danger.
En période de crise, il est intéressant de baisser les coûts, que ce soit pour les entreprises, administrations ou particuliers. Et justement le logiciel libre le permet souvent.
Si les entreprises parviennent à produire autant en dépensant moins, c'est pas mieux ?

Oui enfin vu qui tu cite... Le logiciel libre met en danger l'économie actuelle de la plupart des logiciels propriétaires puisque ceux-ci reposent sur la dépendance du client vis à vis de leur produit. Cette dépendance leur permet de facturer en permanence et de s'assurer des marges très importantes. Le libre offre plusieurs avantages non négligeables parmi lesquels :

- tout d'abord une plus grande évolutivité. Un logiciel propriétaire ne fera évoluer une fonctionnalité que lorsqu'elle sera rentabilisée (point valable pour n'importe quelle industrie d'ailleurs) et n'en implantera une que si la rentabilité est avérée. Le logiciel libre en face n'a pas cette contrainte, ce qui lui assure une dynamique plus importante.

- Ensuite, un moindre cout d'évolution. Changer de version de logiciel propriétaire a un cout important. Pour justifier les versions suivantes, les logiciels propriétaires utilisent divers stratagèmes : corrections qui ne peuvent se matérialiser que sous forme d'une nouvelle version (Microsoft excelle là dedans), révolution de l'interface (là dedans aussi), perte de la rétrocompatibilité (tous)... Ceci fait que chaque changement de version se "justifie", se facture , et se facture sous forme de formations (anecdote : très drôle de voir débouler le formateur expert version n qui n'a pas été formé à la version n+1 ). Le logiciel libre n'a pas ces contraintes. Les nouvelles versions révolutionnent rarement les usages (et de ce fait les plate-formes) et si c'est le cas, les migrations sont toujours possible. De ce fait, le maintient d'un logiciel libre est bien moins couteux qu'un logiciel propriétaire.

- La simple question d'interopérabilité... Un éditeur n'a aucun intérêt à permettre la moindre interopérabilité sauf entre des différents logiciels car sinon il ne peut se garantir la dépendance vis à vis de ses produits. Le logiciel libre n'a pas ces contraintes. Au contraire, chaque logiciel se concentre dans une fonctionnalité. De ce fait, avec des solutions libres, il est possible de se construire une plate-forme fonctionnellement adaptée à son besoin. Le logiciel libre apporte donc une solution au besoin.

- Enfin, de tout ça découle la question de la concurrence. Avec le logiciel propriétaire, aucune mise en concurrence n'est possible à moins de remettre en question toute la plate-forme applicative. Le logiciel libre permet par contre une évolution de la plate-forme applicative avec une réelle maîtrise des coûts.

Le logiciel libre met en danger l'économie des éditeurs. C'est vrai, ainsi que beaucoup d'autres activités rattachées (demande à n'importe quelle boite quel coût de maintenance ils ont pour leurs systèmes Windows, quel coût ils ont pour leurs systèmes Linux). Par contre, le logiciel libre ne permet pas de "baisser les couts" mais de "maîtriser les couts" : solution adaptée au besoin, évolutive, concurrentielle.

Si les entreprises dépensent en SSLL locales (Sociétés de service en logiciel libre), au lieu de payer des licences à Redmond (par exemple), c'est pas mieux pour l'économie locale ?

Là c'est une autre question d'économie nationale, et alors peu importe que l'on parle de SSLL, SSII ou d'éditeur local. Évidemment que la balance est négative lorsqu'on utilise du Microsoft, Oracle, Sap... Évidemment que ça se solde par une perte sèche et un endettement au niveau national. Ceci n'a d'intérêt que si ces dépenses permettent des rentrées plus importantes de l'autre coté, et là c'est une question de mise en concurrence de produits.
 
 
sebsauvage a écrit:
catseye a écrit:
Le libre c'est aussi le risque de passer par les développeurs indiens et chinois payés 100$/mois

Hein ?
Mais tu as conscience que le monde du proprio fait massivement appel à des indiens et chinois ?

Quant à miner les conditions de travail, je ne vois pas encore de boite proprios qui utilise le fric gagné pour améliorer les conditions de l'IT, mais plutôt satisfaire les actionnaires et faire traiter un max de l'IT en Chine et en Inde, justement.

C'est complètement faux, et heureusement sinon plus rien ne marcherait ...
Les entreprises comme Microsoft, Adobe ou autre gros éditeurs n'utilisent pas de main d'oeuvre à rabais pour leurs technologies, ce serait suicidaire ... la créativité et la qualité nefait pasparti de la culture de ces pays au niveaulogiciel, de plsu leurs principaux client sont américains.

sebsauvage a écrit:

parce que n'importe qui passe dessus pour faire sa bricole, et on ne peut rien y faire,

Là c'est une mauvaise gestion du projet. Ce n'est pas de l'opensource, c'est le bordel.
La majorité des projets opensource ne laissent pas comiter n'importe qui.

On a absolument aucun contrôle ni même droit de regard là dessus, nous on subit les dégâts sur nos produits ... et on doit démontrer que c'est pas nous qui plantons mais bien eux... une perte de temps que tu n'imagines pas ...

sebsauvage a écrit:

Donc pourquoi passer par une SSLL locale alors que tu peux lui mettre le monde entier en concurrence et tirer les prix vers le bas de façon outrageante ?

Donc en faire profiter le chinois et les indiens ? C'est pourtant ce que tu reprochais au libre...

Parce que tu préfères que les chinois/indien proftent plutôt que toi ? Explique moi ???

sebsauvage a écrit:

tant qu'on y est on a qu'à donner tout notre savoir technologique dans toutes les industries aux chinois et aux indiens

Je vous la refais: Je bosse actuellement dans une GROSSE boite qui fabrique du matériel réseau et téléphonique propriétaire (genre: tu peux pas brancher ton téléphone sur un serveur téléphonique d'une autre marque.)

Ils sont en train de virer toute la R&D (la production est déjà partie) et nous avons instruction pour faire faire un maximum de choses aux chinois et au indiens (on en a plein nos locaux, ainsi que les locaux à Shangaî et autres).
But clairement annoncé: virer un maximum d'IT locale, la française, y compris (et surtout) tous les prestataires.

Vous pouvez me dire en quoi le monde propriétaire "protège" les gentils travailleurs IT ?
C'est une vision bisounours du métier.

En rien ta boite n'est pas éditrice de soft, mais conceptrice et fabricant de matos et soft associés, donc hors sujet ..
Je parle de boite qui ne font QUE du soft voire qu'UN SEUL produit.

sebsauvage a écrit:

Ce n'est pas le méchant libre qui va vous piquer votre métier, c'est l'actionnariat. Vous vous trompez de cible, vous avez trop le nez dans l'IT.

La dérive se fera, logiciel libre ou pas, car cela n'a aucun rapport.

L'actionarat n'a aucun rapport avec les boites de logiciels la plupart n'ont aucun actionaire, elles sont même pas publiques ...
Les actionnaires sont toutefois un moindre danger, sans les gens qui développent et qui créent ils n'ont plus rien ... je me suis jamais senti ni stressé ni menacé par ce système, puisque tout reste en contrôle à l'interne. Lorsqu'il y a des actionnaires ils sont en général minoritaires, et ne peuvent pas décider une délocalisation suicidaire.

Le logiciel libre ne fait pas peur, mais ignorer ces problèmes c'est effectivement vivre chez les bisounours ..

Martopioche a écrit:
bla bla bla un tissu d'aberrations partisanes, 99% de son post est faux ...



Nos softs proprios sont totalement interopérables avec n'importe quoi, aucun stratagème particulier pour lier le client (tout est standard chez nous, des formats de fichiers utilisés aux outils de développement), entièrement rétrocompatible avec la première vesion d'il y a 15 ans...
Bref il balance un tas de généralités dont il est incapable de sortir un autre exemple que Microsoft, sans en comprendre le pourquoi technique de tel ou tel choix qu'ils ont fait, n'y voyant qu'une question purement marketing, ça fait un peu léger...
Edité le 15/09/2009 à 01:30
 
 
sebsauvage a écrit:
catseye a écrit:
Le libre c'est aussi le risque de passer par les développeurs indiens et chinois payés 100$/mois

Hein ?
Mais tu as conscience que le monde du proprio fait massivement appel à des indiens et chinois ?

Lol, elle est pas mal celle-ci Donc "je suis une boite (peu importe, éditeur, SSII...), j'ai un projet de 100 jours et j'ai un budget qui va avec. J'ai le choix entre payer un dev local plein pot ou outsourcer le développement dans ma filiale à 60 % de moins... Ah non non non, je le fais localement plein pôt"

parce que n'importe qui passe dessus pour faire sa bricole, et on ne peut rien y faire,

Là c'est une mauvaise gestion du projet. Ce n'est pas de l'opensource, c'est le bordel.
La majorité des projets opensource ne laissent pas comiter n'importe qui.

Heu, je dirai même plus, je ne connais aucun projet OpenSource sérieux qui soit géré "freeStyle/bricole à sa sauce". La sauce du projet à laquelle on adhère ou pas certes, mais où chacun commit comme il vaut, je veux bien le lien vers les sources en question.

Ils sont en train de virer toute la R&D (la production est déjà partie) et nous avons instruction pour faire faire un maximum de choses aux chinois et au indiens (on en a plein nos locaux, ainsi que les locaux à Shangaî et autres).

oO Oups mince, ils virent votre R&D comprise... En général, la démarche est de délocaliser la prod' mais de conserver la R&D pour une question de proximité du besoin et de "secret industriel". Arf... Je donne pas chère sur le long terme. Parceque bon, d'un autre coté, un indien ou un chinois n'est pas plus con qu'un européen, donc si à compétence égale on peut avoir moins chère... Et là dessus, c'est le domaine propriétaire qui est plus destructeur d'emplois locaux puisque d'un coté la recherche de rentabilité favorise cette démarche, d'un autre coté, la délocalisation est une décision "d'en haut" et le tech' n'y pourra rien.
 
 
Martopioche a écrit:
sebsauvage a écrit:
catseye a écrit:
Le libre c'est aussi le risque de passer par les développeurs indiens et chinois payés 100$/mois

Hein ?
Mais tu as conscience que le monde du proprio fait massivement appel à des indiens et chinois ?

Lol, elle est pas mal celle-ci Donc "je suis une boite (peu importe, éditeur, SSII...), j'ai un projet de 100 jours et j'ai un budget qui va avec. J'ai le choix entre payer un dev local plein pot ou outsourcer le développement dans ma filiale à 60 % de moins... Ah non non non, je le fais localement plein pôt"


Heu mais tu vis chez les bisounours ...
Parce que bon des projets de 100 jours déjà c'est que dalle, mais en plus outsourcer quoi ? Qui a les compétences ? D'où tu vas les sortir et la communication avec le client à 12000km tu te rends compte du bordel... enfin bref une fois de plus tu n'as aucune compétence en gestion de projet comme d'hab quoi, reste dans ta salle de serveur bien au frais bien isolé et potasse un peu ce qu'est le travail collaboratif va, ça t;apprendras quelque chose ... et surtout tu pars hors sujet je parle évidemment depuis le début et c'est clair d'éditeur de solution propriétaire pas de SSII ... tu connais la différence entre un éditeur et une SSII ? Bien sur que non ...
Edité le 15/09/2009 à 01:37
 
 
sebsauvage a écrit:
C'est pas parti pour s'arrêter.
je te parle d'écologie à marche forcée, ce vers quoi on va et qui inclura forcément des changements profonds dan slesmentalités et dans le fonctionnement de l'économie, mais bon visiblement c'est un sujet sur lequel tu ne t'es pas questionné vu que ça fait 2/3 fois que je le glisse et que tu releves jamais, tu vois mem epas de quoi j eparles quoi...
sebsauvage a écrit:
Le logiciel est gratuit, mais est-ce que ça suffit à une entreprise ?
Dans 95% des cas, non. Parce qu'on a besoin de gens compétents sur ces technologie, de développement spécifiques, de support... bref il y a déjà largement de quoi faire.
ben tu vois, tu t'en défends depuis tout à l'heure mais tu avoues toi-meme le nivellement par le bas dont je parlais... pourquoi on se contenterait de cela, parce que selon toi c'est largement suffisant ? selon moi c'est loin d'etre le cas pour tout le monde, et encore une fois les revenus de support sont parfaitement insuffisants pour supporter à la fois les couts de dev des solutions et les couts de la recherche, mais ça on y pense en réflechissant global...
sebsauvage a écrit:
D'ailleurs à l'heure actuelle la majorité des boites d'informatique ne gagnent pas leur vie sur les licences, mais sur la maintenance et le support.
(Il suffit de voir les prix ahurissant du support de n'importe quelle boite, Microsoft par exemple. Et certaines grosses boites opensource (RedHat) se sucrent bien aussi.)
quand on épluche les comptes de Red Hat, je suis pas sûr que "se sucrer" soit la bonne qualification de leur activité
Et MS fait 15M$ de bénéf/an essentiellement sur le prix des licences, car forcément à 150 euros le prix moyen d'un Office vendus à des millions d'exemplaires, là ou d'autres le filent gratos, y a rien d'étonnant à cela ...
 
 
Martopioche a écrit:
Oui enfin vu qui tu cite... Le logiciel libre met en danger l'économie actuelle de la plupart des logiciels propriétaires puisque ceux-ci reposent sur la dépendance du client vis à vis de leur produit. Cette dépendance leur permet de facturer en permanence et de s'assurer des marges très importantes.

et oui et alors? c'est pas bien ? ton problème c'est que l'on gagne de l'argent? toutes les industries le font mais l'IT a pas le droit parce qu'elle vend de l'immatériel ? si tu preches coté client je comprend ton point de vue, sinon tu es complètement fou mon pauvre...

- tout d'abord une plus grande évolutivité.

"dynamique" = mot fourre tout, mais si c'est pour dire évolutivité, ça reste pleinement à démontrer, en tout cas en terme d'innovation, le libre suit à peine le rythme alors etre loin devant et grand précurseur ça se saurait...

- Ensuite, un moindre cout d'évolution.

oui c'est donc ce que je disais, des avantages uniquement pour le client, qui la plupart du temps se contrefout de l'art informatique, car pour lui ce n'est qu'un outil pompe à fric comme un autre, et pendant ce temps là, l'IT doit se serrer la ceinture et mettre en péril à long terme son évolution technologique qui a besoin de gros financements... pour des clients qui voudront rester sous leurs versions largement anti-datées... tu me diras ça sera au moins équilibré, mais d'un point de vue industrie IT, pour quoi faire ?
et encore une fois pourquoi l'IT devrait faire profil bas sur les couts alors que toutes les autres industries tirent aussi sur la corde de leurs clients, quand c'est pas pire ...?!!


- La simple question d'interopérabilité...

c'est de moins en moins vrai, au fur et à mesure que l'industrie devient mature, par contre une intéropérabilité totale sans mettre la main au portefeuille régulièrement, ça n'existe effectivement que rarement en dehors du libre... et tant mieux pour nous les informaticiens

Le logiciel libre met en danger l'économie des éditeurs. C'est vrai, ainsi que beaucoup d'autres activités rattachées (demande à n'importe quelle boite quel coût de maintenance ils ont pour leurs systèmes Windows, quel coût ils ont pour leurs systèmes Linux). Par contre, le logiciel libre ne permet pas de "baisser les couts" mais de "maîtriser les couts" : solution adaptée au besoin, évolutive, concurrentielle.

La maitrise du cout est un métier surtout, c'ets de la gestion IT d'entreprise et je vois pas trop le rappot avec le libre sur cette action, sauf si ce que tu voulais dire en fait c'était baisser les couts, appelle un chat un chat va...

Là c'est une autre question d'économie nationale, et alors peu importe que l'on parle de SSLL, SSII ou d'éditeur local. Évidemment que la balance est négative lorsqu'on utilise du Microsoft, Oracle, Sap... Évidemment que ça se solde par une perte sèche et un endettement au niveau national. Ceci n'a d'intérêt que si ces dépenses permettent des rentrées plus importantes de l'autre coté, et là c'est une question de mise en concurrence de produits.

En meme temps avoir ce genre de reflexion dans un pays comme la France qui est à la ramasse sur les grands éditeurs, sorti de Dassault (Dassault qui au passage se fait au combien plus de pognon que RedHat, pourtant le marché potentiel de Dassault est beaucoup plus réduit, je glisse ça vite fait hein... ), et qui par conséquent biaise pas mal le raisonnement qui nous occupe, il est évident qu'aux Etats-Unis les arguments que j'avance prennent tout leur poids

Un exemple tout con des grands délires du libre tiens : depuis le temps qu'on en parle, demain l'école sera entièrement numérique, dans le monde je ne sais pas combien cela peut représenter de machines portables pour équiper tous les écoliers, mais en bref plusieurs millions, ces postes seront équipés d'un OS, d'une suite bureautique et d'un navigateur, tout le reste sera bloqué pour la maitrise du parc !
OS : Ubuntu
Navigateur : FF
Bureautique : oOo
Tout le reste : services web gratuits tel gmail, facebook, youtube, etc... pour tout ce qui est partage et communautaire !

Donc si je résume, le monde va acheter des tonnes de boites en plastiques avec écran incorporés et batteries ultra polluantes, et en terme de support et de licences logicielles ça fera 0 euros 0 centimes 0 yens 0 kopec rien nada
Sur un marché pareil l'industrie du logiciel y gagnerait quedalle, alors que les Intel, Asus, et autres joyeusetés taiwanaises vont avoir les poches qui vont faire bling bling grave......... et vous trouvez cela juste et normal ?!?
Et ça c'est juste un des exemples, généralisez cela 60/70% de toute la population qui a pas plus de besoin que cela et ...youpi...

Le libre ... ou comment se passer de 10aines de milliards de dollards de revenus pour notre industrie que le monde aurait payer sans meme poser de question étant donner qu'il faisait bien pire avant pour moins de fonctionnalités....
L'informatique c'est un merveilleux métier, dans les écoles on va remplacer les économies florissantes et gargantuesques des cahiers, des fournitures, des cartables, des photocopieuses, des consomables d'impression, des livres d'écoles, des tableaux, des craies... par 70 euros de netbook/personne/an et absolument rien d'autre...

L'industrie du logiciel qui bosse depuis des années pour arriver à ce genre de monde, et sans qui toutes ces box en pétrole ne servirait à rien à part à faire de la lumière à la limite, va meme oublier de se payer au passage, c'est-y pas beau ?!!?
Edité le 15/09/2009 à 02:58
 
 
Light74 a écrit:
ces postes seront équipés d'un OS, d'une suite bureautique et d'un navigateur, tout le reste sera bloqué pour la maitrise du parc !
OS : Ubuntu
Navigateur : FF
Bureautique : oOo
Tout le reste : services web gratuits tel gmail, facebook, youtube, etc... pour tout ce qui est partage et communautaire !

Donc si je résume, le monde va acheter des tonnes de boites en plastiques avec écran incorporés et batteries ultra polluantes, et en terme de support et de licences logicielles ça fera 0 euros 0 centimes 0 yens 0 kopec rien nada

Et tu crois que cette intégration se fera par l'opération du Saint-Esprit ?
On va appeler l'esprit du logiciel libre, et il va masetriser toutes les machines, s'assurer que l'OS a les bon pilotes pour que ça tourne, que les logiciels sont bien intégrés, etc. sans payer personne ?
Bien sûr qu'il y aura du support ! Bien sur que ça coûtera de l'argent ! Et ça ira à une SSII ou SSLL.
Donc ça ne sera sûrement 0 euros 0 centimes 0 yens 0 kopec rien nada
Là tu idéalise le logiciel libre.

Le logiciel libre n'est pas magique, ça coûte aussi de l'argent en intégration et développements spécifiques. Et en support.


Le libre ... ou comment se passer de 10aines de milliards de dollards de revenus pour notre industrie que le monde aurait payer sans meme poser de question étant donner qu'il faisait bien pire avant pour moins de fonctionnalités....

Je ne tiens pas à scier la branche sur laquelle je suis assis, je travaille aussi dans l'informatique., mais peut-être qu'il est temps de se poser des questions, justement, non ? (Surtout en période de crise).
Tu trouves ça bien que des entreprise ou collectivités "paient sans se poser de question" ? Moi non.
En fait, je pense qu'aucune entreprise gérée un tant soit peu rationnellement ne veut payer sans se poser de question.

C'est clair que si tu travaille chez un éditeur de soft proprios et fermés, je comprend que tu puisses te sentir menacé par le LL.
Que l'argent des écoles ne soit plus dépensé en gargantuesques licences à de gros éditeurs de soft mais serve à autre chose, c'est une perte sèche pour vous (éditeur de logiciel), mais pas pour l'école. Ni même pour d'autres type de société (SSLL par exemple).

Tu me demandes de penser "global", je te demandes de faire de même:
Je paie des impôts, mes fils vont à l'école... ça me fait mal de voir mes impôts dépensé par millions en licences Microsoft (USA) alors que qu'avec le logiciel libre: 1) l'école pourrait faire des économies et améliorer l'environnement scolaire. 2) l'argent dépensé en informatique irait à des sociétés locales, et donc dyanmiserait les sociétés de services françaises (et donc, plus de budget pour elles, plus de R&D, plus de compétences...).

Je prend l'exemple des écoles, mais ça peut s'appliquer à d'autres choses (PME, etc.)
Edité le 15/09/2009 à 08:51
 
 
Light74 a écrit:

Donc si je résume, le monde va acheter des tonnes de boites en plastiques avec écran incorporés et batteries ultra polluantes, et en terme de support et de licences logicielles ça fera 0 euros 0 centimes 0 yens 0 kopec rien nada
Sur un marché pareil l'industrie du logiciel y gagnerait quedalle, alors que les Intel, Asus, et autres joyeusetés taiwanaises vont avoir les poches qui vont faire bling bling grave......... et vous trouvez cela juste et normal ?!?
Et ça c'est juste un des exemples, généralisez cela 60/70% de toute la population qui a pas plus de besoin que cela et ...youpi...

Ce n'est pas le probleme du Libre.
De plus, vu que "l'industrie" du logiciel proprio en France est quasi inexistante, le Libre permet de donner a la France une base logicielle sur laquelle se recontruire.
Sans compter que ces millions de machines necessiteront toujours de l'administration dans laquelle nous sommes tres bons.
Donc entre depenser 500 millions de services Francais + 100 millions de licences US, je prefere depenser 500 millions de services tout court et donner aux societes Francaise des competences autour du Libre (et une demarche interne de contribution) pour leurs clients privés

[edit] grillayd [/edit]
Edité le 15/09/2009 à 09:18
Modérateur Actualité
 
 
Light74 a écrit:
Le libre ... ou comment se passer de 10aines de milliards de dollards de revenus pour notre industrie que le monde aurait payer sans meme poser de question

En tous cas ça fixe les choses: Le client, tout ce qui t'intéresse, c'est qu'il crache au bassinet.
Edité le 15/09/2009 à 12:02
 
 
KP2 a écrit:
... et donner aux societes Francaise des competences autour du Libre (et une demarche interne de contribution) ...
En pleine utopie puisque l'objectif numero un de l'entrepreneur Francais est le profit et non de faire des heureux !
Ca c'est le reve americain des geeks a qui ont a discretement placé de jolies oeilleres noires ....
 
 
-=[The_Blade]=- a écrit:
KP2 a écrit:
... et donner aux societes Francaise des competences autour du Libre (et une demarche interne de contribution) ...
En pleine utopie puisque l'objectif numero un de l'entrepreneur Francais est le profit et non de faire des heureux !
Ca c'est le reve americain des geeks a qui ont a discretement placé de jolies oeilleres noires ....

nan mais je crois que t'as pas compris : contribuer a un projet important pour ses clients permet aussi de gagner de l'argent.
Ben ouais, quand tu es reconnu comme etant contributeur voire comme leader sur un projet, t'as une @!#$?* d'enorme legitimite a vendre ton service. Et en tant que client, tu as besoin d'une solution pour un besoin qqconque ou de service sur un logiciel Libre existant en interne, tu vas t'adresser a qui ? une ssii qui n'a aucune preuve pour prouver ses competences ou celle qui est mentionnee sur le site officiel ?
Dans le Libre, c'est la reputation et la competence qui fait gagner de l'argent. Pas les campagnes de pub ou l'emprisonnement des clients avec des formats ou des protocoles proprio.
Donc une ssii ou une ssll a tout interet a contribuer pour ameliorer sa reputation et ses competences.

De plus en plus de SSII ont compris ce discours et mentionnent de plus en plus : "nous travaillons de pret sur tel et tel projet. D'ailleurs, c'est nous qui avons developpe le module machin ou la fonctionnalite truc qui font partie du trunk officiel"
C'est une vraie plus value de contribuer.
Modérateur Actualité
 
 
     
227 messages
Filtrer ok
Vous devez être connecté pour écrire un message !

BE GEEK ! Avec Clubic Logo

flechePublicité